Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Nouvelles priorités après la ré-homologation du cuivre

L’interdiction totale de l’usage du cuivre en agriculture ayant été évitée, les efforts portent désormais sur l’adaptation au nouveau seuil autorisé par l’Union européenne pour sept ans à compter du 1er février 2019. Il est de 4 kg/ha/an avec lissage possible sur les sept ans. Pour mémoire, l’approbation précédente devait prendre fin le 31 janvier 2018, mais avait été prolongée d’un an faute de consensus entre les États membres.

" La balle est maintenant dans le camp de la recherche" pour « étudier des alternatives indispensables pour les vignerons certifiés en agriculture biologique », estime Thomas Montagne, président de la CEVI (Confédération européenne des vignerons indépendants). Il estime à 20 % la proportion de vignerons bio qui aujourd’hui utilise plus de 4 kg lissés.

Une feuille de route annoncée

En première ligne sur ce dossier, la Fnab (Fédération nationale d’agriculture biologique) a estimé que la décision allait « dans le bon sens » mais réaffirmé la nécessité « d’un soutien public fort ». « Au niveau national, il est indispensable qu’il y ait une structure qui remonte tout ce qui se passe autour du cuivre », estime Sylvie Dulong, secrétaire nationale viticulture de la Fnab. L’organisation réclame depuis plus d’un an un "plan cuivre transversal" et en a réaffirmé les priorités. Elle espère qu’elles inspireront la « feuille de route ambitieuse sur la diminution de l’utilisation du cuivre » souhaitée par le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Le ministre en a évoqué l’élaboration « avec l’ensemble des acteurs concernés ». Il a annoncé le Comité d’orientation stratégique et de suivi (COS) Écophyto du 1er trimestre 2019 comme horizon. « Nous restons vigilants. La feuille de route doit être assortie de moyens », prévient Sylvie Dulong.

Quant à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), elle est chargée par la commission de Bruxelles d’élaborer « une méthodologie plus appropriée pour l’évaluation des risques pour l’environnement ». À voir si cette méthodologie permettra un débat plus apaisé lors du prochain renouvellement dans sept ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Vous aimerez aussi

Vignette
Les côtes de gascogne montent en douceur

Toujours dynamique, l’IGP du Sud-Ouest qui produit 85 % de blanc ne se contente plus de se développer à…

Vignette
Le vin rosé a encore du potentiel
Les rencontres internationales du rosé, qui se sont déroulées à Marseille en janvier, ont été l’occasion de faire le point sur un…
Vignette
En Champagne, la coopération soutient le portage du foncier

France Valley Champagne est le nom d’une nouvelle société foncière dont la création, officialisée le 11…

Vignette
Des barriques tatouées par un professionnel
Depuis plus de vingt ans, Yannick Meziani exerce avec passion le métier de tatoueur dans son salon du centre de Nevers. Il y a…
Vignette
La haute valeur environnementale en quête de notoriété
Les planètes semblent alignées pour un développement de la certification HVE, mais elle doit séduire les consommateurs à l’heure…
Vignette
" 2018 comblera les amateurs de bordeaux "
Les crus classés de Bordeaux dévoilent cette semaine leur millésime 2018 après une campagne pour le moins chaotique. Décryptage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole