Aller au contenu principal

Le groupe volailler LDC résiste bien à la Covid

La publication le 8 avril de l’évolution du chiffre d’affaires et des volumes des trois pôles du groupe LDC montre que le leader français traverse la crise sans tanguer, sauf peut-être à l’international.

Sur l'exercice 2020-2021, LDC s'en sort bien grâce à ses positions en GMS portés par des produits dans l'air du temps (Nutriscore, Bien être animal, praticité, service...)
© P. Le Douarin

Le communiqué est tombé jeudi soir après la clôture de la Bourse. Le chiffre d’affaires 2020-2021 de LDC - 1er mars au 28 février- s’établit à 4,4 milliards d’euros. Il est stable (+0,2 %) avec une hausse des volumes de 1%. Le résultat opérationnel courant devrait être en repli de 5 à 10% par rapport à l’exercice précédent, c’est-à-dire de l’ordre de moins 10 à 20 millions d’euros. Le détail des chiffres sera divulgué le 26 mai prochain.

Des trois pôles (Volaille France, International, Traiteur), c’est la partie traiteur qui s’en sort le mieux avec une progression des ventes de 1.6% (655 M€) et des volumes de 2.4%. Sans le rachat de AGF (1er novembre 2020), la hausse est de 0.6% et 2.3% respectivement. Le pôle traiteur profite des hausses de la consommation à domicile et des produits à marque (Marie, Weight watcher…).

L’International doublement pénalisé

Celui qui s’en sort le plus mal est l’International (Belgique, Hongrie, Pologne), doublement impacté. D’une part par la Covid sur ses ventes nationales, d’autre part par le recul des marchés export pour cause de Covid mais aussi de saturation du marché en produits de palmipèdes. Le chiffre d’affaire annuel (janvier-décembre) baisse donc de 5.7% (446 M€) malgré des volumes en hausse de 6.4%. Ces mauvais chiffres sont amortis par les rachats de Kiplama en Belgique et de Marnevall en Hongrie. Sinon, ce serait -7.6% en valeur et +1.8% en volume.

Quant au pôle Volaille France, majoritaire (76% du chiffre d’affaires total), il tire son épingle du jeu grâce à ses déjà bonnes positions en GMS. Ses ventes sont identiques (presque 3 milliards hors amont) pour des volumes en baisse de 0.6%. Les ventes de fin d’année ont été satisfaisantes. Avec l’amont (œuf, aliment, matières premières), le chiffre d’affaires augmente de 0.8% (3.32 Milliards d’€).

Lire aussi : Pourquoi LDC fait la course en tête

Hausse des prix indispensable

Ce qui préoccupe à court terme, c’est bien sûr la nécessité de répercuter les hausses des matières premières agricoles pour « préserver l’équilibre de la filière.»

Concernant l’exercice 2021-2022,le groupe se montre d’une très grande prudence, tout en restant confiant sur quatre points : « une reprise progressive des ventes en restauration hors domicile au second semestre, l’intégration du groupe Ronsard (NDLR : décision de l’Autorité de la concurrence non rendue), des perspectives internationales plus favorables et l’excellente dynamique du pôle Traiteur. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Jean-Charles Le Strat, éleveur de poules pondeuses bio à Pluméliau : « Durant les phases de plus forte nervosité, la consommation des bottes augmente. C’est un bon indicateur d’un épisode de stress. » © A. Puybasset
« La luzerne compressée contribue au bien-être de mes poules pondeuses bio »
L’EARL Botjelan met à disposition de ses poules pondeuses bio des balles de luzerne compressées. Cet enrichissement contribue à…
Action anti-élevage : L214 s'attaque à l'élevage des poules au sol
Vidéo à l’appui, l’association anti-élevage L214 lance une campagne de discrédit sur l’élevage des poules au sol, remplaçant l’…
En poulet du quotidien, le système Lead Exp'air simplifie le travail durant la première quinzaine d'élevage en gérant simultanément le chauffage et la ventilation, tout en permettant de mieux évacuer l'humidité.  © Le Roy
Climatiser sans effort le démarrage des volailles de chair
Lancé en 2019, l’appareil Lead Exp’air combine chauffage à combustion indirecte, ventilation et récupération d’énergie. Il a…
Produits pour l’élevage : Bioarmor racheté par le breton Kersia
L'entreprise bretonne Kersia vient d'annoncer la reprise de la PME bretonne Bioarmor, spécialiste de solutions naturelles pour…
« L’enjeu de la collecte des emballages de produits d’hygiène est important pour nous éleveurs»
Eleveur de volailles dans le Finistère, Benoît Cornec a participé à la collecte pilote des emballages vides de produits d…
Certaines pratiques agroenvironnementales déjà existantes dans les élevages avicoles, telle que la production d'énergie photovoltaïque mériteraient d'être mieux valorisées.  © A. Puybasset
Adapter la Haute Valeur Environnementale aux productions avicoles
La certification environnementale, centrée sur les pratiques culturales, pourrait évoluer pour mieux valoriser…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)