Aller au contenu principal

Itavi - Des éleveurs échangent sur la biosécurité

L’Itavi et l’Anses testent une démarche d’amélioration de la biosécurité qui se repose sur un travail en groupe pour enrichir la réflexion personnelle.

Pour appliquer une biosécurité au quotidien, les discussions entre éleveurs sont très complémentaires de l’approche prescriptive, car elles permettent de conforter des choix de changement ou d’investissement. © Itavi
Pour appliquer une biosécurité au quotidien, les discussions entre éleveurs sont très complémentaires de l’approche prescriptive, car elles permettent de conforter des choix de changement ou d’investissement.
© Itavi

La réglementation et les guides techniques sont souvent très prescriptifs en matière de moyens et de pratiques préconisées pour assurer le niveau adéquat de biosécurité. En résumé, « il faut faire comme cela et pas comme cela ». Sur le terrain, cette approche normative bute sur la spécificité de chaque élevage et sur la motivation de l’éleveur. De par son histoire, le site à sécuriser diffère souvent du modèle idéal et l’éleveur peut avoir des craintes ou des réticences. C’est pour lever ses freins que des réunions d’échanges entre éleveurs ont été organisées en 2019 par l’Itavi, en collaboration avec l’Anses, dans le cadre du projet Partage. Elles visaient à associer des éleveurs pour qu’ils réfléchissent ensemble puis qu’ils choisissent individuellement des pratiques et des solutions de biosécurité de façon active et responsable. Un animateur conduisait la réunion pour faciliter les échanges et permettre à chacun de trouver sa propre solution, tout en bénéficiant des réflexions collectives.

Ensemble on va plus loin

Deux groupes d’une dizaine d’éleveurs se sont réunis. Leurs discussions ont porté sur « comment mieux lutter contre les nuisibles, comment mieux gérer les stocks de litière, quelles méthodes et équipement utiliser pour pailler et repailler, comment mieux encadrer les équipes de ramassage », etc. Cette méthode participative a favorisé le partage des connaissances et fait évoluer les points de vue. « D’habitude, on nous dit : bon vous allez faire ceci et faire cela. Alors que là, c’étaient des échanges entre nous », rapporte un participant. Rien de tel que d’entendre un autre parler de ses problèmes et de ses solutions. « Il y a des choses que certains faisaient et auxquelles on n’y pensait pas, ajoute un autre. On a appris plus avec les astuces des collègues. » Chacun a pu tirer le bilan de ses pratiques. « Ce que je fais est-il suffisant pour bien gérer les risques ? » Les participants ont aussi été amenés à analyser leurs contraintes et leurs priorités. « Quels sont les risques les plus importants sur mon élevage ? En quoi cette pratique ou mesure permet de réduire les risques ? » Pour finir, chacun a identifié et choisi les actions qui lui permettraient de progresser, eu égard à ses contraintes (organisation du travail, conception du site, investissement) et aux facteurs de risques propres à son exploitation (région, trafic routier, collectif de travail, élevages aux alentours…). Deux réunions de groupes sont encore programmées cette année, mais déjà quatorze des dix-sept participants ont adopté ou prévu un changement à court terme. À l’issue de ce projet, l’Itavi et l’Anses mettront ces outils pédagogiques à la disposition de tous.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Le projet Abile visait à mieux connaitre le potentiel de différents types d'effluents avicoles et son évolution dans le temps, notamment en lien avec le stockage © A. Puybasset
Les effluents avicoles ont de l’énergie à revendre
Grâce au procédé de méthanisation, les effluents des élevages avicoles ont un rôle à jouer dans la transition énergétique…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)