Aller au contenu principal

Des circuits courts de plus en plus multiformes

Avec de plus en plus de consommateurs défiants vis-à-vis des produits alimentaires « industriels », à la recherche de proximité et de lien avec des producteurs de leur territoire, les circuits courts prennent de l’ampleur.

Entre vente à la ferme, drive, marchés, vente à distance, plateformes internet, magasins de producteurs spécifiques ou dans d'autres magasins... les circuits font preuve d'une grande créativité.  © C. Chabasse
Entre vente à la ferme, drive, marchés, vente à distance, plateformes internet, magasins de producteurs spécifiques ou dans d'autres magasins... les circuits font preuve d'une grande créativité.
© C. Chabasse
 

En 2010, année du dernier recensement agricole, 20 % des exploitations faisaient de la vente directe ; et en 2013 les circuits courts représentaient 10 % des achats alimentaires, selon Yuna Chiffoleau une experte des circuits courts à l’Inrae. Directrice de recherche en sociologue, Yuna Chiffoleau travaille sur les systèmes alimentaires durables et anime le Réseau Mixte Technologique Alimentation locale, réunissant des experts de la recherche, du développement et de la formation.

« Ces volumes ont augmenté depuis, même si le nombre d’exploitants a diminué dans l’intervalle. La majorité des installations actuelles, surtout celles non aidées et surtout maraîchères, se font en circuit court. »

En viande, c’est beaucoup moins le cas, compte tenu de la nécessité d’une transformation.

Avant la Covid-19, Yuna Chiffoleau évaluait la part des circuits courts entre 15 à 20 %. Depuis, tous les acteurs reconnaissent que la demande a encore augmenté de 10 à 30 % pour les produits frais vendus près des villes.

Les consommateurs préfèrent acheter à la ferme les volailles de Janzé présentées nature plutôt que celles sous cellophane du supermarché. © P. Le Douarin

Un monde d’innovations et de créativité

Les trois quarts des volumes commercialisés se font encore en vente directe à la ferme et sur les 10 000 marchés de plein vent. Le restant se partage entre la vente directe à distance (prolongeant la vente à la ferme), les 450 magasins collectifs de producteurs, les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap), plus de nouvelles formes de commercialisation digitales, avec les plateformes destinées aux particuliers ou à la restauration collective, comme Agrilocal.

Lire aussi : la plateforme Agrilocal veut convaincre la restauration collective

Circuit court ne signifie pas conservatisme, au contraire. Avec le confinement, ses acteurs ont su réorganiser leurs liens avec les consommateurs, avec des outils digitaux et les réseaux sociaux. Ils découvrent aussi que ces outils leur permettent de gagner du temps pour communiquer et vendre.

Selon Yuna Chiffoleau, « les circuits courts font preuve d’une grande créativité et d’innovation. » Cela peut donner l’impression d’un foisonnement désordonné, que renforce la multiplication récente des initiatives utilisant les technologies digitales. De plus, « leurs critères de performance sont différents de ceux habituels (chiffre d’affaires, rentabilité…). Ce qui compte, ce sont aussi le bien-être personnel, le lien social, la contribution à l’économie locale, le maintien d’emplois. »

Lire aussi : Jacques Barrel, vitrine des Fermiers de Janzé en vente directe

De la place pour tout le monde

En ces temps où la commercialisation de masse marque le pas, la dynamique des circuits courts fait des envieux du côté de la distribution, comme de la production. Nées et organisées pour l’approvisionnement en masse de produits standardisés, les enseignes de la grande distribution commencent à s’intéresser aux produits « locaux », plutôt irréguliers et saisonniers.

Des indépendants (Super U, Leclerc) en proposent déjà, à partir d’initiatives personnelles. Cela change. À Paris, le magasin O’fermier  vient d’ouvrir avec 1300 références en circuits courts. Dans le Pas-de-Calais, la société A2PasD’ici a ouvert un espace similaire de 100 m2 dans un hypermarché Auchan.

Le 9 novembre, l’État a lancé une charte d’engagement de mise en avant des produits frais et locaux en GMS, mais elle évoque plutôt les mentions d’origine et produits sous signe de qualité. Le 18 du même mois, le groupe Carrefour a lancé un contrat-type pour que ses magasins puissent référencer un producteur local en 48 h.

La boutique Maïsadour  " En direct de nos producteurs" de Paris exporte les codes du Sud-Ouest. © Maïsadour

Le monde de la production pousse aussi ses pions. L’initiative revient aux coopératives généralistes qui mettent à disposition leurs réseaux de magasins agricoles-jardineries. Avec des modalités différentes, comme l’illustrent les coops du Sud-Ouest avec des produits différenciés (La Table des producteurs d’Euralis) ou ceux destinés aussi aux circuits longs (Maïsadour et Vivadour).

« Il y a de la place pour tout le monde, se réjouit Yuna Chiffoleau, mais le consommateur ne veut pas être dupé. Il veut aussi de la transparence et attend un produit différencié. Sinon à quoi bon faire cette démarche vers le circuit court. »

 

Les plus lus

Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
De gauche à droite, Jacques et Pierre Lagrève, producteurs d’œufs à Louvigné du Désert, et Olivier Dauloudet, technico-commercial Ouest pour Patura
Volailles plein air : Sécuriser les parcours contre les intrus avec des clôtures électrifiées
Pour protéger les parcours des intrusions humaines et animales, les clôtures électrifiées assurent une protection efficace et…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Fils de producteur d’œufs, Raphael Collet n’a aucune inquiétude vis-à-vis de ses choix techniques et de la commercialisation de ses œufs.
Œufs de consommation : Première installation d’une volière pondeuse Combo Plus
Dans les Côtes d’Armor en Bretagne, Raphaël Collet a repris l’élevage de pondeuses de son père pour voler de ses propres ailes.…
Grippe aviaire en Côtes d’Armor : Un quatrième foyer à Saint Fiacre
  Dans les Côtes d’Armor, un foyer d’influenza aviaire est survenu dimanche 5 février sur la commune de Saint Fiacre. C’est le…
La ventilation dynamique est le premier poste de charges dans un poulailler de chair avec des économies importantes possibles dans les débits intermédiaires.
Dépenses électriques : Comment économiser avec une ventilation dynamique
La ventilation dynamique étant le principal poste de consommation électrique des bâtiments avicoles qui en sont équipés, modifier…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)