Aller au contenu principal
Font Size

Des aides pour les chaudières à biomasse agricoles à géographie variable

Les aides publiques incitant au développement de l’utilisation des énergies renouvelables varient beaucoup selon les territoires.

Sur le plan national, le dispositif du fonds Chaleur pour la biomasse énergie, géré par l’Agence nationale de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), n’est pas adapté aux chaufferies agricoles. En effet, il concerne les installations produisant au moins 1 200 MWh annuels, soit la consommation de référence d’un élevage de plus de 12 000 m2. En revanche, les porteurs de projets peuvent se tourner vers les collectivités régionales, départementales ou encore les regroupements territoriaux (1). Les éleveurs intéressés ont tout intérêt à se rapprocher des conseillers qui les aideront à s’y retrouver. En effet, selon les territoires concernés, les financeurs publics appliquent des règles d’attribution et des taux de subventions différentes. Si bien que deux élevages identiquement équipés dans deux secteurs géographiques d’une même région n’obtiendront pas la même subvention. C’est le cas de la Bretagne (voir exemple dans le tableau), mais au final les temps de retour sont peu impactés. Les aides peuvent porter sur l’étude de faisabilité, l’assistance à la maîtrise d’ouvrage, l’investissement dans la chaufferie et le réseau de distribution de chaleur, avec l’obligation ou pas de contribuer à entretenir et pérenniser la ressource en bois.

(1) Chercher des aides publiques aux entreprises : https://les-aides.fr/
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)