Aller au contenu principal
Font Size

Les poulets plein air sont peu exposés à l’Influenza aviaire

Selon une enquête réalisée en 2018, les poulets label rouge et biologique, élevés en plein air, seraient indemnes de contact avec des virus de l’Influenza aviaire (IA).

D'ordinaire réalisée en élevage (et pas à l'abattoir), la sérologie permet de suivre les traces du passage d'un virus dans un lot. © Synalaf
D'ordinaire réalisée en élevage (et pas à l'abattoir), la sérologie permet de suivre les traces du passage d'un virus dans un lot.
© Synalaf

Aucun sérum et aucun lot de poulets élevés en plein air n’ont été détectés positif à un sous-type d’Influenza aviaire au cours d’une enquête menée au printemps 2018. Cette information est publiée dans le numéro 89 du bulletin épidémiologique de l’Anses, à paraître. Le protocole portait sur 110 lots (dont 6 en bio), avec 5 échantillons de sang prélevés par lot au moment de la saignée dans onze abattoirs de 10 départements. La méthode d’analyse sérologique choisie permet de détecter la présence d’anticorps dirigés contre n’importe quel sous-type de virus Influenza A (pas seulement les sous-types hautement pathogènes comme H5 et H7).

L’absence de poulet positif est conforme aux résultats obtenus dans toutes les enquêtes sérologiques nationales réalisées entre 2009 et 2015 (sur les sous-types H5 et H7). C’est ce qui a conduit les autorités sanitaires à ne plus intégrer les volailles Gallus plein air parmi les productions à suivre dans les plans nationaux de surveillance de l’IA, la priorité ayant été donnée aux palmipèdes.

Épargnés malgré une forte pression virale

Selon les auteurs de l’article(1), ces résultats montrent que les mesures de biosécurité appliquées en élevages de poulets de chair plein air contribuent à limiter leur risque d’exposition aux virus. Il s’agit notamment de l’absence d’alimentation et d’abreuvement sur parcours, de la claustration pendant la période à risque de contact avec l’avifaune sauvage, et bien sûr des barrières sanitaires habituelles.

Cette campagne de mesure a été réalisée à l’initiative du syndicat représentant les professionnels des productions avicoles sous signes de qualité (Synalaf). L’objectif était de détecter une éventuelle circulation de virus IA à la suite de l’épizootie d’IA hautement pathogène de sous-type H5 survenue à l’hiver 2016-2017 en France. Celle-ci avait concerné 484 foyers très majoritairement de palmipèdes. Il est rassurant de constater que les volailles élevées en plein air n’ont pas présenté plus de risque de contamination, malgré le contexte de forte pression virale.

Si l’étude devait être reconduite, l’Anses préconise de passer de 5 à 10 prélèvements sanguins par troupeau afin d’augmenter la sensibilité du dispositif. En effet, peu de données sont disponibles sur la dynamique d’infection intratroupeau par un virus faiblement pathogène, ainsi que sur celle de la séroconversion. Ces connaissances ont été obtenues en laboratoire.

(1) Adeline Huneau-Salaün et Éric Niqueux (Anses), Juliette Protino et Marie Guyot (Synalaf).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)