Aller au contenu principal

« Stockons le carbone dans les sols »

Lors de la COP21, 39 pays, dont la France, se sont officiellement engagés à soutenir l’initiative du « 4 pour 1000 ». Claire Chenu, enseignant-chercheur à AgroParisTech, nous éclaire sur cette démarche, qui répond aux enjeux climatiques et agronomiques.

Pouvez-vous nous expliquer plus précisément le principe du « 4 pour 1000 » ?

L’atmosphère possède un stock de carbone équivalent à 829 milliards de tonnes. L’estimation pour les sols est bien supérieure. Elle varie entre 1 500 et 2 400 milliards de tonnes, soit deux à trois fois plus. Lorsque l’on fait la synthèse des flux de carbone, entre l’air, la végétation, les océans, les sols et les émissions de carbone fossile, il y a chaque année un excédent net annuel de 4,3 milliards de tonnes, qui part dans l’atmosphère. C’est l’une des causes du réchauffement climatique. La communauté scientifique a calculé que si l’on augmentait annuellement la concentration de carbone du sol de quatre millièmes, cela compenserait la hausse de dioxyde de carbone due aux activités anthropiques.

Cela peut-il être une solution suffisante pour contrer le réchauffement climatique ?

C’est un levier puissant, mais ce ne doit surtout pas être une raison pour continuer à émettre du CO2 et conserver notre mode de vie actuel. D’autant plus que le stockage du carbone dans le sol est limité, et que c’est un processus lent, qui peut prendre plusieurs décennies pour s’équilibrer. Sur le territoire français, certains agrosystèmes comme les prairies permanentes atteignent déjà leur capacité maximale, ce qui réduit les marges de manœuvre. En fin de compte l’effet sur le climat relève plus du co-bénéfice. Les motivations principales doivent être agronomiques. Il s’agit d’assurer la fertilité et la pérennité des sols, de limiter l’érosion et la migration des polluants… En fait, on a tout à y gagner !

Cette initiative est-elle applicable à la vigne ?

Le gain potentiel de carbone par unité de surface est important dans les sols viticoles. Ceux-ci contiennent en moyenne, dans les 30 premiers centimètres, 35 tonnes de carbone par hectare, contre 50 pour les autres cultures, et 80 pour une prairie permanente ou une forêt. L’action d’un viticulteur peut être très efficace. On estime par exemple qu’un enherbement permanent de l’interrang permet de stocker en moyenne 0,32 tonne de carbone supplémentaire par hectare et par an, contre 0,15 pour un semis direct en céréales. D’autres pratiques sont bénéfiques, comme l’implantation de haies. Il est favorable également de labourer moins ou le moins profondément possible. Et il faut avant tout préserver les stocks de carbone existants, car le déstockage est extrêmement rapide.

Comment peut-on prendre part au projet « 4 pour 1000 » ?

Il existe une déclaration d’intention en soutien à l’initiative, à destination des États, Instituts de recherches, ONG, mais aussi des entreprises privées. Il s’agit d’un contrat moral basé sur le volontariat, où l’on s’engage à favoriser le stockage de carbone dans les sols. Il n’y a pas de mesures contraignantes. Pour un viticulteur, cela peut passer par le retour des sarments à la terre plutôt que le brûlage, par un enherbement maximal et pérenne ou mieux encore, par de l’agroforesterie. Je pense qu’il serait intéressant pour la filière de s’approprier le sujet. Il a le mérite de mettre l’agriculture au cœur du débat climatique, et de l’associer à une contribution positive. C’est l’opportunité de prouver que ce n’est pas seulement une activité polluante, comme certains se l’imaginent.

@ Pour rejoindre l’initiative « 4 pour 1000 » : http://4p1000.org/rejoindre
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole