Aller au contenu principal

Grippe aviaire : fin de la crise sanitaire mais début d'une autre crise

Depuis le 9 juin, l’épizootie d’influenza aviaire est sanitairement terminée dans les élevages. En revanche, tout commence pour fixer la nouvelle « feuille de route » et accompagner le maximum d’opérateurs impactés.

Le temps de remplir progressivement les élevages libérés par la levée des mesures, le retour à des volumes « normaux » de production dans le cluster Ouest n’est pas à espérer avant l’automne, à conditions de ne pas manquer d’oiseaux d’un jour.
Le temps de remplir progressivement les élevages libérés par la levée des mesures, le retour à des volumes « normaux » de production dans le cluster Ouest n’est pas à espérer avant l’automne, à conditions de ne pas manquer d’oiseaux d’un jour.
© A. Puybasset (Archives)

Neuf mois se sont écoulés, quasiment jour pour jour, entre l’entrée et la sortie du territoire français en risque « modéré » vis-à-vis du risque influenza aviaire. Sur l’année 2021-2022, les élevages de plein air situés en Zone à risques particuliers (ZRP) ou à risque de diffusion (ZRD) ne verront leurs volailles dehors que les trois mois d’été, et cinq mois en dehors (claustration de début novembre à mi-mai).

Mal vécus par les éleveurs de volailles de plein air, notamment ceux en circuits courts, ces longs mois de « mises à l’abri » n’ont pas empêché la pire crise sanitaire d’éclater.

 

 
Évolution hebdomadaire des foyers de volailles depuis le 21 novembre 2021
Évolution hebdomadaire des foyers de volailles depuis le 21 novembre 2021 © Plateforme ESA

 

Le dernier bilan du ministère de l’agriculture (DGAL) établi au 10 juin faisait état de 1 378 foyers en élevages, 35 en basses-cours et 63 détections dans l’avifaune sauvage. Le dernier foyer en élevage remontant au 17 mai, « on peut considérer que la crise est derrière nous », estimait le cabinet du ministre de l’Agriculture le 7 juin, lors d’une conférence de presse.

En revanche, la crise économique est loin d’être terminée, malgré le dispositif d’accompagnement de l’État.

Lever les incertitudes par la transparence

Dix-sept millions trois cent mille volailles ont été abattues annonce le ministère, sans détailler leur répartition (foyers, dépeuplement, productions, départements…).

L’interprofession du foie gras (Cifog) estime la part des palmipèdes gras à 3,8 millions de têtes.

De ce fait, l’incertitude règne sur la fourniture d’oiseaux d’un jour et sur la capacité des accouveurs à répondre à toutes les demandes.

Selon le Cifog, 550 000 reproducteurs canards ont été abattus (65 % du potentiel de la production des mulards mâles) et 70 % des grands parentaux (66 000 animaux). La situation est donc très tendue pour les productions franco-françaises de pintade et de canard, dans la mesure où il n’est pas possible d’en importer comme avec le poussin, la poulette et le dindonneau (quand les cahiers des charges sur l’origine le permettent).

 

 
Avec les deux principaux sélectionneurs-accouveurs de canard Pékin et Barbarie décimés à 80 % en Vendée et Maine et Loire, le retour à une production normale de canetons n’est pas attendu avant courant 2023.
Avec les deux principaux sélectionneurs-accouveurs de canard Pékin et Barbarie décimés à 80 % en Vendée et Maine et Loire, le retour à une production normale de canetons n’est pas attendu avant courant 2023. © Grimaud Frères

 

Les éleveurs fermiers en circuits courts craignent de passer après les filières longues. Seront-ils livrés ? Quand ? Combien ? Avec quelle régularité ?

Leur avenir est menacé surtout s’ils se trouvent en zone non aidée. Un peu partout en France, la presse locale s'en fait l’écho .

Quant à ceux situés en ex-zone réglementée, ils se demandent s’il faut accepter des animaux tout de suite, sans garantie d’en recevoir ensuite. Toute remise en place signifie la fin de l’accompagnement économique de 150 jours après la levée des zones. Pour pallier le manque de poussins, tous les syndicats agricoles (CFA, Confédération paysanne, Modef) demandent des indemnisations économiques plus longues.

 

 
Déjà affectés par une mise à l’abri de 7 ou 9 mois selon les zones, les producteurs indépendants en vente directe craignent de manquer d’oiseaux d’un jour pour continuer leur métier normalement
Déjà affectés par une mise à l’abri de 7 ou 9 mois selon les zones, les producteurs indépendants en vente directe craignent de manquer d’oiseaux d’un jour pour continuer leur métier normalement © P. Le Douarin (Archives)

 

Priorité au repeuplement

Le repeuplement des élevages est la première des priorités pour assurer les ventes du second semestre. Le Sud-Ouest a pu se relancer progressivement dès fin mars.

Dans l’Ouest, les premières mises en place ont débuté le 1er juin. Un zonage complexe a été dessiné par département selon l’historique de l’épizootie, de sorte que certaines communes contiguës repartent avec un décalage de plusieurs semaines.

Avec une estimation d’un peu moins de 15 millions de canards mâles produits cette année (- 50 % par rapport à 2021), « tout ce qui a un bec va être mis en place » résume un professionnel du secteur. Pour pallier le déficit de canetons mulards, l’utilisation des femelles est "expérimentée", car on manque de données techniques et économiques (comportement, poids et rendement en viande et foie, coût de production). Celles-ci serviront surtout à fabriquer du bloc de foie gras (55 % du marché), au pire à fournir de la viande si elles ne sont pas engraissées. Le 24 juin à son assemblée générale, le Cifog a présenté une simulation prévoyant une production de 6 millions de femelles mulardes entre avril et décembre, ce qui permettrait de réduire le déficit de canards à - 30 %.

Écrire une nouvelle feuille de route

La seconde priorité est de savoir comment se préparer pour lutter contre une cinquième épizootie. Les professionnels (interprofessions, vétérinaires…) ont été invités par la DGAL à déposer leurs propositions à partir de leur propre retour d’expérience.

La Confédération paysanne et le Modef demandent le retour de la dérogation à la claustration pour les petits élevages, ainsi qu’une « remise à plat » de l’organisation de la filière avicole. « Sinon, nous ne nous signerons plus rien », menace Sylvie Colas, porte-parole dans le Gers.

Les accouveurs-sélectionneurs ont pris conscience des dangers de la proximité géographique avec les autres maillons et entre eux-mêmes. Ils réfléchissent à un plan comprenant la sauvegarde génétique, la sécurisation des sites, et jusqu’à l’externalisation de la sélection hors zone d’élevage.

Du côté de la volaille de chair (Anvol), l’effort principal porterait sur la sécurisation de la filière canard Barbarie sur le modèle du mulard. Tous les lots (ainsi que les lisiers) seraient contrôlés (recherche du gène M) toute l’année, selon un protocole variant avec le niveau de risque.

À l’interprofession du foie gras, on prône la gestion collective avec une planification intelligente commune à toutes les volailles, en commençant par la dédensification d’environ 70 communes les plus à risques dans le Sud-Ouest. Il n’y aurait pas de prêts à gaver en élevage du 15 décembre au 15 janvier et la densité de Galliformes serait réduite de 40 %, après le départ des volailles festives.

De son côté, le ministère n’annonce rien de précis, sauf que la feuille de route a vocation à s’appliquer « au plus tard à la rentrée prochaine avant les migrations descendantes. »

Au vu des nombreuses détections d’oiseaux marins de nouvelles espèces (sternes, goélands) du mois de juin sur les côtes de la Manche et de la Baltique, il a tout lieu de croire que des oiseaux seront encore retrouvés positifs cet été. Une reprise précoce des foyers n’est pas à exclure à l’automne.

 

Premières indemnisation en cours

Un dispositif d’indemnisation sanitaire et quatre d’indemnisations économiques vont être progressivement activés.

Concernant les foyers, le ministère indiquait le 7 juin avoir versé 54,4 millions d’euros (M€) d’acomptes pour 1 292 dossiers. Il restait à en traiter une centaine déposée pour 6,2 M€.

Les indemnisations pour pertes économiques des éleveurs n’ont concerné pour l’instant que le Nord et le Sud-Ouest. Sur les 33 M€ budgétés, 1 792 dossiers ont été instruits pour 26 M€.

Le guichet des indemnisations des éleveurs du Grand Ouest et du Centre Ouest, ainsi que des producteurs d’œufs, devrait s'ouvrir au mois de juillet indique les responsables professionnels.

Le ministère estime l’enveloppe globale à 190 M€, mais n’annonce pas encore de calendrier de versements pour les éleveurs restant à indemniser.

Le maillon sélection-accouvage s’est vu réserver 121 M€, contre une quinzaine de millions accordés lors de l’épizootie 2020-2021.

Les entreprises de l’aval entreront dans le dispositif d’indemnisation en 2023, au vu des pertes comptables enregistrées en 2022. Le chiffre d'une enveloppe de 90 M€ est évoqué plus 15 M€ d'avance de trésorerie remboursables.

Les plus lus

Maïsadour veut développer le poulet standard

L’exercice 2022-2023 des productions avicoles du groupe coopératif Maïsadour a été encore marqué par les épizooties d’…

Thomas Réhel (à gauche) et Sébastien Éon ont installé les équipements intérieurs (hors structure volière), ce qui a permis de compresser le coût de la rénovation.
"Nous sommes passés de salariés à éleveurs de poulettes en volière

Salariés dans l’équipement d’élevage, Thomas Réhel et Sébastien Éon ont repris un site de deux poulaillers, qu’ils ont…

Embarquement de poussins destinés à l’exportation de génétique. L’embargo japonais perturbe surtout le foie gras (6 à 7 % des volumes nationaux) et celui des ...
Grippe aviaire : La diplomatie sanitaire porte ses fruits

La démarche d’explication internationale de la stratégie vaccinale de la France contre l’influenza s’avère payante.

Kamuran Yilmaz, éleveur de poulets à Le Pas en Mayenne, est le premier en France à tester les tubes à leds Junglite, développés spécifiquement pour la volaille de ...
« Mes poulets sont plus calmes avec la lumière bleu verte »

L’EARL Cocorico a équipé un poulailler d’un éclairage à leds, dont le spectre des couleurs évolue avec l’intensité lumineuse,…

Grippe aviaire : Le coût de la vaccination IA à la hausse

Le coût de la campagne de vaccination des canards contre l’influenza a été réévalué à un peu plus de 96 millions d’euros, dont…

Observée par le monde entier de l’aviculture, la France n’a pas le droit à l’erreur et doit réussir sa campagne de vaccination influenza.
Grippe aviaire : Les 4 points clés pour vacciner ses canards

La réussite du plan national de vaccination des canards contre l’influenza aviaire (IA) passe par une bonne préparation et…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)