Aller au contenu principal

La filière du poulet des Landes élevé en liberté cherche des éleveurs

Le 11 juin dernier, la chambre d’agriculture des Landes et trois organisations de production (Euralis, Maïsadour et Volailles d’Albret) ont conjointement organisé une porte ouverte sur l’élevage en liberté des poulets label rouge et bio.

Avec un mode d’élevage attentif au bien-être animal, le poulet des Landes en liberté colle bien aux attentes sociétales. © P. Le Douarin
Avec un mode d’élevage attentif au bien-être animal, le poulet des Landes en liberté colle bien aux attentes sociétales.
© P. Le Douarin

Même si les abattoirs peinent à reconquérir les parts de marché perdues suite aux épisodes d’influenza aviaire de 2016 et 2017, ces trois organisations de production des Landes cherchent des bâtiments pour pallier les arrêts d’activité et pour maintenir le potentiel de production. Maïsadour estime ses besoins entre 100 et 200 bâtiments chaque année, quand Euralis l’évalue à 60 bâtiments de 400 m2 et Volailles d’Albret à 10 bâtiments par an, également en 400 m2. Le 11 juin, il s’agissait de convaincre de nouveaux éleveurs de se lancer dans cette production. Ce qu’ont fait les trois organisations sur l’élevage de Paul Falkenberg, installé à Saint-Paul-lès-Dax depuis novembre 2016.

Le poulet landais, produit de demain

Thierry Bordaçahar, responsable technique volailles de Maïsadour, a souligné que si globalement, le marché français subit les importations en poulet standard, ce n’est pas le cas en label rouge, un concept qui n’existe nulle part ailleurs. En 2018, plus de 130 millions de volailles label rouge ont été mises en place, en légère hausse par rapport en 2017 (+1 %). Dans les Landes, 12,5 millions de volailles label rouge Landes ont été mises en place en élevage et les volumes d’avant l’influenza aviaire n’ont toujours pas été retrouvés. Pour les trois organisations, le poulet label Landes en liberté correspond bien aux attentes des consommateurs : une viande blanche plébiscitée pour la santé ; un produit local nourri aux céréales et au maïs produits dans le Sud-Ouest ; une histoire ancrée dans le territoire et du bien-être animal. D’où le besoin de nouveaux éleveurs pour préparer à fournir les poulets de demain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)