Aller au contenu principal

Les attentes sociétales au cœur de la recherche

Les 13es journées de la recherche avicole et des palmipèdes à foie gras ont démontré l’intérêt d’une approche multidisciplinaire pour aider la filière avicole française à répondre à une équation toujours plus complexe de compétitivité et d’attentes du citoyen.

Mesures de consommation d'aliment de poulets en parc à la station d'Arvalis dans le Loir et Cher.
© A. Puybasset

Le bien-être animal et plus globalement les attentes sociétales sont résolument au cœur des préoccupations de la recherche et des productions avicoles, comme a pu l’être l’environnement il y a une dizaine d’années. En témoigne le choix des organisateurs des 13es Journées de la recherche avicole et des palmipèdes à foie gras (JRA), qui se sont déroulées à Tours en mars 2019, d’y consacrer la majorité des synthèses qui démarrent traditionnellement ces rencontres. Ouverte à un plus large public, la première journée des JRA a permis de croiser les points de vue des scientifiques et des professionnels, sur des sujets d’actualité : la controverse sur l’élevage, l’importance du facteur humain dans la prise en compte du bien-être et la réduction des usages d’antibiotiques, la qualité sanitaire des viandes (Campylobacter), l’autonomie protéique… pour finir sur le thème de la compétitivité de la France. « Dans un contexte (économique, sanitaire, sociétal) qui bouge sans cesse, les filières avicoles doivent s’adapter de plus en plus vite tandis que les investissements nécessaires sont amortis sur un pas de temps beaucoup plus long », a introduit Jean-Michel Schaeffer, président de l’Itavi. Elles ont plus que jamais besoin de la recherche pour analyser leurs faiblesses et prendre collectivement les bonnes décisions pour faire évoluer les modes de production, en conciliant compétitivité et réponse aux attentes sociétales. Aller vers des productions plus diversifiées et plus durables demande une équation ardue puisqu’il s’agit à la fois de réduire l’impact environnemental, d’améliorer le bien-être tout en optimisant le revenu de l’éleveur. Pour résoudre cette équation complexe, les approches scientifiques multidisciplinaires et multipartenariales prennent toujours plus d’importance. Par exemple, l’amélioration de l’autonomie protéique en poulet mobilise les spécialistes de la nutrition, de l’agronomie, de la génétique, de la zootechnie… « Pour avancer, les collaborations entre les sciences humaines et techniques se renforcent », ajoute Catherine Beaumont, de l’Inra de Nouzilly. L’apport de la sociologie en est une parfaite illustration. L’importance du facteur humain a fait l’objet de plusieurs travaux portant notamment sur l’usage des antibiotiques ou l’observance des mesures de biosécurité.

Réunissant près de 500 personnes dont plus d’un tiers de chercheurs et apparentés, cette édition des JRA a présenté près de 170 publications, sous forme de communications orales ou de posters, dont voici une sélection.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Il faut une bonne habitude pour piloter ce robot télécommandé qui exige plus de doigté que de force © Rabaud
Le robot de lavage Lavicole tient ses promesses
À la coopérative Éveil, la qualité et la régularité du lavage s’ajoutent à l’amélioration des conditions de travail des laveurs-…
La rampe de lavage apporte un gain de temps et du confort de travail © P. Le Douarin
Une rampe de lavage de lignes "faite maison"
Plutôt que de passer du temps à laver ses mangeoires une par une, Jocelyn Coraboeuf a fabriqué une rampe en U équipée de…
La coopérative Le Gouessant veut un parc poulette certifié bio avec un parcours, en utilisant le moins possible le système dérogatoire. © P. Le Douarin
Les poulettes bio du Gouessant sortiront toutes bientôt
La coopérative Le Gouessant n’a pas attendu la publication des dernières règles techniques du règlement sur l’élevage des…
Les onze trophées avicoles des Innov’Space
Malgré l’annulation de l’édition 2020 du Space, les jurys Innov’space ont désigné 26 lauréats parmi les exposants virtuels, dont…
En juillet, le "jardin d'hiver" était accessible en permanence aux volailles (âgées de 38 jours lors de la prise de vue). © L.Gouverne
Le poulet de mon enfance voit le jour dans la Drôme
La filière Valsoleil-Bernard Royal Dauphiné met en marché le poulet de mon enfance dans le quart Sud-Est, issu d’un élevage…
Vincent Troel a redécouvert son métier d'éleveur de poulettes. « Se mettre en conformité avec les nouvelles règles bio ne doit pas effrayer. » © P. Le Douarin
Vincent Troel plébiscite le plein air pour ses poulettes bio
Éleveur-test de la coopérative du Gouessant depuis l’an dernier, Vincent Troel a redécouvert un métier technique en ajoutant un…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)