Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

LANGUEDOC-ROUSSILLON
Redonner des lettres de noblesse aux vins d’entrée de gamme

Les vins d’entrée de gamme sont en train de disparaître, estiment certains opérateurs. Une erreur grave, selon eux qui pourrait nuire à la compétitivité de toute la filière

“Dans la façon dont certains, et en particulier le CIVB (Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux), répertorient les différentes catégories de vins, il est question de vins basiques qui seraient donc tout en bas de la pyramide. Ce que je réprouve car cette qualification est pour ces vins très dévalorisante. Pourquoi ne pas parler plutôt du plaisir que l’on peut avoir à boire ces vins ? Il y a pour moi, nécessité à travailler sur ces vins pour redonner au consommateur du plaisir au quotidien. Sinon, c’est tout le haut de la pyramide qui risque de vaciller ” : ainsi s’exprimait Vincent Pugibet, vigneron au domaine de La Colombelle (34) lors d’une conférence organisée par Vinseo (association de fournisseurs de la filière vitivinicole languedocienne) le 16 novembre dernier, sur le thème des coûts de production. Et Laurent Migeon, directeur du groupement de producteurs Evoc (Aude), d’enfoncer le clou: “ On constate une petite reprise sur les vins de cépage et il y a un problème de fond avec les AOP languedociennes qui n’ont pas su trouver leur place. Mais ce qui est vraiment dommageable est que le segment des vins d’entrée de gamme a disparu et celui des vins de pays de département est en train de disparaître. Continuet- on à réduire la voilure ou trouve-t-on d’autres produits ? On est en train de paupériser la filière. Tous les cépages historiques audois ont disparu au profit des merlots et autres cépages internationaux qui trouvent des débouchés en vins de pays. Et si chaque vigneron aujourd’hui cherche de la compétitivité, c’est parce qu’on a perdu nos parts de marché à l’international sur ces cépages qu’on a abandonnés. Or, il nous faut ces produits d’appel sans lesquels il nous sera très difficile de vendre le reste c’est-à-dire des produits de différenciation. ” Car il ne s’agit pas de vendre des vins forcément chers, renchérit Vincent Pugibet.“ C’est d’ailleurs ce dont se meurt la région. Certes on sait produire des icones mais soyons rentables sur l’entrée de gamme. Il y a tout un marché qui a été abandonné politiquement. À tel point qu’on importe aujourd’hui des vins dits basiques d’Espagne ou d’Italie. ” Autre problème à résoudre : la fluctuation des prix. “ Le premier critère recherché par un acheteur est la stabilité du rapport qualité/prix. En deux ans, on est passé de 45 à 65 euros/hl sur un même segment de vin sans qu’il n’y ait de corrélation directe entre la qualité et le prix. Nous avons besoin d’un vin ayant le profil du Coca-Cola, soit une qualité standard avec un prix restant dans une fluctuation tolérable. Ce qui suppose aussi une concentration des forces commerciales. Dans la filière, on a tout inversé : on produit comme des artisans et on vend comme des industriels. Reprenons les choses à l’endroit comme en Champagne. Produisons de manière industrielle en faisant croire que nous sommes des artisans ”, estime encore Laurent Migeon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole