Aller au contenu principal

« Il faut réhumaniser notre alimentation », selon le sociologue Éric Birlouez

Avec des consommateurs de plus en plus conscientisés, les filières agroalimentaires vont devoir être plus sincères et ouvrir la boîte noire du système de production et de transformation alimentaire.

Éric Birlouez a la double casquette d’ingénieur agronome et de sociologue. Il est consultant, expert, enseignant et auteur. Après avoir commencé par la sociologie du monde agricole et rural, il a évolué vers l’histoire et la sociologie de l’alimentation. © P. Le Douarin
Éric Birlouez a la double casquette d’ingénieur agronome et de sociologue. Il est consultant, expert, enseignant et auteur. Après avoir commencé par la sociologie du monde agricole et rural, il a évolué vers l’histoire et la sociologie de l’alimentation.
© P. Le Douarin

Qu’est ce qui a changé entre le consommateur d’il y a trois-quatre ans et celui d’aujourd’hui ?

Éric Birlouez - « Les Français sont encore plus attentifs à ce qu’ils mangent. Ils deviennent plus exigeants et plus pressés (d’où le succès de la livraison rapide), mais aussi plus enclins qu’avant à changer leurs habitudes de consommation. Ils n’hésitent plus à quitter un produit ou une marque. Une part grandissante évolue vers le « manger moins mais mieux » en optant pour des produits plus qualitatifs. Néanmoins, le prix reste le premier critère de choix pour 40 % d’entre eux. Tous sont convaincus du lien entre l’alimentation et leur santé et beaucoup, surtout parmi les jeunes estiment que leur manière de manger aura un impact important sur l’état de la planète, d’où de nouveaux styles alimentaires (flexitarisme, véganisme…) pour donner du sens à leur alimentation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
Les Pays-Bas passent à l’alimentation précoce des poussins de chair
D’ici septembre 2024, tous les poussins de chair nés aux Pays-Bas devront avoir accès à l’alimentation dans les 36 heures qui…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
La gestion en flux tendu des plannings de ramassage est ressortie comme un point bloquant majeur à l'observance de la biosécurité.
Aider les équipes de ramassage de volailles à intégrer la biosécurité
De bonnes conditions d’accueil, un planning de ramassage bien anticipé et une meilleure communication entre acteurs sont autant…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)