Aller au contenu principal

La lutte intégrée contre le pou rouge testée en élevages de poules pondeuses

Dans le cadre du projet européen Mitecontrol, des élevages de poules pondeuses testent la lutte intégrée contre le pou rouge, en s’appuyant sur des produits alternatifs et un suivi automatisé des populations de poux.

L'étude du comportement des poules filmées par caméra infrarouge durant la nuit facilitera le suivi des populations de pou rouge durant les essais. © Experimental Poultry Center
L'étude du comportement des poules filmées par caméra infrarouge durant la nuit facilitera le suivi des populations de pou rouge durant les essais.
© Experimental Poultry Center

Le projet européen Mitecontrol 2018-2022 vise à mettre au point des méthodes de traitement efficaces et durables pour lutter contre les poux rouges de la poule pondeuse à l’aide d’une approche de lutte intégrée contre les ravageurs.

Les poux rouges ont tendance à développer une résistance aux produits de traitement chimique et il n’existe qu’un nombre limité de produits à la disposition des agriculteurs pour lutter contre les acariens rouges. Une approche de lutte antiparasitaire intégrée offre une méthode durable et respectueuse de l’environnement pour lutter contre le pou rouge. Elle est en cours de test dans une douzaine d’élevages de poules pondeuses (cage, volière, plein air, bio), répartis en France, en Belgique et en Angleterre. Les quatre élevages français, situés en Bretagne et dans le Sud-Est, sont suivis par l’Itavi.

Des alternatives au traitement chimique

 

 
La lutte intégrée repose sur cinq piliers : la prévention, la surveillance, l’application de traitements non chimique, l’utilisation de traitements chimiques en dernier recours et l’évaluation de la stratégie mise en place. Chacun des élevages testera une méthode alternative au traitement chimique. En parallèle, des essais en laboratoire sont menés pour améliorer les traitements existants, tester de nouveaux traitements, évaluer le développement de la résistance et évaluer les avantages et les bénéfices de la combinaison de plusieurs traitements. Sont étudiés les prédateurs, les additifs alimentaires, les perchoirs avec un courant électrique en dessous (inaccessible aux poules) et un vaccin.

 

Un monitoring des populations de poux

Enfin, pour faciliter le suivi des populations de pou rouge et raisonner le moment d’application d’un produit de lutte, un système automatisé de surveillance va être développé. Il est basé sur l’enregistrement des animaux la nuit par une caméra infrarouge. Les infestations d’acariens pouvant rendre les poules agitées lors de leur sommeil. Cette modification de comportement peut être mesurée pour indiquer le niveau d’infestation en poux rouges dans le poulailler, en fonction de l’état d’agitation.

Les résultats des essais seront disponibles début 2022.

Partenaires

L’institut belge Experimental Poultry Center, université de Paul Valéry de Montpellier, université hollandaise KU Leuven, Itavi, EPC (Belgique), Adas (Royaume-Uni), Koppert, Eurotech-Sordaer et Nor-Feed. Financement Feder Interreg Europe du Nord-Ouest

Une lutte intégrée en cinq étapes

1. La prévention du pou rouge par le nettoyage/désinfection du bâtiment (cibler les gîtes de poux difficilement accessibles comme l’intérieur des perchoirs, appliquer du savon noir sur les gros agrégats de poux visibles avant le départ des poules pour diminuer la population avant qu’ils ne se cachent dans les interstices du bâtiment) ; par la biosécurité pour éviter l’introduction d’acariens (caisses de livraison de poulettes indemnes de poux…) ; par les mesures de gestion pendant la bande (boucher les extrémités des perchoirs, évacuer des croûtes sèches de fumier) et par l’application de traitements préventifs non chimiques pour prévenir la croissance des populations de poux rouges (prédateurs, additifs alimentaires). Des combinaisons de traitements peuvent se révéler plus efficaces en duo.

2. La surveillance de la population d’acariens. Définir des seuils permet de connaître le bon moment pour appliquer un traitement (ni trop tard, ce qui rendrait le traitement inefficace, ni trop tôt pour éviter la surutilisation de produit). Le monitoring aide aussi à juger de son efficacité.

3. L’application de traitements non-chimiques. Si la population de pou rouge n’est pas maîtrisée par les mesures préventives (dépassement du seuil de traitement), des traitements non chimiques sont utilisés. Il peut s’agir d’une augmentation de la dose/fréquence des traitements préventifs ou de l’utilisation d’autres traitements comme le savon noir ou la silice.

4. L’utilisation de traitements chimiques en dernier recours. Si les traitements non chimiques ne sont pas assez efficaces et que les performances, le bien-être animal ou de l’éleveur sont compromis, des produits chimiques seront utilisés. Ils doivent être utilisés avec soin et de façon sélective pour minimiser l’utilisation et réduire le risque de développement de résistance.

5. L’évaluation en fin de bande de la stratégie globale de lutte sur son efficacité contre le pou mais aussi sur le coût et le temps de travail. Elle permettra d’adapter la stratégie de lutte du prochain lot.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
À Montmeyran, Guillaume Delay a signé une promesse de bail sur 20 ans pour désamianter et solariser les toitures de ses deux bâtiments (1972 et 1988) dans lesquels il élevait des dindes. « L’aide de la région a fait la différence, l’opération ne doit rien me coûter ».
Bâtiments agricoles : Dans la Drôme, le photovoltaïque financera le désamiantage
L’installation de toitures photovoltaïques dans la communauté Valence Romans Agglo va permettre de financer le désamiantage d’…
Élevant 130 000 faisans et 50 000 perdreaux sur 42 hectares de volières à Loubes-Bernac, Pascal Tarrisse a fait recouvrir 8 ha en ombrières photovoltaïques.
Agrivoltaïsme : Des faisans à l’abri d’ombrières photovoltaïques
Dans le Lot-et-Garonne, des ombrières recouvertes de panneaux solaires ont remplacé des volières de la faisanderie des…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Le projet Européen aWISH (« Animal Welfare Indicator at SlaughterHouse » ) va développer des outils de surveillance du bien-être animal en temps réel, tout au long de la chaîne de production jusqu'à l’abattoir.
Recherche et Développement : trois nouveaux projets de l’Itavi
À travers trois nouveaux projets de recherche et développement nationaux et européens, l’Itavi travaille à concilier l’économie…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)