Aller au contenu principal

[VIDEO] Vignes gelées : objectif bois de taille !

Après un gel conséquent, il est important de s’occuper des rameaux restants ou qui repoussent, afin d’assurer la pérennité du cep. La priorité doit être donnée aux plantiers puisque l'on établit avec cela des structures pour toute la vie du cep.

Après un long mois d’attente, les nouveaux bourgeons sont enfin ressortis sur les vignes ayant gelé début avril. Maintenant que les rameaux ont repoussé, c’est le moment de faire un bilan et éventuellement d’intervenir. Pour Bernard Genevet, consultant à l’Institut coopératif du vin (ICV) de Nîmes, le plus important est de faire des arbitrages et de gérer les priorités. « Si l’on n’a pas les moyens ou pas le temps d’intervenir sur toutes les parcelles, il faut donner la priorité aux plantiers », dit-il. En effet, certains organes nécessaires pour la bonne formation du cep ont été détruits, et il est parfois pertinent de repartir sur de bonnes bases (voir vidéo et encadré ci-dessous). Sur les vignes adultes, l’ébourgeonnage peut être utile pour préparer la taille hivernale, d’autant plus si la vigne a été fortement touchée et que les repousses sont buissonnantes et anarchiques. Il s’agit donc de sélectionner les rameaux à conserver lors de la taille afin qu’ils fassent de beaux bois en cohérence avec l’architecture du cep, et d’aérer le feuillage pour améliorer l’induction florale pour l’année suivante. « Sans ébourgeonnage, le chantier de taille est par ailleurs plus chronophage de 30 à 40 % », ajoute Anastasia Rocque, de l’IFV. Quoi qu’il en soit, que le viticulteur choisisse d’ébourgeonner ou pas, il devra faire en sorte que les vignes soient dans les meilleures conditions pour repartir d’un bon pied.

Soigner le palissage pour protéger ce qui reste

C’est-à-dire réaliser un entretien du sol soigné pour limiter la concurrence azotée et hydrique et une protection phytosanitaire impeccable afin de conserver un feuillage sain, fonctionnel et assurer un bon aoûtement et la mise en réserve. Cela évite aussi l’installation d’un inoculum important pour la prochaine campagne. « Surtout on n’arrête pas le travail, et en cas de difficulté on en parle avec son conseiller pour cibler les priorités », assène Bernard Genevet.

Lire aussi : 20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel

Les traitements seront bien sûr adaptés en fonction de la reprise de la végétation et du développement de la vigne. Selon le consultant, il est également nécessaire, en plus de la protection phytosanitaire, de protéger « physiquement » la vigne en palissant correctement et en attachant en vert s’il le faut. « Il faut sécuriser l’outil de production : s’il n’y a plus qu’un rameau sur le courson et qu’il casse, c’est foutu », dit-il. En ce qui concerne la fertilisation, rien ne vaut un peu de chaleur et de l’eau estime Bernard Genevet. « Si vraiment la pousse est très lente et que les feuilles sont jaunes, on peut réfléchir à un apport d’engrais foliaire, mais rien de systématique », concède-t-il. Des apports à raisonner d’autant plus qu’un excès d’azote entraîne des risques de coulure, de redémarrage anarchique et de mauvais aoûtement : tout ce dont on n’a pas besoin après un gel. Plus tard dans la saison, il faudra veiller au bon état hydrique de la plante et ne pas faire l’impasse sur l’irrigation si besoin.

Une attention particulière pour les plantiers

Sur les jeunes plants, l’enjeu de sélection des rameaux restants est d’autant plus important que de cela va influencer la vie du futur cep. « Dans certains cas il vaut mieux décaler la mise en production d’un an et faire en sorte de reformer le jeune plant correctement », expose Bernard Genevet. Sur un plant de deux ans (où la baguette vient d’arriver au fil porteur), il est parfois nécessaire de rabattre le tronc et garder un rameau plus joli qui part de la base et qui n’a pas gelé. De même sur les nouvelles baguettes (cordon), il peut y avoir d’importantes fenêtres qui empêcheront de laisser des coursons à l’hiver. Dans ce cas, mieux vaut alors les couper pour favoriser les rameaux près du tronc et refaire de beaux bras l’année suivante. Olivier Yobrégat, de l’IFV, ajoute qu’il est utile sur les plantiers également de « soutenir la croissance en évitant les stress hydriques et azotés par le travail du sol, l’irrigation et une fertilisation foliaire éventuelle ». Pour lui, repousser la mise à fruit d’un an permet également de limiter l’impact d’un second débourrement sur ces jeunes plants avec peu de réserves.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Jean-Michel Boursiquot : « Les variétés résistantes issues d’hybridations interspécifiques ne peuvent pas être considérées comme des cépages de Vitis vinifera"
Suite au statut de Vitis vinifera confirmé pour les variétés résistantes Inrae-ResDur par l’Office communautaire des variétés…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole