Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

PULVÉRISATION
Traiter avec moins de produits grâce à un pulvérisateur à tunnels

Trois viticulteurs du Muscadet ont conçu un pulvérisateur à tunnels récupérateurs de produits phytosanitaires. Les étudiants en BTS viticulture oenologie du Lycée de Briacé l’ont expérimenté avec succès et ont décroché le prix spécial du jury du concours Champs & Lycées.

“Avec le constructeur Guérin, nous avons mis au point un appareil de traitement sous tunnels qui permet de récupérer les embruns lors de la pulvérisation. À partir du système de panneaux récupérateurs qu’il construisait pour le traitement de l’esca, Olivier Guérin a disposé une surface de récupération plus tière puis filtrés avant de retourner vers la cuve. L’économie de produit est substantielle, de 75% en début de végétation et de 30 % en fin de saison lorsque la végétation est plus développée.

7000 euros économisés

Le bénéfice est double, l’économie de produit bien sûr DR importante sur notre appareil ”, explique Alain Gripon, un des viticulteurs de la Cuma la Pipette qui a initié ce projet en 2009. L’appareil couvre trois rangs avec une pulvérisation à jets projetés de bas en haut, sous le feuillage. Des tunnels en bâches plastiques récupèrent les embruns qui sont envoyés vers une gout- (environ 7000 euros sur l’exploitation de 26 hectares de Alain Gripon en 2010) mais aussi une meilleure prise en compte de l’environnement et de la santé de l’applicateur. Le coût des accessoires de récupération d’embruns devrait se situer aux environs de 15000 euros, un investissement qui peut bénéficier d’aides sur le plan local (MSA par exemple) ou dans le cadre des PVE (Plan végétal environnement). “ La Cuma la Pipette a réussi à financer 50% de son investissement avec des aides et en plus, ce pulvérisateur consomme moins d’énergie. Autant d’arguments très motivants qui font oublier qu’il faut passer un peu plus de temps pour le traitement (2 hectares par heure à la densité de 6500 ceps/ha en muscadet avec l’appareil sur 3 rangs) ”, ajoute Alain Gripon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Les chambres d’agriculture dévoilent leur plan stratégique

Les chambres d’agriculture ont dévoilé cet été leur projet stratégique pour la période 2019-2024. L’assemblée permanente des…

Vignette
Les crémants jouent collectif pour progresser à l’export
Alors que le marché français des effervescents est jugé mature, les huit appellations françaises de crémant veulent se promouvoir…
Vignette
Les Vignerons ardéchois s’engagent à protéger la faune
L’Union des vignerons ardéchois a annoncé la signature d’une convention de partenariat avec la Ligue pour la Protection des…
Vignette
Vers une modulation du travail du sol en temps réel
Le capteur SoilXplorer de CNH établit des cartographies de variabilité intraparcellaire des sols et pilote en direct les outils…
Vignette
Beaujolais : 30 % de pertes suite à la grêle
Dimanche 18 août en fin de journée, la grêle s’est invitée sur les terroirs des Pierres Dorées, un secteur pourtant protégé par…
Vignette
Le soufre a-t-il accentué les effets de la canicule ?
Les applications de soufre avant l’épisode de canicule du 28 juin dernier ont parfois aggravé les symptômes observés de brûlures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole