Aller au contenu principal

Maîtriser l’oxygène lors du conditionnement des vins

La qualité d’un vin ne tient parfois qu’à quelques milligrammes d’oxygène. Le conditionnement, dernière manipulation avant l’arrivée au consommateur, est une étape cruciale. Voici les clefs pour conserver au mieux le potentiel de son vin.

Bruno EyguEsier a travaillé avec Inter Rhône et la cave de Rasteau pour développer un conditionnement des bag-in-box sous azote et améliorer le vieillissement du vin.
Bruno Eyguesier a travaillé avec Inter Rhône et la cave de Rasteau pour développer un conditionnement des bag-in-box sous azote et améliorer le vieillissement du vin.
© X. Delbecque

Un client insatisfait, voilà ce qui a fait réagir la cave coopérative de Rasteau (Vaucluse). En impliquant son prestataire de service et en allant chercher l’expertise d’Inter Rhône, elle a décidé d’améliorer le conditionnement de ses bag-in-box de rosé. Ensemble, ils ont réduit la prise d’oxygène due à la bulle d’air emprisonnée dans le BIB. « Il nous est arrivé d’avoir des phénomènes d’oxydation sur des bag-in-box de fin de stocks, explique Jean-Christophe Peyre, directeur d’exploitation de la cave de Rasteau. Notre cave ne peut pas se permettre ce genre d’approximation. En plus de la mauvaise image, ce sont potentiellement des clients bag-in-box perdus. » Il a alors demandé à son prestataire pour la mise en BIB, avec qui il travaille depuis plus de dix ans, de se pencher sur la question. Bruno Eyguesier, gérant de l’entreprise PacaVin, a tout de suite été partant. « J’étais d’autant plus d’accord que c’était une demande grandissante de la part de plusieurs clients, explique-t-il. Il fallait y venir ».

 

Des teneurs en oxygène dans les bulles problématiques

 

Ils ont contacté Sophie Vialis, ingénieur chargée d’études à Inter Rhône, connue pour ses nombreux travaux sur l’oxygène au conditionnement, afin de déterminer les axes d’amélioration et d’apporter des solutions techniques. Sur l’installation mobile de PacaVin, elle a tout mesuré : les concentrations d’oxygène dissous depuis la cuve d’avinage jusqu’au BIB en passant par les filtres ; les volumes des bulles d’air après remplissage ; les teneurs en oxygène dans les bulles… Ce dernier point était le plus critique.
Bruno Eyguesier a donc commandé à sa société de maintenance un système d’injection de gaz, simple boîtier composé de deux petites électrovannes. Pour l’adapter à la machine existante, il a changé le piston de remplissage, en en mettant un conçu pour le passage du gaz. Résultat : dès que la quantité de vin souhaitée s’est écoulée dans la poche, une injection d’azote a lieu juste avant que le piston ne se relève et que le robinet soit posé. Les valeurs d’oxygène gazeux mesurées par Sophie Vialis parlent d’elles-mêmes : 0,83 microgramme par litre dans la bulle, soit 40 % de moins qu’avant.
Très vite, Bruno Eyguesier a équipé son deuxième camion. « L’avantage des installations mobiles c’est qu’elles sont souples, on peut faire évoluer le matériel à la demande. L’investissement a été très raisonnable, il m’a fallu compter entre 3500 et 4000 euros par camion. » Il ne l’a d’ailleurs pas répercuté sur le prix de la prestation. Pour les grosses caves avec qui il travaille, l’inertage à l’azote est devenu systématique.



Pour une amélioration de la durée de vie des produits


De son côté, Jean-Christophe Peyre est satisfait de ce résultat qui lui a permis de gagner en sérénité. « Nous avons gardé la même dose de SO2 qu’auparavant, soit 35 microgramme par litre de libre avant la mise en BIB, car nous sommes sur des rotations longues, ajoute-t-il. Dans la région, il n’est pas raisonnable de faire la mise en été avec les grosses chaleurs, or c’est le moment où nous réalisons le plus de ventes. L’inertage est notre sécurité. » L’installation mobile de PacaVin a été la première de ce type dans la région. Aujourd’hui, rares sont encore les caves qui inertent les bag-in-box à l’azote. Pourtant, Sophie Vialis l’affirme : « la filière dispose de leviers pour améliorer la durée de vie des produits ».

Les plus lus

Cristel Grégoire, viticulteur coopérateur à Bessan, dans l'Hérault, a mis au point un programme pour réduire l'utilisation des phytos.
« J’économise 50 % de phytos dans mes vignes grâce à un programme couplé au bicarbonate de potassium »
Dans l’Hérault, Cristel Grégoire a mis au point sa propre bouillie à base de bicarbonate et développé un programme qu’il nomme «…
Thibaut Déplanche, directeur général du laboratoire Celesta-lab, dans l’Hérault, explique qu'il faut un sol en bon état pour réussir et rentabiliser un couvert ...
« Il est primordial de rentabiliser le semis des couverts dans ses vignes »

Semer un couvert végétal peut être bénéfique, à condition de le réussir. Les conseils de Thibaut Déplanche, directeur de…

Coup de frein sur les ventes de vignes en 2023

Dans un contexte global de crise, le marché des terres viticoles a vu son nombre de transactions baisser en 2023, tandis que…

parcelle de vigne arrachée
Arrachage de vignes : quelles modalités de répartition des 150 millions d’euros d’aides ?

Face à la crise viticole, le ministère sonde actuellement les viticulteurs pour affiner les modalités du plan de réduction du…

Le nouveau sécateur C3X intègre une batterie 10,8 V au bout de la poignée.
Pellenc lance une offre de sécateurs à batterie embarquée

Pellenc double le nombre de sécateurs électriques à son catalogue, avec un sécateur professionnel sans cordon... et un second…

Si la position des trois leaders de la machine à vendanger n'a pas changé, les parts de marché ont fortement évolué.
Immatriculations 2023 des machines à vendanger - Le marché se resserre

En chute, le marché des machines à vendanger est marqué par une progression des deuxième et troisième. 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole