Aller au contenu principal

Grippe aviaire : Accord de sécurisation validé entre les professionnels du foie gras

  Les professionnels de la filière foie gras (Cifog) n’ont pas attendu les nouvelles mesures réglementaires pour tenter d’éviter une cinquième épizootie meurtrière. L’accord interprofessionnel de sécurisation sanitaire a été validé jeudi 29 septembre.

Le plan de sécurisation sanitaire renforce la détection précose et s'appuie sur un outil de recensement des cheptels performant
© C. Chabasse

La mesure phare du programme actualisé de sécurisation du Cifog concerne le vide complet en palmipèdes à foie gras dans 68 communes situées dans les Landes, les Pyrénées-Atlantiques, le Gers et les Hautes Pyrénées choisies pour être denses en élevage (les 20 % plus denses), donc les plus à risque en termes de propagation incontrôlable du virus. C'est le Plan Adour qui concerne aussi des galliformes autour des sites sensibles (32 communes) et 20 communes denses qui baisseront leur densité de 40 %.

Le vide se déroulera du 15 novembre au 15 janvier (semaines 46 à 2). Ce qui signifie au préalable une réduction progressive du nombre d’animaux en élevage. Pour ceux élevant et gavant dans ces communes, les arrêts de mises en place ont dû démarrer en semaine 34. Les producteurs autarciques ne sont pas concernés par cette mesure à caractère obligatoire du fait de l’extension de cet accord.

En englobant toute la chaîne de valeur, le cout de cette mesure a été estimé à 12 millions d’euros pour le manque de 500 000 canards à produire et transformer.

En élevage, le manque à gagner est pris en charge par l'Etat, avec une indemnisation à 100%, mais rien n’a été budgété pour l’aval.

Un autre volet du plan comprend le renforcement de la surveillance des lots pour détecter les contaminations plus précocement en élevage, avant mouvement d’un site d’élevage et après l’arrivée dans un site d’engraissement.

Le passage niveau jaune implique notamment un controle 5 jours après l'arrivée des canards en angraissement
© Chambre d'agriculture des Landes

 

Quatre niveaux ont été définis (vert, jaune, orange et rouge) pour augmenter les contrôles aux trois niveaux de risque (vert et jaune pour le risque modéré). Les contrôles dépendent également des zones (ZRP/ZRD ou pas), des lots (élevage ou engraissement) et du système de production (non autarcique, autarcique sans abattage ou avec).

Par rapport à l'année précédente, les nouveautés sont la réalisation de prélèvements d'environnement dès l'âge de 6 semaines au moyen de chiffonnettes, le contrôle 48 heures avant mouvement et les chiffonnettes en engraissement 5 jours après pour vérifier qu'il n'y a pas eu de contamination au moment du transfert. Le surcoût est estimé à 5 millions d'euros pour la filière.

Les autres mesures concernant l’audit biosécurité, l’adaptation de la densité aux capacités de mise à l’abri.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 21 novembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Grippe aviaire : la lutte préventive monte encore d’un cran en Bretagne, Pays de Loire et Deux Sèvres
  Une instruction technique de la direction générale de l‘alimentation (DGAL) renforce la biosécurité et la surveillance des…
Paul Daugreilh dans le bâtiment d’Emmanuel Misson à Meilhan-sur-Garonne. La pulvérisation sans filtre se fait sur les zones cibles, à savoir sous les mangeoires, les pesons et au bas des parois.
Volailles de chair : Une lutte biologique efficace contre les ténébrions
Retour d’expérience d’un éleveur technicien sur l’utilisation d’une solution de lutte biologique intégrée contre les ténébrions…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)