Aller au contenu principal

Lutter contre le mildiou par confusion sexuelle ?

Un groupe de chercheurs français vient de faire une découverte importante sur les gènes du déterminisme sexuel du mildiou, ce qui laisse imaginer des moyens de lutte complètement novateurs.

Le mildiou produit ses œufs en associant deux types sexuels différents et utilisent une hormone pour y arriver. Cela ouvre la voie à une potentielle lutte par confusion. © Inra
Le mildiou produit ses œufs en associant deux types sexuels différents et utilisent une hormone pour y arriver. Cela ouvre la voie à une potentielle lutte par confusion.
© Inra

Imaginez que pour lutter contre le mildiou vous n’ayez qu’à poser des diffuseurs d’hormones, tout comme cela se fait dans la lutte contre les vers de la grappe. Cette idée vous semble totalement farfelue ? Et pourtant, des chercheurs de l’Inrae, du Centre national de recherche scientifique (CNRS) et de l’université Paris Saclay ont récemment identifié le groupe de gènes responsable du type sexuel chez le mildiou de la vigne. En effet, ce micro-organisme produit ses œufs (les oospores, capables de survivre à l’hiver et responsables des contaminations primaires) en associant les gamètes de deux individus « mâle » et « femelle ». Et pour se retrouver, les deux individus communiquent par une hormone émise dans le milieu.

Dans les faits, les scientifiques ont ni plus ni moins découvert comment distinguer un mildiou « mâle » d’un mildiou « femelle ». Si cela paraît anecdotique, la portée de cette découverte pourrait en fait se révéler immense, car « un nouveau moyen de lutte contre le mildiou de la vigne pourrait être envisagé, consistant à cibler la phase sexuée du pathogène », révèle l’Inrae.

Saturer le milieu avec des hormones spécifiques pour faire diminuer la pression globale

Cette stratégie ne peut être que partielle dans la lutte contre Plasmopara viticola, car le mildiou se reproduit également de manière asexuée pendant la saison. Mais limiter le succès de la reproduction sexuée revient toutefois à diminuer l’intensité des épidémies de l’année suivante. Ce serait en clair un moyen de faire durablement baisser les niveaux de pression du pathogène. Les scientifiques ayant mené ces travaux souhaitent poursuivre les recherches dans ce sens et espèrent trouver un jour le moyen de mettre au point un procédé permettant de perturber la phase sexuée. « Par exemple en saturant le milieu avec les hormones spécifiques de la reconnaissance des types sexuels », laisse entendre l’institut.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Des nouvelles règles pour les emplois viticoles au 1er avril 2021
La viticulture comme l’ensemble des secteurs agricoles doit appliquer la nouvelle convention collective nationale agricole (CCNA…
Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant dans le Maine-et-Loire estime que le gros avantage des roues Kress est sa vitesse de travail, autour de 8km/h : " ça dépote" dit-il. © J.GRAVE
« Les doigts Kress, pour des jeunes vignes c’est parfait »
Dans le Maine-et-Loire, Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant, dispose de tout un arsenal d’outils de travail du sol…
 © J. Grave
La HVE revoit ses IFT de référence à la baisse
Fin janvier la Commission nationale de la certification environnementale a annoncé une modification des IFT de référence pour le…
À l'avenir, le désherbage à l'aide de glyphosate ne pourra intervenir qu'une fois par an et ce sur 20 % de la surface. © X. Delbecque
Usage du glyphosate en viticulture : ce qui va changer
Pour la campagne 2021 la grande majorité des produits à base de glyphosate sera utilisable comme à l’accoutumée. Ce sera ensuite…
 © X. Delbecque
Des brosses intercep, pour un coup de propre rapide du rang de vigne
Les outils à brosses métalliques réalisent un faible travail du sol, mais ils se montrent intéressants lorsque les sols sont…
 © D. Esquiro
« On laisse le Heric attelé et dès qu’on a le temps on va dans les vignes »
David Esquiro, vigneron à Mirepoix dans le Gers, au domaine de la Higuère, cultive 30 hectares de vigne en IGP côtes-de-Gascogne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole