Aller au contenu principal

La réglementation européenne est stricte sur les insectes à usages alimentaires

Dans l’Union européenne, l’élevage, la transformation et la vente d’insectes doivent suivre des règles créées pour les « nouveaux aliments » ou s'adapter à celles communes de l’élevage des animaux.

Les protéines d'insectes ne sont pas encore autorisées pour l'alimentation des porcs et des volailles, contrairement aux graisses
© Entomofarm

Une note technique du ministère de l’agriculture de 2017 a fait un point réglementaire sur l’utilisation des insectes et de leur dérivés en alimentation animale et humaine.

 -  Alimentation des insectes : les matières premières ne peuvent pas être du lisier ou fumier, des déchets de cuisine ou de table, du bois traité. En revanche, certains produits animaux autorisés pour les non ruminants peuvent être utilisés (farine de poisson, ovoproduits, lait et produits laitiers…) ;

- Alimentation des animaux :

- les insectes entiers sont autorisés pour nourrir les animaux de rente et de compagnie ;

- les protéines animales transformées (PAT) à base d’insectes sont autorisées en aquaculture depuis le 1er juillet 2017, à condition d’être issus de sept espèces (2 mouches, 2 ténébrions, 3 grillons). Elles sont interdites pour les ruminants, les porcs et les volailles, mais utilisables pour les animaux familiers et ceux à fourrure ;

- les graisses d’insectes et les protéines hydrolysées sont autorisées pour les animaux d’élevage ;

Alimentation humaine : Depuis le 1er janvier 2018, les insectes et leurs dérivés entrent dans la réglementation « nouveau aliment ». Ils sont soumis à une autorisation préalable de mise en marché qui devient « générique » (exclusivité donnée au demandeur pendant cinq ans). En décembre 2019, aucune autorisation n’avait été délivrée, mais 12 dossiers étaient en cours d’examen.

Les évolutions attendues par les producteurs d’insectes concernent  à court terme de créer la liste positive pour la consommation humaine, et à moyen terme l’extension des PAT aux porcs et aux volailles, avant l’extension des matières pouvant alimenter des insectes (notamment les déchets de cuisine).

Dans le Monde, le statut réglementaire des insectes est très vague. Les USA autorisent la larve de mouche soldat noir entière et séchée pour les salmonidés. Le Canada l’autorise entière pour les volailles et les poissons. En Chine, aucune autorisation n’est nécessaire et en Corée une dérégulation é été décidée en 2015. Ailleurs, l’insecte n’a pas de statut.

A lire :

Nourrir le Monde avec des mouches et des scarabées

voir aussi :

Le groupe Orvia se lance dans la génétique de la mouche soldat noir

Cargill étudie la valorisation alimentaire des insectes

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)