Aller au contenu principal

Les attentes sociétales au cœur de la recherche

Les 13es journées de la recherche avicole et des palmipèdes à foie gras ont démontré l’intérêt d’une approche multidisciplinaire pour aider la filière avicole française à répondre à une équation toujours plus complexe de compétitivité et d’attentes du citoyen.

Mesures de consommation d'aliment de poulets en parc à la station d'Arvalis dans le Loir et Cher.
© A. Puybasset

Le bien-être animal et plus globalement les attentes sociétales sont résolument au cœur des préoccupations de la recherche et des productions avicoles, comme a pu l’être l’environnement il y a une dizaine d’années. En témoigne le choix des organisateurs des 13es Journées de la recherche avicole et des palmipèdes à foie gras (JRA), qui se sont déroulées à Tours en mars 2019, d’y consacrer la majorité des synthèses qui démarrent traditionnellement ces rencontres. Ouverte à un plus large public, la première journée des JRA a permis de croiser les points de vue des scientifiques et des professionnels, sur des sujets d’actualité : la controverse sur l’élevage, l’importance du facteur humain dans la prise en compte du bien-être et la réduction des usages d’antibiotiques, la qualité sanitaire des viandes (Campylobacter), l’autonomie protéique… pour finir sur le thème de la compétitivité de la France. « Dans un contexte (économique, sanitaire, sociétal) qui bouge sans cesse, les filières avicoles doivent s’adapter de plus en plus vite tandis que les investissements nécessaires sont amortis sur un pas de temps beaucoup plus long », a introduit Jean-Michel Schaeffer, président de l’Itavi. Elles ont plus que jamais besoin de la recherche pour analyser leurs faiblesses et prendre collectivement les bonnes décisions pour faire évoluer les modes de production, en conciliant compétitivité et réponse aux attentes sociétales. Aller vers des productions plus diversifiées et plus durables demande une équation ardue puisqu’il s’agit à la fois de réduire l’impact environnemental, d’améliorer le bien-être tout en optimisant le revenu de l’éleveur. Pour résoudre cette équation complexe, les approches scientifiques multidisciplinaires et multipartenariales prennent toujours plus d’importance. Par exemple, l’amélioration de l’autonomie protéique en poulet mobilise les spécialistes de la nutrition, de l’agronomie, de la génétique, de la zootechnie… « Pour avancer, les collaborations entre les sciences humaines et techniques se renforcent », ajoute Catherine Beaumont, de l’Inra de Nouzilly. L’apport de la sociologie en est une parfaite illustration. L’importance du facteur humain a fait l’objet de plusieurs travaux portant notamment sur l’usage des antibiotiques ou l’observance des mesures de biosécurité.

Réunissant près de 500 personnes dont plus d’un tiers de chercheurs et apparentés, cette édition des JRA a présenté près de 170 publications, sous forme de communications orales ou de posters, dont voici une sélection.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Le projet Abile visait à mieux connaitre le potentiel de différents types d'effluents avicoles et son évolution dans le temps, notamment en lien avec le stockage © A. Puybasset
Les effluents avicoles ont de l’énergie à revendre
Grâce au procédé de méthanisation, les effluents des élevages avicoles ont un rôle à jouer dans la transition énergétique…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)