Aller au contenu principal
Font Size

Variété résistante : son nom est UD-31.125

La France bute toujours sur le nom des variétés résistantes faisant référence à un cépage connu, surtout lorsqu’il est emblématique de vins français. Du coup, le merlot khorus va entrer au classement sous son nom de code.

Le choix du nom est un élément important du processus de création variétale. La filière vin française estime que toute confusion avec des cépages existants doit être évitée.
© Inra Colmar

C’est sous le nom de code UD-31.125 que va entrer la variété résistante italienne merlot khorus au classement français temporaire pour une durée de 5 ans. Ainsi en a décidé le conseil spécialisé vins de FranceAgriMer. Pourquoi pas sous son nom officiel ? Parce que si « khorus » ne pose problème à personne, les responsables de la filière vin jugent problématique qu’une partie du nom se réfère au merlot. « Les professionnels français demandent une action pour empêcher l’adoption de noms confusants alors que les variétés n’ont pas les caractéristiques du cépage auquel elles se réfèrent », indique Didier Josso, délégué de la filière vins à FranceAgriMer.

Trouver des moyens d’action plus en amont

D’autres variétés en cours d’examen par le CTPS (comité technique permanent de sélection) posent le même problème car leurs obtenteurs ne les ont pas non plus baptisées d’un nom entièrement nouveau.

Un groupe de travail réunissant le ministère de l’Agriculture, FranceAgriMer et l’Inao a été constitué pour comprendre à quel niveau agir pour empêcher que des noms pouvant introduire une confusion avec des cépages emblématiques soient utilisés.

Si l’OIV a adopté une résolution en juillet 2019 en ce sens, elle n’est pas opposable au sein de l’Union européenne tant que la réglementation communautaire ne l’intègre pas.

« Un blocage au niveau européen pourrait amener l’obtenteur à changer sa stratégie et à adopter d’autres noms », espère Didier Josso.

Pendant que la filière vin avance sur le sujet, l’avis du CTPS est attendu pour 7 autres variétés. Et dans 5 ans, si la variété UD-31.125, alias le merlot khorus, passe du classement temporaire au classement définitif, il faudra qu'une solution ait été trouvée… ou accepter son nom.

 

Petit rappel du processus de classement d’une variété résistante

L’inscription d’une variété dans le pays de l’obtenteur membre de l’UE implique son inscription au catalogue européen. Cela donne la possibilité de commercialiser le matériel végétal. Pour protéger sa variété, l’obtenteur peut demander un certificat d’obtention au niveau européen auprès de l’Office communautaire des variétés végétales (OCVV), une agence européenne basée à Angers. La délivrance du certificat ouvre un délai de 3 mois pour un éventuel recours.

En France, pour pouvoir produire et commercialiser du vin issu de la variété sur le territoire, il faut qu’elle soit classée dans le classement national. Ce classement valide le nom et la possibilité d’exploiter le nom sur l’étiquette. Le CTPS statue sur la valeur agronomique de la variété, sa résistance, l’absence de contournement, les caractéristiques organoleptiques et le nom, qui ne doit pas engendrer de confusion avec d’autres variétés. Son avis est consultatif. Il est soumis au conseil spécialisé Vins. C’est le ministère de l’Agriculture qui prend la décision finale. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole