Aller au contenu principal

Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier

Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré par Arthur Fleury, récemment installé sur l’exploitation familiale.

Officiellement installé en mai 2019, Arthur Fleury, 22 ans, a rejoint le Gaec familial du Metz, avec un projet d’installation en volailles, en partenariat avec la coopérative Agrial. Une production pourtant peu courante dans cette région agricole normande à dominante laitière et céréalière, à l’image du gaec. Situé à Joué du Plain, dans l’Orne, et composé de 4 associés, Anne-Laurence et Xavier Fleury ainsi que leurs fils Victor et Arthur, il comprend un atelier laitier (600 000 litres par an), 234 hectares de terres agricoles ainsi que deux activités complémentaires (poulinières trotteuses et génisses charolaises). « La diversification en pondeuse nous apporte une source de revenu régulière, face à un marché du lait très fluctuant, tout en étant complémentaire en termes d’organisation du travail », justifie Arthur, en charge de l’atelier avicole. L’éleveur qui tenait à « avoir des animaux à l’extérieur » a fait le choix d’une production technique, avec un long cycle de production, en phase avec les attentes sociétales sur le bien-être.

Deux jardins d’hiver accessibles par des trappes

Les associés ont visité une dizaine d’élevages de poules pondeuses avant d’arrêter leur choix d’équipement. Avec une charpente Dugué, le poulailler de 15 000 places est entouré de 6 hectares de parcours, en lisière de forêt. Entièrement équipé par Big Dutchman et installé par Matavicol, il est composé d’une salle d’élevage de 90 mètres sur 14.7 mètres, d’un jardin d’hiver de 4.5 mètres de large de chaque côté et d’une zone d’emballage et de sas de 150 m2. En ventilation statique avec lanterneau, l’entrée d’air se fait par un volet de chaque côté avec ouverture régulée en fonction de la température via l’automate Mégavi de Sodalec (4 sondes). La salle d’élevage dispose d’une ligne centrale de pondoirs sur deux étages. Les couvercles des pondoirs sont sur charnières, ce qui évite leur démontage lors du nettoyage. Sur chaque zone de caillebotis plastique sont réparties deux lignes d’abreuvement et quatre lignes d’alimentation, relevables sur treuil. « Le système d’alimentation est de type chevalet en A avec perchage intégré. La poule doit se percher pour accéder à la mangeoire. Elle libère ainsi de la place au sol, ce qui facilite la fluidité de circulation des autres poules vers les pondoirs », précise Dominique Lainé, chargé de développement du groupement volailles d’Agrial.

Table élévatrice avec pesée des palettes

La salle d’élevage est isolée des jardins d’hiver par une cloison pleine. Les poules y accèdent par des trappes, commandées par un treuil manuel, et des passerelles en caillebotis. Après une période d’adaptation de 15 jours, les poules auront accès en permanence au jardin d’hiver. Les trappes d’accès au parcours, sont reliées à un treuil automatique. La salle est équipée d’un éclairage led régulable. Les volets d’entrée d’air sont translucides sur la moitié de leur surface pour amener un éclairage naturel. La salle de conditionnement des œufs comprend une emballeuse Prinzen de 18 000 œufs/h de capacité et une table élévatrice équipée d’un peson. « En suivant le poids des palettes, je suivrai plus facilement le poids moyen des œufs, ce qui m’aidera à être plus réactif », explique Arthur Fleury. De même, un peson dans la salle d’élevage servira au suivi du poids des poules.

Un coût de 44.3 euros/poule

Le coût du bâtiment, hors foncier, s’élève à 665 000 euros, soit 44.3 euros par place, sachant que les éleveurs ont réalisé le montage du caillebotis et des lignes d’eau et d’aliment. « S’y ajoutent le dispositif de vidéosurveillance (18 000 euros), les clôtures (10 000 euros) ainsi que l’implantation d’arbres sur le parcours, prévue pour cet hiver. » L’investissement est financé sur 12 ans pour la coque et sur 14 ans pour l’équipement intérieur. Le projet a bénéficié d’une subvention ANP (équivalent des plans PCAEA) de 67 000 euros. Arthur Fleury a également intégré le dispositif pour jeunes installés Agriboost, d’Agrial, qui comprend notamment un volet d’aides permettant de financer le capital social. Via le groupement avicole d’Agrial, l’élevage bénéficie aussi d’une aide à la production versée sur 10 ans, équivalent à environ 10 % du coût du bâtiment.

Le poulailler et le parcours en images

 

 
Le jardin d’hiver de 4,7 mètres de large est accessible de chaque côté de la salle d’élevage. © A. Puybasset
Le jardin d’hiver de 4,7 mètres de large est accessible de chaque côté de la salle d’élevage.

 

 

 
Les mangeoires en hauteur de Big Dutchman (système en forme de A avec perchoirs intégrés) obligent les poules à se percher pour manger, ce qui libère de la place au sol et offre une circulation plus fluide des volailles. © A. Puybasset
Les mangeoires en hauteur de Big Dutchman (système en forme de A avec perchoirs intégrés) obligent les poules à se percher pour manger, ce qui libère de la place au sol et offre une circulation plus fluide des volailles.

 

 

 
Des détecteurs de mouvements (en blanc au niveau de la gouttière) envoient un signal à la caméra à 360° située en haut du pignon. © A. Puybasset
Des détecteurs de mouvements (en blanc au niveau de la gouttière) envoient un signal à la caméra à 360° située en haut du pignon.

 

Située en bordure de forêt, la clôture du parcours a été renforcée pour empêcher l’intrusion de petits et gros gibiers.

Un parcours doublement protégé de la faune sauvage

 

 
Située en bordure de forêt, la clôture du parcours a été renforcée pour empêcher l’intrusion de petits et gros gibiers. © A. Puybasset
Le parcours étant situé en bordure de bois, les éleveurs ont installé une clôture renforcée visant à empêcher l’entrée d’animaux et notamment de gros gibiers (cervidés, mais aussi blaireaux et renards). Répartie sur 1200 mètres linéaires, elle est composée d’un grillage d’1.75 mètre de haut, enfoui de 20 cm. Elle est maintenue par des piquets complétés par des traverses. S’y ajoutent des fils sous tension.

 

L’élevage très isolé est par ailleurs équipé d’un dispositif complet de vidéosurveillance (à l’entrée du site et à chaque pignon du bâtiment). L’objectif est de dissuader toute intrusion humaine (vol) mais aussi de détecter la faune sauvage. Pour cela, la caméra à 360 °C positionnée sur le pignon côté bois et reliée à un détecteur de mouvements envoie une alerte en cas d’intrusion.

Une caméra a aussi été installée devant le convoyeur côté salle d’élevage pour surveiller l’arrivée des œufs sur un écran au niveau de l’emballeuse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez la progression de l’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
La hacheuse pailleuse projette la litière jusqu'à 4 mètres de distance.  © SARL Chupin
Un hache-paille qui facilite le repaillage

Wic est une pailleuse autopropulsée qui broie et projette de la paille. Importée du Canada par l’…

Un foie gras vraiment faux selon l'UFC-Que Choisir. © Gaia
Le « foie gras » 100 % végétal déçoit l’UFC-Que Choisir

Verdict sans appel pour les deux ersatz de foie gras - le Faux gras et Gaia et le Veg’gras de Senfas - à base d’huile,…

La filière œuf a deux ans d'avance sur son programme de mutation vers la production hors cage. © P. Le Douarin
La transition vers l’œuf alternatif se poursuit
Pour la filière des œufs, l’année 2020 a été contrastée selon les segments de marché concernés.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)