Aller au contenu principal

Un pulvérisateur à préparations biodynamiques

Jean-Christophe Pellerin, viticulteur à Saint-Sorlin-en-Bugey, dans l’Ain, a mis au point un appareil pour pulvériser ses préparations biodynamiques au tracteur. Voici comment il a procédé.

1 Acheter ou récupérer un canon de pulvérisateur avec des pastilles de 25, une cuve d’au moins 250 litres (idéalement en cuivre), une pompe à diaphragme Shurflo 12V supérieure à 1,2 bar, un renvoi mécanique à chaîne de transmission, un boîtier de dérivation électrique et assez de ferraille pour bâtir un châssis.

2 Réaliser un châssis assez solide, destiné à accueillir la cuve et le canon, en soudant du profilé métal. Dans notre cas, le viticulteur s’est inspiré d’une fourche de lève palette. Côté attelage, rehausser le cadre verticalement avec deux bras, de façon à ce que le canon soit plus haut que les vignes à traiter.

3 Fixer le canon au sommet des bras du châssis. Afin de l’entraîner, installer le renvoi vertical composé d’un pignon à hauteur de cardan, d’un autre à hauteur de canon puis une chaîne de transmission. Il est aussi possible de remplacer ce système par un moteur hydraulique au cul du canon.

4 Installer la cuve à l’aide de deux brides de fer plat, puis fixer la pompe sur le châssis. Avec du tuyau, relier la cuve à la pompe, puis cette dernière au canon, en passant par la cabine où une vanne est posée. Dans notre exemple, le viticulteur a également installé une bouteille champenoise dans le circuit pour éviter les coups de bélier. Son remplissage est permis grâce à un porte-buse double. Le boîtier électrique accueille quant à lui un interrupteur relié au canon, permettant d’activer ou d’arrêter la rotation de ce dernier directement depuis la cabine.

Coût Environ 1 000 euros, selon les récupérations

Temps Deux jours

Difficulté Difficile

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le fort pouvoir mellifère de la phacélie est un précieux allié dans les cultures. © Jouffray-Drillaud
La phacélie, une plante alliée du vignoble
La phacélie est une plante utilisée dans certains mélanges d’engrais verts viticoles pour son très fort pouvoir mellifère et sa…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole