Aller au contenu principal

Des leviers pour améliorer l’autonomie protéique de la filière poulet de chair

Pour répondre à la demande croissante de matières premières locales et non OGM, différentes voies sont explorées pour trouver des alternatives au tourteau de soja importé.

Importation de tourteaux. Il est possible d’améliorer l’autonomie protéique de la France même s’il reste des freins.
© Patrick Cronenberger

Le profil en acides aminés du soja est particulièrement bien adapté à la volaille. Cela explique qu’en moyenne dans les formules de poulet il apporte 50 % des besoins en protéines, alors qu’il n’y contribue qu’à hauteur de 13 % pour les autres productions animales. Mais son utilisation soulève des questions d’ordre économique, environnemental et social (dépendance aux importations, déforestation dans les zones de production, défiance pour les produits OGM). Les importations françaises de tourteaux de soja ont régulièrement baissé depuis 2002 mais la courbe tend à se stabiliser autour de 3 millions de tonnes par an. « Une tonne sur trois est destinée à la filière volaille. Et sur les 14 % de soja non OGM, une grande partie (39 %) part dans l’aliment poulet », détaille Patricia Le Cadre, de Céréopa.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
À Montmeyran, Guillaume Delay a signé une promesse de bail sur 20 ans pour désamianter et solariser les toitures de ses deux bâtiments (1972 et 1988) dans lesquels il élevait des dindes. « L’aide de la région a fait la différence, l’opération ne doit rien me coûter ».
Bâtiments agricoles : Dans la Drôme, le photovoltaïque financera le désamiantage
L’installation de toitures photovoltaïques dans la communauté Valence Romans Agglo va permettre de financer le désamiantage d’…
Élevant 130 000 faisans et 50 000 perdreaux sur 42 hectares de volières à Loubes-Bernac, Pascal Tarrisse a fait recouvrir 8 ha en ombrières photovoltaïques.
Agrivoltaïsme : Des faisans à l’abri d’ombrières photovoltaïques
Dans le Lot-et-Garonne, des ombrières recouvertes de panneaux solaires ont remplacé des volières de la faisanderie des…
En accédant à l’extérieur, les poulettes sont exposées à plusieurs dizaines de milliers de lux, ce qui peut perturber la gestion du programme lumineux pour déclencher la ponte.
Bien gérer la sortie des poulettes bio en cinq points
L’accès des poulettes en production biologique au parcours extérieur oblige les éleveurs à ajuster le programme lumineux et les…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)