Aller au contenu principal

[VIDEO] L’Itavi a évalué l’empoussièrement en engraissement de canards

Deux tiers de l’exposition aux poussières des producteurs de canards gras se passent durant la première moitié du lot. C’est donc à ce moment-là qu’il faut se protéger en priorité, notamment lors de la mise en place des animaux.

Les poussières inhalées par les éleveurs durant leur activité peuvent entraîner l’apparition de symptômes respiratoires parfois gênants, qui peuvent évoluer sur le long terme vers une véritable maladie respiratoire. Les quantités de poussières présentes dans l’air pendant l’engraissement des canards n’avaient jamais été étudiées, alors que de nombreux producteurs présentent des gênes respiratoires. Afin de mieux connaître ce risque, l’Itavi et ses partenaires (1) ont donc mesuré les quantités de poussières fines respirées par des producteurs durant leur travail.

Plus de poussières à l’arrivée que lors d’un paillage

La quantité de poussières respirées est la plus importante lors de la mise en place des canards dans la salle. Avec 2,2 mg de poussières « alvéolaires » par mètre cube d’air (c’est-à-dire d’un diamètre de moins de 5 µm), la valeur moyenne obtenue lors de cette tâche est environ 15 % plus élevée que les 1,9 mg/m3 mesurés durant le paillage de poulaillers de volailles de chair (2). La quantité de poussières respirées lors de la distribution d’un repas de début de lot est également conséquente (1,3 mg/m3). Elle représente environ 68 % du niveau mesuré lors de paillages, ce qui n’est pas négligeable. La distribution des repas en fin de lot et le chargement des animaux sont en revanche beaucoup moins exposants, respectivement 42 % et 47 % de la moyenne obtenue pour les paillages. On peut estimer que le cumul des poussières respirées par le producteur depuis la mise en place des canards dans la salle jusqu’à la première moitié du lot, représente plus des deux tiers de l’exposition totale. Par ailleurs, toutes les poussières présentes dans l’air n’ont pas la même grosseur, mais l’air de la salle reste composé de 85 à 90 % de particules très fines (moins de 0,35 µm) tout au long du lot. Les plus fines sont en effet les plus dangereuses pour la santé, car ce sont elles qui pénètrent le plus profondément dans l’appareil respiratoire.

Se protéger, avec un masque adapté

Le port d’un masque est donc vivement conseillé pour l’ensemble des personnes intervenant en production de canards gras, au moins durant la mise en place des animaux et les premiers repas. Les masques jetables marqués avec le logo CE et la mention FFP2 (ou FFP3), et munis d’une valve, sont plus confortables pour des tâches nécessitant un effort physique important comme la mise en place. En effet, ils limitent moins le débit d’air et les personnes se sentent moins gênées. Attention, la barbe n’est pas conseillée avec ce type de masque qui devient beaucoup moins efficace. L’investissement dans une casquette de protection ventilée plus confortable peut être intéressant sur le long terme. Ce matériel est en revanche conseillé pour des efforts modérés comme pour les tâches de distribution des repas. La casquette ventilée n’est pas adaptée aux porteurs de lunettes. Pour choisir, le mieux est d’en parler avec des collègues, un conseiller MSA, mais surtout d’essayer.

(1) MSA Maine-et-Loire, MSA Sud Aquitaine, Cnam Pays de la Loire, chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire, Anses, Inrae. L’étude AGAtE a reçu le soutien financier de Franceagrimer, du Cifog et de la région Pays de la Loire.
(2) Projet Aireleveur- 2015.
 

62 lots suivis en continu

L’enquête a été réalisée durant un lot d’hiver et un lot d’été par 31 producteurs en Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine. Chaque producteur a été équipé d’un capteur portatif durant la mise en place des canards dans la salle de gavage, la distribution d’un repas en début de lot, celle d’un repas en fin de lot, ainsi que durant le chargement du lot lors du départ à l’abattoir. La quantité maximale de poussières respirées est enregistrée lors de la mise en place des canards.

Côté web

Retrouvez la vidéo de l’Itavi sur les expositions aux poussières en production de canards gras 

Quantité moyenne de poussières respirées par les producteurs de foie gras pour chaque type de tâche

 

 
© Itavi

 

La quantité de poussières respirée (mg/m3) lors de la mise en place des canards dans la salle est la plus importante.

Les points représentent la valeur moyenne mesurée, les barres représentent les valeurs minimum et maximum mesurées.

Source : Itavi.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 21 novembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Grippe aviaire : la lutte préventive monte encore d’un cran en Bretagne, Pays de Loire et Deux Sèvres
  Une instruction technique de la direction générale de l‘alimentation (DGAL) renforce la biosécurité et la surveillance des…
Paul Daugreilh dans le bâtiment d’Emmanuel Misson à Meilhan-sur-Garonne. La pulvérisation sans filtre se fait sur les zones cibles, à savoir sous les mangeoires, les pesons et au bas des parois.
Volailles de chair : Une lutte biologique efficace contre les ténébrions
Retour d’expérience d’un éleveur technicien sur l’utilisation d’une solution de lutte biologique intégrée contre les ténébrions…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)