Aller au contenu principal

Les usages d’antibiotiques en volailles baissent à nouveau en 2019

L’exposition des volailles aux antibiotiques s’est réduite de 12,8 % en un an. En parallèle, l’antibiorésistance suit la même tendance à la baisse.

Alors que l’objectif de réduction de 25 % des usages d’antibiotiques du premier plan Ecoantibio 2012-2016 a été largement atteint, tout laisse penser que le second plan 2017-2021, visant notamment la poursuite des efforts, sera tout autant un succès. Le rapport annuel de l’Anses sur le suivi des ventes d’antibiotiques réalisé par l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) et publié le 18 novembre 2020 le montre clairement. Les volumes totaux d’antibiotiques se sont élevés à 422 tonnes en 2019, en baisse de 10,5 % par rapport à 2018 et de 53,3 % depuis l’année de référence de 2011.

Toutes espèces confondues, l’indicateur Alea, qui mesure le niveau d’exposition aux antibiotiques, a diminué de 10,9 % l’an dernier, en recul de 45,3 % depuis 2011. L’aléa a de nouveau baissé en volaille (-12,8 % depuis 2018), en porc (-16,4 %) et en bovins (-9,9 %) et il augmente légèrement pour d’autres espèces (arrivées à un plateau) : +1,5 % en lapin et +2,1 % en chien et chat. Entre 2011 et 2019, l’exposition des volailles a diminué de 60,5 %.

L’exposition aux molécules d’importance critique pour l’homme poursuit également sa décroissance, notamment celle aux fluoroquinolones qui a été réduite des deux tiers en volailles depuis 2013 (-1,7 % depuis 2018). L’objectif de réduction de 50 % en cinq ans de l’usage de colistine, décidé suite à la découverte de gènes de résistance transmissibles par plasmide, a déjà été atteint. Depuis l’année de référence 2014-2015, il a baissé de près de 58 % en volaille. Cette espèce représente la moitié du poids vif traité à la colistine, devant le porc (30 %) puis le bovin (16 %).

Des signaux positifs sur l’antibiorésistance

Le suivi de la résistance aux antibiotiques publié dans le dernier rapport Anses-Résapath montre la même tendance à la diminution sur toutes les espèces. Pour ce qui concerne la bactérie E. Coli qui représente la majeure partie des antibiogrammes en volailles (76 %), toutes pathologies confondues, le rapport indique une résistance aux céphalosporines C3G/G4C inférieure à 1 % chez les poule/poulet et dinde. Pour les fluoroquinolones, elle approche 3 % en dinde et moins de 5 % en poule/poulet (contre 12 à 14 % au pic de 2010). La résistance vis-à-vis de la colistine tend aussi à diminuer ainsi que pour les autres familles d’antibiotiques, en particulier pour la tétracycline.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez la progression de l’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
La filière œuf a deux ans d'avance sur son programme de mutation vers la production hors cage. © P. Le Douarin
La transition vers l’œuf alternatif se poursuit
Pour la filière des œufs, l’année 2020 a été contrastée selon les segments de marché concernés.
Un foie gras vraiment faux selon l'UFC-Que Choisir. © Gaia
Le « foie gras » 100 % végétal déçoit l’UFC-Que Choisir

Verdict sans appel pour les deux ersatz de foie gras - le Faux gras et Gaia et le Veg’gras de Senfas - à base d’huile,…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)