Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Quatre interceps au travail

Technicité. Tel est le mot qui vient à l’esprit en découvrant le travail du sol au Domaine Arnoux-Lachaux, à Vosne-Romanée (Côte-d’Or). Car pour travailler en interceps des vignes étroites, à écartement et exposition variables, et enherbées sur l’inter-rang, il en faut, de la technicité.

Pascal Lachaux et Eric Oudot travaillent le sol avec les interceps Pétalmatic de Boisselet, montés sur le Servo-moteur 315, dont ils apprécient la sensibilité.
Pascal Lachaux et Eric Oudot travaillent le sol avec les interceps Pétalmatic de Boisselet, montés sur le Servo-moteur 315, dont ils apprécient la sensibilité.
© C. de Nadaillac

Pour Pascal Lachaux, propriétaire du domaine, « tout est parti du fait qu’en 1999 j’ai voulu enherber les parcelles, afin de diminuer les rendements. Car le pinot noir ne supporte pas la dilution, et les vendanges en vert ne donnaient pas le résultat escompté : plus on ôtait de grappes une année, plus il y en avait l’année suivante. » Il a donc implanté de la fétuque ovine, l’Aurora Gold, sur la quasi-totalité de ses parcelles.

Le Pétalmatic travaille et « désherbe » sans déplacer de terre

Une fois l’installation terminée, s’est posée la question de l’entretien du cavaillon. « À l’époque, il n’y avait pas beaucoup de matériel de travail du sol adapté, regrette le vigneron. Nous désherbions donc chimiquement. » Puis, il a testé différents outils interceps : disque lisse, le disque cranté. « Rapidement, le disque lisse n’a plus réussi à percer le chevelu racinaire de la fétuque, et nous avons donc dû passer au cranté », rapporte-t-il. Puis les coutres, et plus récemment, les Daguenettes et les Pétalmatics de Boisselet, avec Servo-moteur 315, ont fait leur apparition au Domaine. « Les Daguenettes sont des moto-bineuses pour les vignes, précise Pascal Lachaux. Elles délimitent bien la zone enherbée, de la zone travaillée. La vigne est tenue comme un jardin. En revanche, elles ne permettent pas de travailler autour des ceps. » Le domaine passe généralement l’outil mi-mars « pour faire de la terre ». Puis c’est au tour des Pétalmatics. Ces interceps, qui tirent leur nom de la forme du disque concave à leur base, sont passés deux à trois fois dans la saison, de la mi-avril, à la fin juillet, afin de travailler sans déplacer de terre. Plusieurs adaptations y ont été faites : « tout d’abord, nous avons opté pour le petit modèle des Pétalmatic (260 mm de diamètre), car le gros ramenait trop de terre », explique l’exploitant. Puis des bavettes ont été rajoutées, afin de limiter les projections de terre dans l’inter-rang, et en ce début de campagne, les crantages ont été changés pour des plus petits, afin d’avoir des réglages plus précis.

Un enjambeur dédié pour limiter les pertes de temps

Un enjambeur léger, le Bobard LCC60, doté de roues avant crantées et lestées à l’eau et d’une bonne visibilité, est dédié au travail du sol, afin de limiter les pertes de temps liées à l’attelage. Car au domaine, l’installation et le réglage des deux paires de Pétalmatics, avec les lames d’estivage à l’avant et les raclettes arrières, monopolise une personne durant une journée entière. Et ce, malgré une bonne astuce : des repères sur le sol du garage indiquent le réglage optimum à effectuer.

Une fois à la vigne, le chauffeur progresse entre 1,5 et 2,5 km/h. L’objectif : éviter de blesser, et surtout d’arracher des ceps et ne pas réaliser de projection de terre dans le rang. Les Pétalmatic travaillent une bande de 47 cm sous les pieds, sur une profondeur de 7 à 8 cm, car « le but n’est pas de travailler le sol en profondeur, mais uniquement d’ôter l’herbe », appuie le vigneron. Il apprécie ce matériel, qu’il juge solide. Il n’a eu aucune panne du Servo-moteur qui anime les interceps ou de fuite hydraulique. Mais certaines pièces sont à renouveler fréquemment, comme les bavettes ou les ressorts du palpeur. « Il faut être mécano pour ce travail, souligne Pascal Lachaux. Avec les vibrations, il y a toujours un boulon à resserrer, un ressort qui casse. Il faut sans cesse avoir deux ou trois outils à portée de main. » En revanche, au niveau de l’entretien, un nettoyage en fin de campagne, suivi d’un graissage du Servo-moteur font l’affaire.

Pascal Lachaux apprécie la sensibilité des palpeurs, « très fine ». Mais malgré cela, et avec un chauffeur calme et patient, « on casse toujours quelques pieds », admet-il.

Au final, malgré un investissement un peu trop important à son goût, il est satisfait de son équipement. « C’est un système lourd, mais il n’y a pas d’autre concurrent sérieux à essayer », conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole