Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Maïsadour veut répondre aux attentes sociétales

En volailles comme en palmipèdes, la production de Maïsadour, qui est en croissance, doit s’adapter au marché, notamment aux attentes sociétales.

Les OP volailles de Maïsadour sont confrontées à plusieurs enjeux : la reconquête de leurs marchés pré-influenza, la biosécurité et les attentes sociétales. © Maïsadour
Les OP volailles de Maïsadour sont confrontées à plusieurs enjeux : la reconquête de leurs marchés pré-influenza, la biosécurité et les attentes sociétales.
© Maïsadour

L’OP palmipèdes de Maïsadour a produit 1,35 million de canards sur l’exercice 2018-2019. À + 31 % par rapport à 2017-2018, la production reste encore à 29 % en deçà de la production de 2014-2015, avant les deux épizooties aviaires. L’OP s’est fixé trois objectifs : augmenter encore sa production sous IGP à la demande du principal client Delpeyrat, structurer les élevages vis-à-vis de la biosécurité (bande unique, alimentation intérieure, capacité à confiner à l’année), adapter encore plus la production à la demande du marché tout comme répondre aux attentes sociétales et environnementales. « Le Sud-Ouest est un pays dans le pays. Nous devons être bons dans nos discours, valoriser l’engagement de notre filière dans la responsabilité sociétale et environnementale via le Palso (NDLR : le gestionnaire de l’IGP sud-ouest) et avec l’interprofession. Pour continuer à vivre de nos élevages et en être fiers, c’est indispensable. Nous devons aussi travailler sur l’agroforesterie, un atout pour notre image et pour le bien-être animal », expliquait Chantal Brèthes, présidente de l’OP palmipèdes.

Adapter la production au marché

Suite à la fusion avec Périgord Aviculture, Maïsadour a produit 17 millions de volailles label rouge, bio ou certifiées avec 420 élevages. Pour autant, une nécessaire reconquête des marchés pré-influenza aviaire reste à l’ordre du jour. « Notre cœur de cible c’est le label rouge qui reste stable, même si la part des pièces découpées croît, si 85 % des volumes sont vendus en standard et si la RHD se développe. Nous devons aussi répondre aux attentes sociétales, notamment en termes de bien-être animal. Il faut montrer et prouver ce que nous faisons pour rassurer le consommateur », expliquait Bernard Tauzia, président de l’OP Volailles. Le groupement fait des essais sur de nouveaux vaccins in ovo, des sources protéiques locales et la démédicalisation grâce à sa station expérimentale Nutricia équipée de deux bâtiments de 400 m2 connectés et équipés de stations météo. Enfin, de nouveaux producteurs prennent la suite des élevages existants, un point rassurant pour la filière.

En chiffres

-116 éleveurs et gaveurs de palmipèdes pour 1,35 million de canards (85 % sous IGP, 12,6 % en appellation France, 0,9 % en label rouge) et 9 500 d’oies.

-420 éleveurs de volailles pour 17 millions de têtes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

De nouveaux foyers d’influenza H5N8 HP sur des volailles en Allemagne, Bulgarie et Pologne
Les 12 et 13 mars, l’OIE a annoncé un foyer d'influenza aviaire H5N8 HP en Allemagne et six en Pologne
« Tous les coronavirus sont hautement transmissibles » , explique Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan
Béatrice Grasland, de l'Anses de Ploufragan, se veut rassurante sur la non-implication des animaux domestiques dans la…
Florian Palluet mise sur la performance technique et énergétique, avec son poulailler de 1680 m2.  © A. Puybasset
Un bâtiment de volailles de chair équipé pour gagner en technicité
Florian Palluet a investi dans un poulailler de chair à extraction haute Skov. Dans ses choix d’équipements, il a donné la…
Un troisième foyer d’influenza aviaire H5N8 HP découvert en Allemagne du nord
Un troupeau de dindes reproductrices porteur d’un sérotype H5N8 hautement pathogène a été éliminé le 21 mars à Dornum, près de la…
Les filières avicoles sur le pont face à la crise du coronavirus
L’ensemble des filières de production de volailles se mobilise pour nourrir les français pendant la crise.
Pour l'éleveur, la qualité des coussinets plantaires des poulets passe par une bonne gestion de la litière. © A. Puybasset
La pododermatite du poulet de chair, un challenge européen
La gestion de l’eau et de la litière sont les principaux leviers sur lequel peut agir l’éleveur pour empêcher les pododermatites…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)