Aller au contenu principal

[VIDEO] Un tapis élévateur pour mécaniser la vendange manuelle

Depuis 2019, Michel Laroche est équipé d’un tapis élévateur sur tracteur enjambeur pour remplacer les porteurs.

Chacun des deux ensembles peut se relever pour le transport ou les demi-tours en bout de parcelle.  © Alabeurthe

Mécaniser la vendange manuelle, c’est possible. Propriétaire du domaine d’Henri, à Chablis, en Bourgogne-Franche-Comté, Michel Laroche y a été contraint. « La saison dernière, j’ai dû faire face à une pénurie de main-d’œuvre : je ne trouvais pas de porteurs, constate Michel Laroche. Le travail est physique et beaucoup renonce à postuler. » Pour pouvoir vendanger, le vigneron a dû chercher une autre solution et s’est tourné vers son concessionnaire Alabeurthe. « Il y a une dizaine d’années, nous avions déjà construit un élévateur sur un tracteur enjambeur, se souvient Cédric Aymonin, responsable du site Alabeurthe de Chablis. Nous avons donc adapté ce système sur le tracteur enjambeur Bobard du domaine d’Henri. »

 

Découvrez le tapis élévateur en action en cliquant sur l'image ci-dessous :

L’équipement se compose de deux trémies avec élévateur qui conduisent la vendange vers quatre caisses de 660 litres sur la plateforme arrière de l’enjambeur. Les deux trémies bénéficient de joues rehaussées pour éviter que des grappes passent par-dessus. En fond de trémie, un convoyeur à tapis, conduit les grappes vers l’arrière du tracteur, qui chutent dans une goulotte orientable qui répartit dans les différentes caisses. Ces tapis élévateurs sont entraînés hydrauliquement et demandent peu de puissance. L’orientation des goulottes est restée manuelle. « Cela évite d’exposer la vendange à des potentielles fuites d’huile et cela limite le coût, explique Cédric Aymonin. Bien sûr, ce serait techniquement réalisable. » Chaque ensemble trémie-élevateur est monté sur un châssis coulissant hydrauliquement, afin d’élever chaque ensemble au transport et dans les bouts de parcelles pour faciliter les manœuvres. « Le dimensionnement et la disposition des différents éléments sont adaptés à chaque tracteur, de façon à contenir l’encombrement, aussi bien à la parcelle que sur route, conserver un accès aux organes principaux du tracteur et à limiter l’impact sur la visibilité », explique Cédric Aymonin.

Conserver le débit de chantier et la qualité des grappes

En sortie de tapis, une goulotte déverse les grappes dans l'une des quatre caisses de 660 litres placées sur une plateforme arrière.  © Alabeurthe

À la parcelle, le tracteur suit donc les vendangeurs au fur et à mesure qu’ils progressent dans le rang. Une fois les quatre caisses pleines, le chauffeur revient se placer en bout de rang où un chargeur télescopique vient récupérer les caisses pleines sur la plateforme arrière pour les remplacer par des caisses vides. Pour faire le tampon lors de ces manœuvres de manutention, deux chenillettes, avec chacune une caisse, sont placées dans les vignes à proximité des vendangeurs. La mécanisation du portage de la vendange n’impacte pas l’intégrité de la vendange, ni le débit de chantier. Quant à l’aspect retour sur investissement, Michel Laroche n’a pas fait de calcul précis sur l’économie ou sur le surcoût généré par cette solution. « Ce n’était pas un choix économique, rappelle-t-il. Soit j’investissais 40 000 €, soit je ne vendangeais pas. Néanmoins, si l’on estime la durée de vie de ce matériel à une quinzaine d’années, cela représente un coût annuel de 2 500-3 000 €, auxquels il faut ajouter le chauffeur de l’enjambeur, ainsi que l’usure et le carburant de ce dernier. En parallèle, j’économise quotidiennement 700 € de main-d’œuvre pour les porteurs, pendant une dizaine de jours que durent les vendanges. Au final, je pense avoir un retour sur investissement au bout d’une dizaine d’années. »

 

 

Lire aussi " Comment choisir sa laveuse de caisse "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne
Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les…
L'élévateur de vendange a remplacé six porteurs.  © Alabeurthe
[VIDEO] Un tapis élévateur pour mécaniser la vendange manuelle
Depuis 2019, Michel Laroche est équipé d’un tapis élévateur sur tracteur enjambeur pour remplacer les porteurs.
Phytos : les modalités de séparation entre la vente et le conseil enfin précisées
Issu de la loi Egalim du 30 octobre 2018, le principe de séparation de la vente et du conseil à l’utilisation des produits…
Les teintures-mères utilisées pour l'isothérapie ont été réalisées à partir d'organes de vignes atteints par le mildiou. © CAB
Homéopathie en vigne, des effets ponctuels
L’homéopathie et l’isothérapie ont été testées dans le Val de Loire. Il en ressort des premières conclusions assez intéressantes…
Dans la mesure du possible, les stations météos doivent être placées à des distances d'au moins deux fois la hauteur de l'obstacle le plus proche. © Sencrop
Comment s’équiper  en stations météorologiques? 
Gel, irrigation, maladies… Les stations météorologiques connectées et les outils d’aide à la décision qui les accompagnent…
Lorsqu'il alimente des camions transportant du vin ou des alcools viniques, l'ED95 contribue à limiter l'empreinte carbone de la filière. © Raisinor France
Un biocarburant à 95 % issu du marc de raisin
La filière vitivinicole contribue depuis longtemps à produire des biocarburants via la distillation des marcs de raisin et des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole