Aller au contenu principal
Font Size

Nouvelles priorités après la ré-homologation du cuivre

© C. Bioteau

L’interdiction totale de l’usage du cuivre en agriculture ayant été évitée, les efforts portent désormais sur l’adaptation au nouveau seuil autorisé par l’Union européenne pour sept ans à compter du 1er février 2019. Il est de 4 kg/ha/an avec lissage possible sur les sept ans. Pour mémoire, l’approbation précédente devait prendre fin le 31 janvier 2018, mais avait été prolongée d’un an faute de consensus entre les États membres.

" La balle est maintenant dans le camp de la recherche" pour « étudier des alternatives indispensables pour les vignerons certifiés en agriculture biologique », estime Thomas Montagne, président de la CEVI (Confédération européenne des vignerons indépendants). Il estime à 20 % la proportion de vignerons bio qui aujourd’hui utilise plus de 4 kg lissés.

Une feuille de route annoncée

En première ligne sur ce dossier, la Fnab (Fédération nationale d’agriculture biologique) a estimé que la décision allait « dans le bon sens » mais réaffirmé la nécessité « d’un soutien public fort ». « Au niveau national, il est indispensable qu’il y ait une structure qui remonte tout ce qui se passe autour du cuivre », estime Sylvie Dulong, secrétaire nationale viticulture de la Fnab. L’organisation réclame depuis plus d’un an un "plan cuivre transversal" et en a réaffirmé les priorités. Elle espère qu’elles inspireront la « feuille de route ambitieuse sur la diminution de l’utilisation du cuivre » souhaitée par le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Le ministre en a évoqué l’élaboration « avec l’ensemble des acteurs concernés ». Il a annoncé le Comité d’orientation stratégique et de suivi (COS) Écophyto du 1er trimestre 2019 comme horizon. « Nous restons vigilants. La feuille de route doit être assortie de moyens », prévient Sylvie Dulong.

Quant à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), elle est chargée par la commission de Bruxelles d’élaborer « une méthodologie plus appropriée pour l’évaluation des risques pour l’environnement ». À voir si cette méthodologie permettra un débat plus apaisé lors du prochain renouvellement dans sept ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Certains constructeurs disposent de plusieurs offres pour une même puissance de tracteurs. © New Holland
Un tracteur haut de gamme ou deux low cost ?
Entre un tracteur d’entrée de gamme et un tracteur tout équipé, les prix peuvent aller du simple au double, voire au triple.…
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
distillation de rebèches et jus de presse champagne
L’aide à la distillation de crise est lancée pour la filière vin
Le conseil spécialisé Vins de FranceAgriMer, qui s’est réuni le 3 juin, a acté les conditions d’application de l’aide à la…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole