Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Millésime 2019 : le bal est ouvert

Certains ont déjà donné les premiers coups de sécateurs tandis que d’autres sont toujours dans les starting-blocks… Le point par vignoble sur les vendanges 2019.

La plupart des zones productrices d'effervescents ont démarré cette semaine. Pour les rouges, les premières rentrées sont prévues la semaine du 16 septembre.
© P.CRONENBERGER

Si chaque région viticole a ses spécificités, trois éléments font l’unanimité : l’état sanitaire du vignoble français est très bon, les maturités sont très hétérogènes au sein d'un même vignoble, et la récolte devrait être légèrement déficitaire par rapport à la moyenne décennale. Dans le sud, un peu de pluie ferait le plus grand bien tandis que les vignobles les plus au nord sont partis pour pousser les maturités. Après un millésime 2018 sous tension, c’est avec beaucoup de sérénité que viticulteurs et vignerons abordent cette nouvelle récolte.

Provence

Avec une date de démarrage similaire à 2018, le vignoble provençal est parmi les premiers à ouvrir le bal des vendanges cette semaine. Dans un communiqué, les AOC côtes-de-provence, coteaux-d’aix-en-provence et coteaux-varois-en-provence annoncent un démarrage dans les secteurs les plus tardifs aux alentours du 10 septembre. Côté qualité, les prévisions sont bonnes, avec un état sanitaire au vignoble jugé « excellent » par Jean-Jacques Breban, président du Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence (CIVP). Côté volume, les prévisions sont difficiles à établir tant il existe de disparités entre les zones. Suite à deux petites récoltes, « les syndicats de producteurs ont validé une hausse des rendements annuels », indique le CIVP dans un communiqué. Ils s’établissent à 58hl/ha + 3 hl/ha en VCI pour les côtes-de-provence, et à 60hl/ha pour les coteaux-varois et coteaux-d’aix.

 

Champagne

Sur Twitter, le Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne (CIVC) a annoncé que le ban des vendanges des trois principaux cépages sera dévoilé ce samedi 31 août. 319 villages sont concernés. L’interprofession a choisi de baisser le rendement commercialisable pour cette année à 10 200 kg/ha contre 10 800 kg/ha l’année dernière. Un choix motivé par la volonté « de préserver l’avenir alors que la situation négative du marché français s’inscrit dans la durée », a indiqué Jean-Marie Barillère , président de l’Union des Maisons de Champagne (UMC) à l’issue des négociations avec le Syndicat Général des Vignerons de la Champagne (SGV). La qualité de la vendange est annoncée inférieure à celle du millésime 2018, avec des symptômes d’oïdium bien présents, bien que le champignon ne semble plus se développer. Les derniers prélèvements réalisés par le Réseau Matu dévoilent une dynamique de maturation inédite, et les experts s’attendent à voir les acidités chuter dès la semaine prochaine.

 

Ardèche

Les Vignerons ardéchois, qui couvrent près de 80% des surfaces du vignoble, ont annoncé avoir donné les premiers coups de sécateur mercredi 21 août, sur des parcelles de chardonnay servant à l’élaboration de leur cuvée effervescente. " La période de vendange devrait s’étaler sur un mois et demi, pour se terminer fin septembre/début octobre avec le Chatus, cépage endémique de l’Ardèche ", a annoncé l’Union de caves coopératives dans un communiqué. Les techniciens vignobles notent un était sanitaire exceptionnel, ainsi qu'un volume de vendange « légèrement plus faible qu’en 2018 ».

 

Alsace

Les premiers contrôles maturité ont débuté le 22 août dans le vignoble alsacien, 2019 se positionnant comme une année « normale » en termes de précocité. Pour les crémants, la récolte devrait débuter début septembre, alors que les raisins destinés à l’élaboration de vins tranquilles devraient être vendangés aux alentours du 15 septembre. Dans son dernier Bulletin de Santé du végétal (BSV), la Chambre d’agriculture Grand-Est invite à la vigilance vis-à-vis du mildiou et de l’oïdium sur jeunes parcelles. Des symptômes frais ont été observés. A priori, les volumes de vendanges seront nettement moins généreux qu’en 2018, avec à peine 1 million d’hectolitres espérés, contre 1,2 million l'année dernière.

 

Bordeaux

Les récoltes de raisins destinés à l’élaboration de crémant ont commencé en début de semaine dans le vignoble girondin. Du côté de Pessac-Léognan, zone de production des vins blancs secs, les secteurs les plus précoces ont également débuté les vendanges. « L’état sanitaire se maintient malgré la pluie de dimanche dernier, bien que l’on ait relevé quelques perforations dues au ver de la grappe », indique Paul Godard de Beaufort, œnologue conseil chez Oenocentres Bordeaux Blanquefort. « Les merlots montrent une évolution des maturités très rapide, avec des TAP qui ont pris jusqu’à 2 degrés en une semaine », poursuit-il. Le bordelais devrait donc entrer dans le vif du sujet à partir du 16 septembre. A quelques jours des vendanges, nombreux sont les viticulteurs-vraqueurs à se poser des questions sur les dates de récolte optimales. « Les volumes de vin encore présents dans les chais suscitent des interrogations quant aux profils de vins qu’il faudrait produire avec ce nouveau millésime », avance Paul Godard de Beaufort. Côté volume, la vendange 2019 devrait être légèrement déficitaire, mais les rendements sont très hétérogènes d’une zone à l’autre.

 

Charentes

Les cognaçais ne devraient pas sortir leurs machines à vendanger ou leurs sécateurs avant la mi-septembre, a déclaré le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) dans un communiqué. L’Ugni blanc est en moyenne au stade mi-véraison et commence sa maturation à une « date normale pour la région ». L’état sanitaire global est jugé bon par la station viticole,malgré la présence de black-rot sur grappes due aux pluies de fin juillet. "Il génère par endroits des dégâts significatifs, principalement dans le secteur de grande champagne", note le BNIC. Quelques dégâts d'échaudage sont relevés mais à de faibles degrés. Le gel de printemps à touché 15 % du vignoble de cognac, occasionnant de l'hétérogénéité vis-à-vis de la maturation des baies, et quelques pertes de rendements à des degrés variables. Viticulteurs et négociants se sont accordés pour fixer le rendement annuel à 14,64 hl d’alcool pur par hectare. Cette décision a été prise en vue de " soutenir la croissance des expéditions de Cognac. "  D'après le BNIC, ces dernières ont enregistré " une hausse de + 2,5 % en volume et + 6,9 % en valeur sur la campagne 2018-2019. "

 

Vallée du Rhône

En zone septentrionale, le Diois et les producteurs de saint-péray mousseux ont attaqué les vendanges en début de semaine dans les zones les plus précoces. « Pour les blancs et rosés, nous devrions vraiment à commencer à rentrer les raisins à partir de la semaine prochaine, et pour les rouges, deuxième quinzaine de septembre », déclare Éric Rosaz, délégué général d’Inter-Rhône. Ce dernier fait état de conditions sanitaires très bonnes, avec des vignes bien vertes et de belles grappes, composées de baies de petite taille. « Le printemps plutôt pluvieux et frais a permis aux vignes de bien encaisser les canicules de l’été » se réjouit Éric Rosaz. Concernant les volumes, s’il est encore un peu tôt pour se prononcer, Inter-Rhône s’attend à une récolte plutôt petite. Certaines vignes dans le secteur méridional affichent désormais les premiers symptômes de stress hydrique. « Les 20 prochains jours vont être décisifs , une petite pluie ferait le plus grand bien », lance Éric Rosaz. Plus au nord, les vignes ont eu la chance de recevoir quelques millimètres semaine dernière. « Les AOC côte-rôtie et condrieu ont fait savoir que le millésime 2019 devrait être de très bonne qualité », prévient Éric Rosaz. Les vendanges devraient débuter dans ce secteur vers le 20 septembre.

 

Languedoc

Les muscats les plus précoces ont été vendangés dès le 9 août, mais ce n’est que depuis cette semaine que le vignoble languedocien a débuté la vendange des blancs. « Pour les rouges, il faut attendre encore 15 jours à trois semaines », témoigne Jérôme Villaret, délégué général du Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL). Là aussi l’interprofession témoigne d’un état sanitaire « excellent », l’épisode caniculaire de fin juin ayant bloqué la propagation du mildiou dont certains foyers observés en début de campagne. « Le secteur ouest a eu quelques orages permettant de contenir le stress hydrique, mais sur le secteur central on constate des blocages de maturité, et des baies souvent très petites », indique Jérôme Villaret. Avec des températures autour de 30°C la journée et des nuits fraîches à 18°C, les conditions sont idéales pour pousser les maturités des rouges. Quant aux volumes de récolte « les dix prochains jours vont être décisifs, s’il ne pleut pas la récolte sera petite », averti le délégué général

 

Roussillon

La récolte des muscats a débuté cette semaine dans la Roussillon qui devrait commencer à rentrer les raisins pour produire des blancs secs et rosés à partir de la semaine prochaine, ainsi que les premières syrahs. " Nous avons eu très peu de pluie, bien que nous ne soyons pas en alerte sécheresse; et beaucoup de vent, donc l'état sanitaire est globalement bon", analyse Xavier Hardy du Comité Interprofessionnel des Vins du Roussillon (CIVR). Quant aux volumes attendus, et à la qualité, il est encore trop tôt pour le dire. " Je préfère attendre d'avoir un peu de recul sur les rendements en jus, les acidité dans les moûts, et le déroulement des fermentations avant de me prononcer sur le millésime", déclare Xavier Hardy. "Mais a priori, la qualité est là ".

 

Bourgogne

Les vendanges pour l’élaboration des crémants débuteront ce weekend dans le vignoble bourguignon. « Pour les vins tranquilles, on devrait attaquer plutôt la semaine du 9 septembre, et sûrement commencer avec les rouges car les maturités sont plus avancées que sur les blancs », témoigne Christine Monamy, responsable agro-météo au Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB). L’état sanitaire est quasiment parfait, à l’exception de quelques parcelles dans le mâconnais qui historiquement ont toujours souffert d’attaques d’oïdium. La situation vis-à-vis du stress hydrique est toutefois préoccupante. « On n’a pas encore de blocage de maturité, mais les baies sont très petites et s’il ne pleut pas dans les prochains jours la récolte risque d’être bien plus petite que la normale » avertit Christine Monamy. Avec un déficit de 30% des précipitations, et des apports d’eau presque exclusivement sous forme orageuse, l’hétérogénéité des maturités est flagrante. « Le gel de début avril y est aussi pour quelque chose », complète la responsable. « Je pense que pour caler les dates de vendanges, ça va être un vrai casse-tête ! »

Beaujolais

Le ban des vendanges en Beaujolais est prévu lundi 9 septembre dans les secteurs les plus précoces. D'après Inter Beaujolais, le millésime 2019 s'annonce de "très belle qualité", mais faible en volume. L'interprofession annonce environ 25% de rendement en moins pour le gamay et 35 % pour le chardonnay, par rapport à la moyenne de ces cinq dernières années, "soit une bonne demi-récolte". La grêle du 18 août et les gelées printanières expliquent en grande partie cela. D'après l'interprofession, l'hétérogénéité semble également caractérisé l'état du vignoble.

 

Val de Loire

Les vendanges pour les crémants ont débuté cette semaine dans le vignoble ligérien. Le Muscadet a de son côté prononcé le ban des vendanges pour le jeudi 5 septembre. "Nous allons commencer à rentrer les sauvignon blanc et chardonnay la semaine prochaine, peut-être quelques gamays. Mais pour les cabernets ce ne sera pas avant le 20/25 septembre", déclare Olivier Braud, président de la commission technique d'Interloire. Selon ce dernier, les maturités sont là aussi très hétérogènes, notamment à cause des gelées de début avril et début mai. " Nous constatons que la maturation s'accélère depuis la semaine dernière, mais il n'y a qu'une façon de déterminer la date optimale de récolte cette année: c'est d'aller dans toutes les parcelles! ", insiste Olivier Braud. Grâce à un état sanitaire excellent, la qualité devrait être au rendez-vous pour ce nouveau millésime, mais de faibles volumes sont attendus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Les rendez-vous de la rentrée à ne pas manquer
De septembre à mars prochain, de nombreux rendez-vous professionnels vont se dérouler. Petit rappel des dates à noter sur les…
[Vidéo] Le solex est de retour pour une balade « à la cool » dans le vignoble alsacien
Portail réussir
Deux roues, un moteur. Pas de vitesse, pas de performance. C'est une « balade pépère », en Solex, que propose Vadrouille Solex à…
Vignette
Les chambres d’agriculture dévoilent leur plan stratégique

Les chambres d’agriculture ont dévoilé cet été leur projet stratégique pour la période 2019-2024. L’assemblée permanente des…

Vignette
Les crémants jouent collectif pour progresser à l’export
Alors que le marché français des effervescents est jugé mature, les huit appellations françaises de crémant veulent se promouvoir…
Vignette
Les Vignerons ardéchois s’engagent à protéger la faune
L’Union des vignerons ardéchois a annoncé la signature d’une convention de partenariat avec la Ligue pour la Protection des…
Vignette
Vers une modulation du travail du sol en temps réel
Le capteur SoilXplorer de CNH établit des cartographies de variabilité intraparcellaire des sols et pilote en direct les outils…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole