Aller au contenu principal
Font Size

Le groupement Gaévol vise toujours l’excellence en poulet lourd

Adossé au groupe Avril, le groupement des éleveurs de volailles de chair de l’ouest fait tout pour que ses poulets destinés aux marchés hors GMS répondent à des exigences de plus en plus fortes.

Malgré un parc en léger retrait (936 000 m2 recensés fin 2018 et moins 20 000 m2), les éleveurs du Gaévol ont produit 63,2 millions de poulets lourds sexés (+ 3,4 % par rapport à 2017), 16,85 millions de poulets standards et lourds tout venant (+ 26 %), 3,2 millions de dindes (+ 5 % mais - 15 % par rapport à 2016), 1,4 million de canards de Barbarie (+ 6 % mais - 14 % par rapport à 2016) et 170 000 pintades (-26 %). Le poulet a le vent en poupe, mais pas n’importe lequel. À partir du 1er juillet 2019, les poulets lourds, destinés à devenir des nuggets MacDo, vont devoir se passer de la colistine pour se soigner (moins de 15 % des lots traités avec cet antibiotique). Parmi les autres exigences, il y a le sol en béton, la lumière naturelle, l’intégrité des coussinets plantaires… C’est incontournable pour rester un des fournisseurs européens référencés sur ce débouché porteur. « La croissance de la consommation concerne essentiellement la transformation industrielle et la restauration hors domicile, a rappelé Stéphane Dahirel, le président des 434 éleveurs réunis en assemblée générale. Nous sommes positionnés sur ces marchés et prêts à relever ce défi. » Faute de répondre aux meilleurs standards qualitatifs, ils risquent de perdre la partie face à des Polonais ou des Ukrainiens plus compétitifs. C’est le message qu’ont fait passer les responsables d’Avril (fournisseur de l’aliment Sanders) et de SBV (abatteur de la totalité des volailles).

Faire des efforts pour rémunérer plus justement

Première à avoir produit du poulet lourd à partir des années 90, la filière Avril-Gaévol a acquis une avance technique et sanitaire, indéniable mais jamais définitive. Les attentes sur les pododermatites deviennent de plus en plus fortes. Pour continuer à les diminuer (moins de 30 % en moyenne début 2019), après le sol en béton, les éleveurs doivent investir dans une litière de meilleure qualité et repailler plus souvent. Pour se passer de la colistine, il leur faudra améliorer le rapport eau/aliment, renforcer la décontamination, utiliser des flores de barrière, améliorer la qualité de l’eau, renforcer la vaccination annonce Sophie Lagadec, une des cinq vétérinaires d’Avril en Bretagne. Pour parfaire la conduite et les résultats, le service technique conseille de changer les pointeaux des pipettes tous les sept à dix ans, pour un coût de 1,50 euro par m2. Cette course à la technicité a donc un prix… « Nous espérons y trouver notre compte », a souligné Stéphane Dahirel dans son rapport moral, voulant sans doute rassurer des éleveurs ayant le sentiment d’investir plus pour obtenir un droit à produire que pour obtenir une survalorisation. D’autant que l’augmentation des charges (litière et gaz) les inquiète. À ces défis techniques, s’ajoute l’attente de « visitabilité ». Pour Stéphane Athimon, responsable volailles chair amont d’Avril, « la visitabilité des élevages est juste indispensable ». La reconquête des marchés de l’industrie et de la restauration hors foyer passe aussi par « la traçabilité de l’origine France et par une histoire à raconter aux consommateurs. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)