Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Oenologie
Selon la société Embag, « les bouchons les plus chers ne sont pas toujours les meilleurs »

Le prix élevé d´un bouchon n´est pas une garantie contre les goûts de bouchon. C´est la conclusion d´une de l´enquête réalisée par la société bourguignonne Embag.


« On ne peut pas affirmer qu´il vaut mieux acheter des bouchons à prix élevés pour ne plus avoir de goût de bouchon », lance Eric Bornert, co-gérant d´Embag. La société bourguignonne, spécialisée dans la fourniture de matières sèches (bouchons, capsules, cartons...), procède depuis deux ans à une analyse systématique des lots de bouchons en liège naturel livrés par ses fournisseurs. Elle écarte tous les lots présentant un taux de TCA (2-4-6 trichloroanisole) relargable de plus de 4 ng/l. « Sur les 28,7 millions de bouchons que nous avons contrôlés, nous en avons refusé près de 7 % et seuls 2 % étaient exempts analytiquement de TCA », déplore Eric Bornert. Et la qualité du liège n´y change rien. « On trouve autant de bouchons contaminés dans la qualité « extra » que dans la qualité « naturel 03 », alors que l´écart de prix est de plus de 1 à 3. »
©D. R.


Le contrôle n´évite pas les contaminations
La longueur des bouchons n´est pas non plus une garantie. « Les 49 mm présentent bien une meilleure élasticité et étanchéité que les 44 mm, mais le niveau de contamination vis à vis des TCA est le même. » Par contre, ce niveau de contamination varie énormément selon les fournisseurs de bouchons. Embag a ainsi sélectionné ses fournisseurs et avoue travailler dorénavant avec Bourassé, Xyberta ou encore Gültig. « Ce n´est pas un procédé fiable à 100 %, estime cependant Eric Bornert. On peut passer à côté de bouchons contaminés si les lots ne sont pas homogènes. Mais il porte ses fruits, nous n´avons eu aucun litige sur les lots de bouchons analysés. »
Le contrôle des bouchons ne met pas non plus à l´abri des risques de contamination des vins par les tétra chloroanisoles, molécules de traitement des bois, également responsables des goûts de bouchon-moisi, ou même par des TCA ne provenant pas du bouchon.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Les chambres d’agriculture dévoilent leur plan stratégique

Les chambres d’agriculture ont dévoilé cet été leur projet stratégique pour la période 2019-2024. L’assemblée permanente des…

Vignette
Les crémants jouent collectif pour progresser à l’export
Alors que le marché français des effervescents est jugé mature, les huit appellations françaises de crémant veulent se promouvoir…
Vignette
Les Vignerons ardéchois s’engagent à protéger la faune
L’Union des vignerons ardéchois a annoncé la signature d’une convention de partenariat avec la Ligue pour la Protection des…
Vignette
Vers une modulation du travail du sol en temps réel
Le capteur SoilXplorer de CNH établit des cartographies de variabilité intraparcellaire des sols et pilote en direct les outils…
Vignette
Beaujolais : 30 % de pertes suite à la grêle
Dimanche 18 août en fin de journée, la grêle s’est invitée sur les terroirs des Pierres Dorées, un secteur pourtant protégé par…
Vignette
Le soufre a-t-il accentué les effets de la canicule ?
Les applications de soufre avant l’épisode de canicule du 28 juin dernier ont parfois aggravé les symptômes observés de brûlures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole