Aller au contenu principal

Maïsadour veut répondre aux attentes sociétales

En volailles comme en palmipèdes, la production de Maïsadour, qui est en croissance, doit s’adapter au marché, notamment aux attentes sociétales.

Les OP volailles de Maïsadour sont confrontées à plusieurs enjeux : la reconquête de leurs marchés pré-influenza, la biosécurité et les attentes sociétales. © Maïsadour
Les OP volailles de Maïsadour sont confrontées à plusieurs enjeux : la reconquête de leurs marchés pré-influenza, la biosécurité et les attentes sociétales.
© Maïsadour

L’OP palmipèdes de Maïsadour a produit 1,35 million de canards sur l’exercice 2018-2019. À + 31 % par rapport à 2017-2018, la production reste encore à 29 % en deçà de la production de 2014-2015, avant les deux épizooties aviaires. L’OP s’est fixé trois objectifs : augmenter encore sa production sous IGP à la demande du principal client Delpeyrat, structurer les élevages vis-à-vis de la biosécurité (bande unique, alimentation intérieure, capacité à confiner à l’année), adapter encore plus la production à la demande du marché tout comme répondre aux attentes sociétales et environnementales. « Le Sud-Ouest est un pays dans le pays. Nous devons être bons dans nos discours, valoriser l’engagement de notre filière dans la responsabilité sociétale et environnementale via le Palso (NDLR : le gestionnaire de l’IGP sud-ouest) et avec l’interprofession. Pour continuer à vivre de nos élevages et en être fiers, c’est indispensable. Nous devons aussi travailler sur l’agroforesterie, un atout pour notre image et pour le bien-être animal », expliquait Chantal Brèthes, présidente de l’OP palmipèdes.

Adapter la production au marché

Suite à la fusion avec Périgord Aviculture, Maïsadour a produit 17 millions de volailles label rouge, bio ou certifiées avec 420 élevages. Pour autant, une nécessaire reconquête des marchés pré-influenza aviaire reste à l’ordre du jour. « Notre cœur de cible c’est le label rouge qui reste stable, même si la part des pièces découpées croît, si 85 % des volumes sont vendus en standard et si la RHD se développe. Nous devons aussi répondre aux attentes sociétales, notamment en termes de bien-être animal. Il faut montrer et prouver ce que nous faisons pour rassurer le consommateur », expliquait Bernard Tauzia, président de l’OP Volailles. Le groupement fait des essais sur de nouveaux vaccins in ovo, des sources protéiques locales et la démédicalisation grâce à sa station expérimentale Nutricia équipée de deux bâtiments de 400 m2 connectés et équipés de stations météo. Enfin, de nouveaux producteurs prennent la suite des élevages existants, un point rassurant pour la filière.

En chiffres

-116 éleveurs et gaveurs de palmipèdes pour 1,35 million de canards (85 % sous IGP, 12,6 % en appellation France, 0,9 % en label rouge) et 9 500 d’oies.

-420 éleveurs de volailles pour 17 millions de têtes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez la progression de l’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
La hacheuse pailleuse projette la litière jusqu'à 4 mètres de distance.  © SARL Chupin
Un hache-paille qui facilite le repaillage

Wic est une pailleuse autopropulsée qui broie et projette de la paille. Importée du Canada par l’…

Un foie gras vraiment faux selon l'UFC-Que Choisir. © Gaia
Le « foie gras » 100 % végétal déçoit l’UFC-Que Choisir

Verdict sans appel pour les deux ersatz de foie gras - le Faux gras et Gaia et le Veg’gras de Senfas - à base d’huile,…

La filière œuf a deux ans d'avance sur son programme de mutation vers la production hors cage. © P. Le Douarin
La transition vers l’œuf alternatif se poursuit
Pour la filière des œufs, l’année 2020 a été contrastée selon les segments de marché concernés.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)