Aller au contenu principal

Bilan des fêtes 2020 : la saison du foie gras sauvée « in extremis ».

Le foie gras est plus que jamais un produit festif et saisonnier. En 2020, les achats des trois dernières semaines de l’année ont été décisifs, réalisant en GMS 70 % du chiffre d’affaires annuel.

Selon Iri, les ventes de foie gras ont progressé de 11% au moment des fêtes
© P. Le Douarin

Chahutée fin 2019 par la loi Egalim, puis par le confinement et la double fermeture des restaurants dus à la Covid-19, et fin 2020 par l’épizootie d’influenza aviaire, la filière du foie gras a réalisé une fin d’année jugée de « presque inespérée » par l’interprofession le 5 mars. A la présentation de ce bilan, le président Michel Fruchet a vivement remercié les consommateurs et s’est félicité que le foie gras reste un produit incontournable des fêtes de fin d’année.

En revanche, tout s’est joué en toute fin d’année. Il a fallu attendre jusqu’à mi-décembre pour que l’Etat lève l’incertitude sur le déroulement des fêtes. Les ventes ont alors décollé. Les consommateurs se sont rués sur les produits festifs, notamment le foie gras, deuxième en progression derrière la saurisserie (saumon…).

Les achats de dernière minute ont été décisifs : en grandes et moyennes surfaces, les ventes de foie gras ont bondi de +32,2% du 21 au 27 décembre et de +27,3% du 28 décembre au 3 janvier.

Selon le panel Kantar, le foie gras a ainsi gagné 1,2 million de consommateurs supplémentaires par rapport à l’an dernier (42.7% de ménages acheteurs). En 2015, 46,8% des ménages avaient acheté du foie gras. En revanche, la valeur moyenne de l’achat recule (17 euros au lieu de 17,7 €), du fait de la réduction du nombre de convives et de conditionnements plus petits. Avec 59 % de progression selon Kantar, la vente directe par les producteurs a fait un tabac.

Un marché qui recule de l’ordre de 25 % en 2020

Sur l’ensemble de l’année, la consommation a domicile tous circuits confondus a augmenté de 1,8% en volume et 1,4% en valeur selon le panel Kantar. Mais, c’est un succès relatif, dans la mesure où les ventes avaient reculé de 10 % en 2019 par rapport à 2018.

Quant au débouché de la restauration, le recul des volumes est estimé à 36 % pour le foie gras et à 21 % pour le magret. « Cela aurait être pu être pire » commentait la directrice du Cifog, Marie Pierre Pé, soulignant que « les restaurateurs ont fait l’effort de mettre en avant le foie gras et le magret entre les périodes de fermeture et pour les plats festifs à emporter. »

Avec cette légère hausse à domicile et l’effondrement en restauration hors domicile - sachant que la restauration représente d’ordinaire au moins 40 % des ventes- on peut estimer que le marché a globalement reculé de 25 % en 2020.

L’autre bonne surprise vient de la balance commerciale qui atteint 40,4 M€, augmentant d’un million d’euros, malgré l’effondrement de l’export (-19%). Car les importations se sont encore plus écroulées ( -36% à 31.1 M€).

Retour de la production au niveau de 1997

Le Cifog indique que la production a diminué de 13 % en 2020, hors effet influenza, au lieu des 8% envisagés à la suite des méventes de fin 2019.

Avec les foyers d’influenza (1,2 million de canards morts ou euthanasiés), les abattages de dépeuplement (1,2 million d’animaux) et la non-production (4,3 millions de têtes) jusqu’au redémarrage des mises en place envisagé en mai, donc des abattoirs en août, le Cifog estime que la production devrait encore reculer de 20 % cette année par rapport à 2020.

Ce qui devrait ramener les volumes aux alentours de 11 500 tonnes de foie de canard et 200 t d’oie, c’est-à-dire ceux de 2017 … ou encore de 1997 ( 11 163 t de foie de canard et 522 t de foie d’oie). Pour autant, les transformateurs ne manqueront pas de marchandise, compte tenu des stocks de foie gras, sauf en magret. « La situation devrait se rétablir en septembre », estime Michel Fruchet. Il n’y aura donc pas de promos sur le magret cette année.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 21 novembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Grippe aviaire : la lutte préventive monte encore d’un cran en Bretagne, Pays de Loire et Deux Sèvres
  Une instruction technique de la direction générale de l‘alimentation (DGAL) renforce la biosécurité et la surveillance des…
Paul Daugreilh dans le bâtiment d’Emmanuel Misson à Meilhan-sur-Garonne. La pulvérisation sans filtre se fait sur les zones cibles, à savoir sous les mangeoires, les pesons et au bas des parois.
Volailles de chair : Une lutte biologique efficace contre les ténébrions
Retour d’expérience d’un éleveur technicien sur l’utilisation d’une solution de lutte biologique intégrée contre les ténébrions…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)