Aller au contenu principal

Filière œufs : Le groupement Armor œufs optimiste pour les cinquante ans à venir

En fêtant ses 50 ans d’existence, Armor œufs a voulu transmettre à la troisième génération d’adhérents les valeurs lui ayant permis de dépasser collectivement les difficultés depuis 1974.

Pesant plus de 10 % de la production française d’œufs (1,5 milliard d’unités), le groupement breton Armor œufs est atypique. Accoudé au fabricant d’aliments Glon-Sanders depuis 1974 (devenu Avril), il rassemble des éleveurs attachés à l’entreprise familiale et à la concurrence, mais ayant réussi à se fédérer pour obtenir plus ensemble.

En 2023, ils étaient 126, détenant 5,27 millions de poules (46 % en code 3) et 51 ayant 3,3 millions de places de poulettes (51 % en volière).

Les adhérents œufs ont eu tendance à retarder la transformation du code 3 pour finir de rembourser leurs cages, mais surtout pour profiter de la conjoncture favorable du marché en attendant des baisses éventuelles des coûts d’investissement (compter 28 euros par place en rénovation et 50 euros par place en neuf). La part de cages devrait vraiment décroître en 2025, estime Thierry Coatrieux, le directeur d’Armor œufs, ce qui va aussi nécessiter l’installation de nouveaux éleveurs.

Injonctions contradictoires

Car le secteur a la chance de connaître une hausse de la consommation d’œufs, à laquelle il faut répondre par une production nationale supplémentaire. Le pire serait de ne pas y répondre et laisser l’importation occuper la place, comme ce fut le cas en poulet. C’est le moment de réagir et les responsables d’Armor œufs et de la filière œuf d’Avril en sont bien conscients. Riche de son passé, d’un savoir-faire et d’un tissu agro-industriel, la région Bretagne a toutes les chances de rester un important bassin de production, mais les défis sont nombreux, autant qu’au cours des cinquante années passées.

Parmi les invités de la table ronde, Arnaud Rousseau, président d'Avril partenaire historique du groupement, ainsi que de la FNSEA
Parmi les invités de la table ronde, Arnaud Rousseau, président d'Avril partenaire historique du groupement, ainsi que de la FNSEA © P. Le Douarin

Il faut surmonter le défi de l’installation des jeunes, plus difficile avec des investissements importants (compter 1,5 million d’euros pour 30 000 places). « Cela risque de rassembler à la quadrature du cercle si nous ne faisons rien », admet Frédéric Chartier, le président du groupement. Celui-ci veut que le groupement agisse pour pallier le manque d’autofinancement, « mais sans mettre les éleveurs en situation de dépendance ». Pour créer de nouveaux élevages, il va aussi devenir nécessaire de contrecarrer les activistes antiélevages par une communication sur la souveraineté alimentaire, commune à toutes les filières animales. Il faudrait aussi tempérer le poids des normes (règlement IED voté en mars, arrêté régional du programme Nitrates en attente…) pour ne pas décourager le développement de l’élevage à capitaux familiaux. « Nous devons conserver un modèle qui permette aux éleveurs de vivre de leur métier, a insisté Frédéric Chartier. C’est ce modèle familial résilient qui a permis à des élevages adhérents en 1974 d’évoluer et d’être encore là avec la troisième génération. »

Les plus lus

Grippe aviaire : mise en place progressive de la vaccination à un jour dans les couvoirs de canards

Demandée par la profession, la vaccination contre l’influenza aviaire à un jour et au couvoir va passer par une phase pilote…

Olivier Mevel est enseignant maître de conférences à l’université de Bretagne occidentale en sciences de gestion, commerce, logistique et distribution. Il est aussi ...
Olivier Mével : « La filière du poulet label rouge devrait se réarmer ! »

Selon Olivier Mevel, consultant en stratégie et marketing des filières alimentaires, la filière Label rouge souffre d’un…

Volailles label rouge : Comment mieux occuper les bâtiments

Lorsque l’offre de poulets label rouge ne peut être résorbée par un accroissement de la demande ou par un élargissement du…

Pascal Laurent accompagné de son technicien Guillaume Gannat (à gauche) : « Poser le diagnostic et trouver l’agent responsable a été un premier soulagement. Je ...
« Le virus variant Gumboro a été vraiment insidieux sur mes poulets lourds »

Chez Pascal Laurent, un virus réassortant de la maladie de Gumboro, responsable d’immunodépression sur ses poulets lourds…

Poulets label à cou nu élevés en liberté dans la forêt landaise.
Volailles label rouge : la filière sud-ouest traumatisée par l’influenza aviaire

Chamboulée par l’influenza aviaire depuis 2016, la filière Label rouge de Maïsadour reprend espoir, mais avec un éventail…

L'opérateur dépose le plateau à sexer. Les deux scanners d’IRM sont protégés dans un caisson pour assurer la sécurité du personnel et la propreté .
Bien être animal : L’ovosexage d’Orbem opérationnel au couvoir Lanckriet

Le dispositif Genus Focus inventé par la start-up munichoise Orbem a pris son envol dans les deux sites français qui l’ont…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)