Aller au contenu principal

[VIDEO] L’Itavi a évalué l’empoussièrement en engraissement de canards

Deux tiers de l’exposition aux poussières des producteurs de canards gras se passent durant la première moitié du lot. C’est donc à ce moment-là qu’il faut se protéger en priorité, notamment lors de la mise en place des animaux.

Les poussières inhalées par les éleveurs durant leur activité peuvent entraîner l’apparition de symptômes respiratoires parfois gênants, qui peuvent évoluer sur le long terme vers une véritable maladie respiratoire. Les quantités de poussières présentes dans l’air pendant l’engraissement des canards n’avaient jamais été étudiées, alors que de nombreux producteurs présentent des gênes respiratoires. Afin de mieux connaître ce risque, l’Itavi et ses partenaires (1) ont donc mesuré les quantités de poussières fines respirées par des producteurs durant leur travail.

Plus de poussières à l’arrivée que lors d’un paillage

La quantité de poussières respirées est la plus importante lors de la mise en place des canards dans la salle. Avec 2,2 mg de poussières « alvéolaires » par mètre cube d’air (c’est-à-dire d’un diamètre de moins de 5 µm), la valeur moyenne obtenue lors de cette tâche est environ 15 % plus élevée que les 1,9 mg/m3 mesurés durant le paillage de poulaillers de volailles de chair (2). La quantité de poussières respirées lors de la distribution d’un repas de début de lot est également conséquente (1,3 mg/m3). Elle représente environ 68 % du niveau mesuré lors de paillages, ce qui n’est pas négligeable. La distribution des repas en fin de lot et le chargement des animaux sont en revanche beaucoup moins exposants, respectivement 42 % et 47 % de la moyenne obtenue pour les paillages. On peut estimer que le cumul des poussières respirées par le producteur depuis la mise en place des canards dans la salle jusqu’à la première moitié du lot, représente plus des deux tiers de l’exposition totale. Par ailleurs, toutes les poussières présentes dans l’air n’ont pas la même grosseur, mais l’air de la salle reste composé de 85 à 90 % de particules très fines (moins de 0,35 µm) tout au long du lot. Les plus fines sont en effet les plus dangereuses pour la santé, car ce sont elles qui pénètrent le plus profondément dans l’appareil respiratoire.

Se protéger, avec un masque adapté

Le port d’un masque est donc vivement conseillé pour l’ensemble des personnes intervenant en production de canards gras, au moins durant la mise en place des animaux et les premiers repas. Les masques jetables marqués avec le logo CE et la mention FFP2 (ou FFP3), et munis d’une valve, sont plus confortables pour des tâches nécessitant un effort physique important comme la mise en place. En effet, ils limitent moins le débit d’air et les personnes se sentent moins gênées. Attention, la barbe n’est pas conseillée avec ce type de masque qui devient beaucoup moins efficace. L’investissement dans une casquette de protection ventilée plus confortable peut être intéressant sur le long terme. Ce matériel est en revanche conseillé pour des efforts modérés comme pour les tâches de distribution des repas. La casquette ventilée n’est pas adaptée aux porteurs de lunettes. Pour choisir, le mieux est d’en parler avec des collègues, un conseiller MSA, mais surtout d’essayer.

(1) MSA Maine-et-Loire, MSA Sud Aquitaine, Cnam Pays de la Loire, chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire, Anses, Inrae. L’étude AGAtE a reçu le soutien financier de Franceagrimer, du Cifog et de la région Pays de la Loire.
(2) Projet Aireleveur- 2015.
 

62 lots suivis en continu

L’enquête a été réalisée durant un lot d’hiver et un lot d’été par 31 producteurs en Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine. Chaque producteur a été équipé d’un capteur portatif durant la mise en place des canards dans la salle de gavage, la distribution d’un repas en début de lot, celle d’un repas en fin de lot, ainsi que durant le chargement du lot lors du départ à l’abattoir. La quantité maximale de poussières respirées est enregistrée lors de la mise en place des canards.

Côté web

Retrouvez la vidéo de l’Itavi sur les expositions aux poussières en production de canards gras 

Quantité moyenne de poussières respirées par les producteurs de foie gras pour chaque type de tâche

 

 
© Itavi

 

La quantité de poussières respirée (mg/m3) lors de la mise en place des canards dans la salle est la plus importante.

Les points représentent la valeur moyenne mesurée, les barres représentent les valeurs minimum et maximum mesurées.

Source : Itavi.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)