Aller au contenu principal

Itinéraire technique des poules pondeuses
L'alimentation calcique démarre dès la phase d'élevage

La nutrition est le premier levier pour optimiser la qualité de la coquille. Pour Michel Richet, de Provimi, cela passe par une bonne gestion des apports de calcium et la maîtrise de l’intégrité hépatique.

La poule a tendance à s’engraisser, d’où l’importance d’une administration régulière d’hépatoprotecteur. Un foie « gras » a un impact négatif sur la qualité de coquille.
La poule a tendance à s’engraisser, d’où l’importance d’une administration régulière d’hépatoprotecteur. Un foie « gras » a un impact négatif sur la qualité de coquille.
© P. Le Douarin

La poule exporte chaque jour environ 2 g de calcium pour constituer la coquille. L’apport quotidien de ce minéral dans l’aliment est indispensable: elle doit en consommer une quantité environ deux fois plus importante, compte tenu de la rétention calcique dans les os. « La période critique concernant la qualité de la coquille démarre après 55 semaines d’âge, constate Michel Richet, de la firme services Provimi. Mais la préparation alimentaire de la poule pour l’aider à mobiliser puis exporter du calcium commence au plus jeune âge. »

TAILLE DES PARTICULES

Le nutritionniste considère trois phases clés pour l’apport de calcium. La première concerne les six premières semaines d’âge, lors de la constitution du squelette. « Le dépôt de calcium dans les os doit être renforcé sur cette période. L’apport azoté favorise le développ e m e n t c o r p o r e l tandis que l’ajout du métabolite de la vitamine D3 influence la capacité d’absorption intestinale du calcium. » Vers 16 à 18 semaines, on augmente légèrement le niveau d’incorporation de calcium. Cela correspond à la période de maturité sexuelle et de formation de l’os médullaire (voir page 11). En ponte, l’apport de calcium dans les aliments croît progressivement de 3,4 à 4 % pour satisfaire l’exportation de coquille et la baisse d’assimilation. Parallèlement, la quantité de phosphore diminue de 3,6 à 3,1 %. « Un apport de phosphore trop important diminue la capacité à mobiliser le calcium dans l’os médullaire et la « production » de coquille sera moins importante la nuit. » L’une des caractéristiques de la poule est son appétit spécifique pour le calcium en fin de journée. Un repas doit être réalisé environ 3 heures avant l’extinction. Son ingéré calcique augmente de 10 à 20 %. Le jabot se dilate et la solubilisation du calcium augmente. Les sources de carbonate de calcium proviennent de carrières (calcaire) ou sont d’origine marine (coquille d’huître). L’apport dans l’aliment se fait aux deux tiers sous forme de semoulettes et pour un tiers sous forme de poudre. « L’objectif est de faire en sorte que la disponibilité du calcium soit progressive et se prolonge en deuxième partie de nuit, explique Michel Richet. La solubilité de la semoulette est plus lente que celle de la poudre. » Le nutritionniste pointe du doigt l’importance de préserver l’intégrité hépatique. « La poule a tendance à s’engraisser. Un foie « gras » aura une moindre capacité à métaboliser la vitamine D3. Les protéines de la membrane coquillière étant produites par cet organe, la solidité de la coquille peut s’en ressentir. » Il recommande d’administrer un hépatoprotecteur dès 30 à 35 semaines, avec une cure de 15 jours toutes les six semaines.

OEUFS FRAGILES EN FIN DE PONTE

En cas de problèmes récurrents de coquille en fin de lot, on peut recourir à des additifs nutritionnels, tels que le butyrate de sodium qui stimule les fonctions hépatiques et restore les vilosités intestinales. Dans un élevage sensible, il est également possible de « freiner » l’augmentation du calibre de l’oeuf à partir de 40 semaines en réduisant le taux de matières grasses et de certains acides aminés comme la méthionine. Un flash lumineux de 1 h 30 à 2 h au cours de la nuit stimule la consommation de calcium au moment de la formation de la coquille. Lors d’un coup de chaleur, l’appétit diminue. La poule ingère donc moins de calcium. Par ailleurs, elle va hyperventiler pour réguler sa température corporelle et évacuer du dioxyde de carbone. Cela entraîne une alcalose respiratoire et l’élévation du pH sanguin. La poule compense en éliminant des bicarbonates pour réguler le pH sanguin. Un apportplus important de bicarbonate de sodium au cours de l’été aide à maintenir la solidité de la coquille. « Et pour les années à venir, conclut Michel Richet, le management de la glycémie et son influence sur l’engraissement des foies offre des perspectives intéressantes pour améliorer la solidité de la coquille. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)