Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le foie gras rayé de la carte des restaurants en Californie

La bataille judiciaire sur l’interdiction de produire ou vendre du foie gras en Californie se conclut en faveur des abolitionnistes.

Les producteurs américains envisagent de poursuivre la procédure de contestation de l'interdiction du gavage et de la vente de foie gras en Californie
© Cifog

La Cour suprême des États-Unis a refusé lundi 7 janvier 2019 de faire appel de l'interdiction du foie gras en Californie, confirmant ainsi une loi controversée datant de 2004. En vigueur depuis le 1er juillet 2012, elle interdit la production ou la vente de tout produit, tel que le foie gras de canard, produit par le gavage forcé d'oiseaux. Cette loi prévoit une amende de 1 000 dollars (875 euros) en cas d'infraction par un restaurateur.

La plus haute juridiction américaine a rejeté le recours introduit par des producteurs de foie gras américains et canadiens. L'avocat représentant les groupes contestataires a déclaré que la lutte n'était pas terminée. La contestation constitutionnelle de l'interdiction pourrait être renvoyée devant un tribunal de district fédéral de Los Angeles, qui avait initialement annulé l'interdiction en 2015, elle-même invalidée en 2017 par une Cour d’appel. L’avocat envisage aussi de demander au tribunal de continuer à autoriser la vente de foie gras en l'état, tant que l'affaire ne sera pas jugée.

Laisser le choix au consommateur

Les chefs californiens estiment que la décision de consommer du foie gras revient au consommateur et non au législateur. C’est aussi l’avis de l’interprofession française du foie gras (Cifog) appelant au libre commerce d’un produit sain, loyal et marchand dans un pays où la liberté a tant de prix. Pour son président Michel Fruchet, « il est inacceptable qu’une telle décision, prise sous l’influence d’activistes orchestrant une désinformation de notre production pour prôner le végétarisme puisse mettre en danger l’image d’un mets emblématique. »

Cette décision est plus symbolique qu’économique. Selon le rapport économique annuel du Cifog, les Etats Unis produisent 250 tonnes de foie gras par an et achètent moins d’une tonne de foie cru et de préparations à base de foie. Les restaurants américains peuvent se fournir au Canada qui produit lui-même et qui importe de France (moins de 30 t de foie et préparations).

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Tristan Poincloux parle de P5 (5ème bâtiment) pour désigner sa nouvelle chaufferie à biomasse. " C'est comparable en matière d'investissement, de longévité et de rentabilité, mais avec beaucoup moins de temps passé." © P. Le Douarin
Avec sa chaudière à biomasse, Tristan Poincloux recherche de meilleures performances dans son poulailler
Spécialisé en poulet standard, Tristan Poincloux a investi pour réduire son coût de chauffage, mais aussi pour améliorer les…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)