Aller au contenu principal
Font Size

Maïsadour veut répondre aux attentes sociétales

En volailles comme en palmipèdes, la production de Maïsadour, qui est en croissance, doit s’adapter au marché, notamment aux attentes sociétales.

Les OP volailles de Maïsadour sont confrontées à plusieurs enjeux : la reconquête de leurs marchés pré-influenza, la biosécurité et les attentes sociétales. © Maïsadour
Les OP volailles de Maïsadour sont confrontées à plusieurs enjeux : la reconquête de leurs marchés pré-influenza, la biosécurité et les attentes sociétales.
© Maïsadour

L’OP palmipèdes de Maïsadour a produit 1,35 million de canards sur l’exercice 2018-2019. À + 31 % par rapport à 2017-2018, la production reste encore à 29 % en deçà de la production de 2014-2015, avant les deux épizooties aviaires. L’OP s’est fixé trois objectifs : augmenter encore sa production sous IGP à la demande du principal client Delpeyrat, structurer les élevages vis-à-vis de la biosécurité (bande unique, alimentation intérieure, capacité à confiner à l’année), adapter encore plus la production à la demande du marché tout comme répondre aux attentes sociétales et environnementales. « Le Sud-Ouest est un pays dans le pays. Nous devons être bons dans nos discours, valoriser l’engagement de notre filière dans la responsabilité sociétale et environnementale via le Palso (NDLR : le gestionnaire de l’IGP sud-ouest) et avec l’interprofession. Pour continuer à vivre de nos élevages et en être fiers, c’est indispensable. Nous devons aussi travailler sur l’agroforesterie, un atout pour notre image et pour le bien-être animal », expliquait Chantal Brèthes, présidente de l’OP palmipèdes.

Adapter la production au marché

Suite à la fusion avec Périgord Aviculture, Maïsadour a produit 17 millions de volailles label rouge, bio ou certifiées avec 420 élevages. Pour autant, une nécessaire reconquête des marchés pré-influenza aviaire reste à l’ordre du jour. « Notre cœur de cible c’est le label rouge qui reste stable, même si la part des pièces découpées croît, si 85 % des volumes sont vendus en standard et si la RHD se développe. Nous devons aussi répondre aux attentes sociétales, notamment en termes de bien-être animal. Il faut montrer et prouver ce que nous faisons pour rassurer le consommateur », expliquait Bernard Tauzia, président de l’OP Volailles. Le groupement fait des essais sur de nouveaux vaccins in ovo, des sources protéiques locales et la démédicalisation grâce à sa station expérimentale Nutricia équipée de deux bâtiments de 400 m2 connectés et équipés de stations météo. Enfin, de nouveaux producteurs prennent la suite des élevages existants, un point rassurant pour la filière.

En chiffres

-116 éleveurs et gaveurs de palmipèdes pour 1,35 million de canards (85 % sous IGP, 12,6 % en appellation France, 0,9 % en label rouge) et 9 500 d’oies.

-420 éleveurs de volailles pour 17 millions de têtes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)