Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Itavi - Des éleveurs échangent sur la biosécurité

L’Itavi et l’Anses testent une démarche d’amélioration de la biosécurité qui se repose sur un travail en groupe pour enrichir la réflexion personnelle.

Pour appliquer une biosécurité au quotidien, les discussions entre éleveurs sont très complémentaires de l’approche prescriptive, car elles permettent de conforter des choix de changement ou d’investissement. © Itavi
Pour appliquer une biosécurité au quotidien, les discussions entre éleveurs sont très complémentaires de l’approche prescriptive, car elles permettent de conforter des choix de changement ou d’investissement.
© Itavi

La réglementation et les guides techniques sont souvent très prescriptifs en matière de moyens et de pratiques préconisées pour assurer le niveau adéquat de biosécurité. En résumé, « il faut faire comme cela et pas comme cela ». Sur le terrain, cette approche normative bute sur la spécificité de chaque élevage et sur la motivation de l’éleveur. De par son histoire, le site à sécuriser diffère souvent du modèle idéal et l’éleveur peut avoir des craintes ou des réticences. C’est pour lever ses freins que des réunions d’échanges entre éleveurs ont été organisées en 2019 par l’Itavi, en collaboration avec l’Anses, dans le cadre du projet Partage. Elles visaient à associer des éleveurs pour qu’ils réfléchissent ensemble puis qu’ils choisissent individuellement des pratiques et des solutions de biosécurité de façon active et responsable. Un animateur conduisait la réunion pour faciliter les échanges et permettre à chacun de trouver sa propre solution, tout en bénéficiant des réflexions collectives.

Ensemble on va plus loin

Deux groupes d’une dizaine d’éleveurs se sont réunis. Leurs discussions ont porté sur « comment mieux lutter contre les nuisibles, comment mieux gérer les stocks de litière, quelles méthodes et équipement utiliser pour pailler et repailler, comment mieux encadrer les équipes de ramassage », etc. Cette méthode participative a favorisé le partage des connaissances et fait évoluer les points de vue. « D’habitude, on nous dit : bon vous allez faire ceci et faire cela. Alors que là, c’étaient des échanges entre nous », rapporte un participant. Rien de tel que d’entendre un autre parler de ses problèmes et de ses solutions. « Il y a des choses que certains faisaient et auxquelles on n’y pensait pas, ajoute un autre. On a appris plus avec les astuces des collègues. » Chacun a pu tirer le bilan de ses pratiques. « Ce que je fais est-il suffisant pour bien gérer les risques ? » Les participants ont aussi été amenés à analyser leurs contraintes et leurs priorités. « Quels sont les risques les plus importants sur mon élevage ? En quoi cette pratique ou mesure permet de réduire les risques ? » Pour finir, chacun a identifié et choisi les actions qui lui permettraient de progresser, eu égard à ses contraintes (organisation du travail, conception du site, investissement) et aux facteurs de risques propres à son exploitation (région, trafic routier, collectif de travail, élevages aux alentours…). Deux réunions de groupes sont encore programmées cette année, mais déjà quatorze des dix-sept participants ont adopté ou prévu un changement à court terme. À l’issue de ce projet, l’Itavi et l’Anses mettront ces outils pédagogiques à la disposition de tous.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le groupe volailler LDC candidat au rachat de Ronsard
Le groupe Eureden a entamé des négociations exclusives pour la vente de ses actifs industriels avicoles Ronsard au groupe LDC,…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Les poules colorées destinées aux petits producteurs sont élevées avec le même soin que celles destinées aux circuits longs. © Groupe Michel
Le groupe Michel cible les éleveurs de poules bio en vente directe
Avec LV’Direct, le groupe Michel lance une nouvelle offre de produits et de services spécifiquement destinée aux producteurs d’…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)