Aller au contenu principal
Font Size

Covid-19
« On parlera peut-être d’un milliard d’euros perdus à l’export »

La crise du Covid-19 laisse planer beaucoup d’interrogations quant à la reprise de l’activité économique de la filière vin. Pour Jean-Marie Cardebat, spécialiste de l’économie du vin à l’université de Bordeaux, il faut s’attendre à une crise grave, mais pas obligatoirement durable.

Jean-Marie Cardebat, spécialiste de l’économie du vin à l’université de Bordeaux © J.- M. Cardebat
Jean-Marie Cardebat, spécialiste de l’économie du vin à l’université de Bordeaux
© J.- M. Cardebat

Quelles sont les répercussions que l’on peut attendre de la crise du Covid-19 ?

Il y a deux aspects. Côté offre, il semblerait que les vignes soient restées un domaine d’activité prioritaire, en France comme chez nos concurrents. Il y a certes un risque d’absentéisme, mais a priori rien qui ne pourrait peser sur les futurs volumes. L’offre mondiale devrait donc être équivalente dans une grande majorité des pays producteurs. D’un autre côté, la demande est déjà affectée. En Italie par exemple, elle s’est effondrée aussi bien en CHR qu’en grande distribution. D’une part à cause de problèmes logistiques et d’autre part à cause d’une concentration des achats sur les éléments essentiels. Il y a donc un déséquilibre qui risque de s’installer. Malheureusement on manque encore de recul pour savoir comment se comportent les gens pendant le confinement, s’il y a un effet des apéros virtuels par exemple. Ce qui est sûr, c’est que derrière la crise sanitaire que l’on vit actuellement pointe une crise économique.

Cela veut dire qu’il faut s’attendre à des mois compliqués même après la fin de l’épidémie ?

Il est difficile d’avoir des prévisions fiables, on ne connaît pas le nombre de points de PIB qui sont en jeu. Mais oui, l’impact risque d’être important pour la filière. Quand on parle de 2 ou 3 points de PIB en moins pour la Chine, cela a clairement des conséquences visibles pour le marché du vin. De manière globale sur les exportations de vin français, on parlera peut-être d’un milliard d’euros de pertes en cumulant les marchés. Et puisqu’il risque d’y avoir plus d’offre que de demande, cela créera très probablement une tension sur les prix. L’impact sur le chiffre d’affaires des entreprises de la filière sera donc négatif, c’est certain. D’un autre côté, il est possible que l’euro ne sorte pas indemne de la situation. Les taux de change vont évoluer. Si les monnaies américaines et asiatiques deviennent plus fortes, cela peut être un avantage pour l’export. Ça ne fait pas tout mais c’est toujours ça qui aide un peu. Bien entendu, tout cela dépendra de l’épidémie et des zones qui seront finalement les plus touchées par le virus.

Peut-on comparer ce qu’il se passe actuellement avec la crise de 2008 ?

Par intuition on a envie de se tourner vers 2008 pour essayer d’analyser la situation et chercher des solutions. Pourquoi pas. Mais le fait est que nous sommes sur une crise nouvelle, complètement inédite. On ne peut même pas se comparer à 1929, on n’a jamais connu dans l’économie moderne un épisode de confinement de la population ! Je pense que l’effet du Covid-19 sur le PIB sera spectaculaire, bien plus qu’en 2009. Ce sera une crise économique grave. Mais peut-être moins que celle de 2008, où c’était le système en lui-même qui était mis à mal. On dépend de la réponse économique et budgétaire des États. Mais quelle sera leur réaction ? Si elle est adaptée, il y a une chance pour que la chute soit vertigineuse mais pour que le rebond économique soit plus rapide. Auquel cas la filière pourra retrouver ses marchés. Il reste encore une inconnue, c’est la sociologie de la consommation, qui risque d’être aussi différente de 2008.

En quoi une crise économique d’origine sanitaire peut-elle avoir des effets différents sur la consommation ?

Il faut bien voir que cette crise du Covid-19 est un choc psycho-social d’ampleur. Au-delà de l’aspect économique, du pouvoir d’achat des ménages, il y a une grosse interrogation sur le comportement sociétal des consommateurs. Il n’est pas dit que le secteur des cafés-hôtels-restaurants reparte vite à la réouverture, car certaines personnes auront probablement peur d’y attraper le virus encore dans les mois qui viennent. Ou bien les gens vont se ruer vers les terrasses qui leur ont tant manqué. Nous sommes tributaires de telles réactions. Sans doute qu’il y aura des effets à moyen et long termes sur les habitudes de consommation. Tout comme pour les canaux de distribution : l’e-commerce et la consommation directe devraient se renforcer.

Lire aussi " [Covid-19] Le Gouvernement dévoile 4 mesures pour soutenir les entreprises exportatrices "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
 © DR
Diag’Pulvé, un outil pour estimer la qualité d’application avec son smartphone
Pour mesurer rapidement la qualité de la pulvérisation, un projet de recherche appliquée dénommé Diag’Pulvé (1) vient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole