Aller au contenu principal

« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »

Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut permettre de revaloriser les éleveurs et d’expliquer l’importance de la biosécurité, ainsi que le fonctionnement des filières.

Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux.
© V. Bargain

Quelles conséquences ont eu le confinement pour vous ?

Lucie Gantier – Mon activité est peu affectée, les consommateurs s’étant jetés sur les œufs vus comme un produit de base. À la demande de la mairie qui a contacté les agriculteurs de la commune pour voir s’ils pouvaient faire de la vente directe, j’ai par contre commencé à vendre des œufs aux particuliers trois jours par semaine, de 12 heures à 13 heures. Sinon, grâce à ma coopérative, la Cavac, je n’ai pas de problème d’approvisionnement ou d’enlèvement.

Comment voyez-vous cette période en termes de communication ?

L.G. - Elle donne l’occasion aux éleveurs de communiquer positivement sur leur métier, en direct auprès des consommateurs. Pour ma part, j’ai mis sur Twitter et sur ma chaîne YouTube Plein les Y’œufs des photos et vidéos montrant des palettes d’œufs, pour expliquer qu’il n’y aura pas de pénurie d’œufs en France et aussi qu’on peut acheter autre chose que des œufs et que je suis solidaire des autres filières plus affectées par la crise. Je remercie les salariés de la coopérative pour me permettre de continuer à produire et vendre mes œufs. J’explique en quoi je suis solidaire des consommateurs en vendant des œufs localement. Enfin cette période est aussi l’occasion d’expliquer l’importance de la biosécurité, que le confinement peut être nécessaire face à une pression environnementale trop élevée. Dans une de mes vidéos, des poules discutent de cela entre elles.

Que constatez-vous sur les réseaux sociaux ?

L.G. - Beaucoup d’agriculteurs se mettent à communiquer. Ils postent des vidéos, alors qu’ils ne mettaient que des photos. Ils ont envie de parler. Ils se sentent enfin reconnus, valorisés. Les associations continuent à être à l’affût, comme le montre la polémique sur l’épandage qui pourrait favoriser la dispersion du coronavirus. Mais la crise montre bien que l’élevage est nécessaire et bien organisé pour nourrir le monde.

À lire aussi sur le web : Avec son pseudonyme "Les Jolies Rousses", la productrice d’œufs Lucie Gantier communique sur les réseaux sociaux

La vente directe en toute sécurité

« Je réfléchissais déjà à faire de la vente directe. La crise du coronavirus et la demande de la mairie m’ont fait franchir le pas. Je vends pour l’instant trois jours par semaine, le lundi, le mercredi et le samedi, de 12 heures à 13 heures Les clients passent leurs commandes par téléphone ou SMS. Le jour convenu, je date les œufs, ce qui permet de garantir que ce sont des œufs du jour et pour moi de ne pas dater d’œufs qui ne seraient pas vendus en direct. Les clients se garent sur le parking prévu pour cela près du bâtiment. Pour la vente, j’utilise la fenêtre coulissante de mon bureau. Les clients n’entrent pas dans le bâtiment, ce qui garantit le respect des règles de biosécurité. Ils apportent leur contenant et nous faisons un échange œufs-argent par la fenêtre. En cette période, nous respectons les règles de distance et j’ai du gel hydroalcoolique dans le bureau. La vente directe est une très bonne occasion de communiquer positivement sur l’élevage et les bâtiments d’élevage. Je me rends compte que même les habitants du village ne savent pas du tout ce qu’est le quotidien d’un éleveur de volailles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

De nouvelles règles de production pour les œufs label rouge
En discussion depuis 2018, les nouvelles conditions de productions communes de la production d’œufs de poules label rouge sont…
Nathalie Mordelet avec ses poulettes pendant leur enlèvement : « Il faut être ferme avec les poules, sinon elles ont vite fait de gagner la partie à nos dépens. » © P. Le Douarin
Poules pondeuses : les six premières semaines sont cruciales
En production d’œufs sous modes alternatifs, les deux premiers mois de la mise en route des poules conditionnent énormément le…
« Sur les quatre lots en volière, pas un n’a eu les mêmes comportements. C’est à moi de réagir et de m’adapter aux poules comme elles s’adaptent aussi à leur nouvel environnement. » © P. Le Douarin
Pondeuses en volière : Patrick Le Corre est exigeant sur ses poulettes
Éleveur finistérien méticuleux, Patrick Le Corre est très vigilant sur la manière dont sont élevées ses poules, afin de les…
Le test de modulation de la croissance a été mené dans la ferme de recherche de la firme services MG2Mix © Orvia-MG2Mix
Produire un canard de Barbarie plus petit et mieux viandé
Le sélectionneur Orvia propose aux producteurs de nouvelles pistes techniques afin de fournir aux abattoirs un canard mâle…
Les ressorts haute résistance en rotation de l'aérateur Aélavia cassent la croute de litière. © Pubert
Un aérateur pour tout type de litières

Fabriqué par l’entreprise française Pubert et distribué par Boissinot Élevage, Aélavia est un aérateur…

Adrien Hervault : « La première semaine, je déclenche manuellement la distribution de l’aliment pour bien caler les quantités et veiller à ce que les poules ne fassent pas de tri. » © A. Puybasset
« Je ne compte pas mes heures au démarrage de mes poules en volière »
Adrien Hervault et son père Patrick passent beaucoup de temps dans leurs volières durant les premières semaines, très attentifs à…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)