Aller au contenu principal
Font Size

« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »

Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut permettre de revaloriser les éleveurs et d’expliquer l’importance de la biosécurité, ainsi que le fonctionnement des filières.

Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux.
© V. Bargain

Quelles conséquences ont eu le confinement pour vous ?

Lucie Gantier – Mon activité est peu affectée, les consommateurs s’étant jetés sur les œufs vus comme un produit de base. À la demande de la mairie qui a contacté les agriculteurs de la commune pour voir s’ils pouvaient faire de la vente directe, j’ai par contre commencé à vendre des œufs aux particuliers trois jours par semaine, de 12 heures à 13 heures. Sinon, grâce à ma coopérative, la Cavac, je n’ai pas de problème d’approvisionnement ou d’enlèvement.

Comment voyez-vous cette période en termes de communication ?

L.G. - Elle donne l’occasion aux éleveurs de communiquer positivement sur leur métier, en direct auprès des consommateurs. Pour ma part, j’ai mis sur Twitter et sur ma chaîne YouTube Plein les Y’œufs des photos et vidéos montrant des palettes d’œufs, pour expliquer qu’il n’y aura pas de pénurie d’œufs en France et aussi qu’on peut acheter autre chose que des œufs et que je suis solidaire des autres filières plus affectées par la crise. Je remercie les salariés de la coopérative pour me permettre de continuer à produire et vendre mes œufs. J’explique en quoi je suis solidaire des consommateurs en vendant des œufs localement. Enfin cette période est aussi l’occasion d’expliquer l’importance de la biosécurité, que le confinement peut être nécessaire face à une pression environnementale trop élevée. Dans une de mes vidéos, des poules discutent de cela entre elles.

Que constatez-vous sur les réseaux sociaux ?

L.G. - Beaucoup d’agriculteurs se mettent à communiquer. Ils postent des vidéos, alors qu’ils ne mettaient que des photos. Ils ont envie de parler. Ils se sentent enfin reconnus, valorisés. Les associations continuent à être à l’affût, comme le montre la polémique sur l’épandage qui pourrait favoriser la dispersion du coronavirus. Mais la crise montre bien que l’élevage est nécessaire et bien organisé pour nourrir le monde.

À lire aussi sur le web : Avec son pseudonyme "Les Jolies Rousses", la productrice d’œufs Lucie Gantier communique sur les réseaux sociaux

La vente directe en toute sécurité

« Je réfléchissais déjà à faire de la vente directe. La crise du coronavirus et la demande de la mairie m’ont fait franchir le pas. Je vends pour l’instant trois jours par semaine, le lundi, le mercredi et le samedi, de 12 heures à 13 heures Les clients passent leurs commandes par téléphone ou SMS. Le jour convenu, je date les œufs, ce qui permet de garantir que ce sont des œufs du jour et pour moi de ne pas dater d’œufs qui ne seraient pas vendus en direct. Les clients se garent sur le parking prévu pour cela près du bâtiment. Pour la vente, j’utilise la fenêtre coulissante de mon bureau. Les clients n’entrent pas dans le bâtiment, ce qui garantit le respect des règles de biosécurité. Ils apportent leur contenant et nous faisons un échange œufs-argent par la fenêtre. En cette période, nous respectons les règles de distance et j’ai du gel hydroalcoolique dans le bureau. La vente directe est une très bonne occasion de communiquer positivement sur l’élevage et les bâtiments d’élevage. Je me rends compte que même les habitants du village ne savent pas du tout ce qu’est le quotidien d’un éleveur de volailles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)