Aller au contenu principal

Le syndicat des Éleveurs de Challans rejoint la coopérative vendéenne Cavac

De gauche à droite : Dominique Morvan, président des Éleveurs de Challans et Jean-Marie Gabillaud, vice-président de la Cavac. Les Éleveurs de Challans revendiquent 2,5 % des volailles label rouge produites en France, et le double sur le bio et le festif. © Cavac
De gauche à droite : Dominique Morvan, président des Éleveurs de Challans et Jean-Marie Gabillaud, vice-président de la Cavac. Les Éleveurs de Challans revendiquent 2,5 % des volailles label rouge produites en France, et le double sur le bio et le festif.
© Cavac

Pour les 50 ans de leur structure, les dirigeants du syndicat des Éleveurs de Challans en Vendée ont officialisé en assemblée générale leur rapprochement avec la coopérative Cavac. Celui-ci avait été initié en 2015, avec comme première étape le basculement en 2016 de ses salariés dans la coopérative. Au 1er janvier 2020, ce sera au tour de la centaine d’éleveurs d’adhérer à la coopérative. Un pôle « volailles de qualité » (label rouge et bio) va être créé au sein de la Cavac et il sera distinct de Volinéo, l’organisation volailles existante.

Après un exercice 2017 exceptionnel (+ 12 % par rapport à 2016), la production a reculé de 4 % en 2018, avec 2,7 millions de têtes (poulet, pintade, canette), hors caille (1,46 million) et produits festifs (135 000). L’année 2018 reste toutefois supérieure à 2016. Les volailles sont entre autres commercialisées sous l’IGP volailles de Challans, partagée entre plusieurs metteurs en marché depuis dix ans : Maître coq sur la grande distribution et Freslon-Savic sur le réseau tradi et boucheries. Ce qui s’est traduit par deux politiques de communication séparées. Pour aller de l’avant et repartir sur de nouvelles bases, les Éleveurs de Challans proposent d’unifier la communication sur l’IGP challans, en remettant à plat le dispositif actuel a précisé le président Dominique Morvan. Et pour ne pas créer d’ambiguïté, les nouveaux développements pour de la volaille label, exportée notamment par les sociétés Thomas et Savel, se feront sous d’autres marques.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Le projet Abile visait à mieux connaitre le potentiel de différents types d'effluents avicoles et son évolution dans le temps, notamment en lien avec le stockage © A. Puybasset
Les effluents avicoles ont de l’énergie à revendre
Grâce au procédé de méthanisation, les effluents des élevages avicoles ont un rôle à jouer dans la transition énergétique…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)