Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Gouvernance
L'unité nationale peine à se définir

Un an après la présentation du plan de modernisation, la gestion de la filière est toujours au cœur des préoccupations. Si la volonté de trouver une unité nationale est affichée, les divergences s’affichent sur la méthode.

« Aujourd'hui, je me pose beaucoup de questions et je n'ai pas forcément les réponses. C'est le flou artistique. Je suis plutôt spectateur de ce qui va se passer. » explique Jacques Gravegeal, président des vins de pays d'Oc. Il est vrai qu'à l'aube de l'an 1 du plan de modernisation de la filière viticole, il est difficile d'y voir clair sur le mode de gouvernance de la filière viticole. Et force est de constater que le nombre de structures viticoles, déjà pléthoriques, a plutôt augmenté. Le besoin d'une structure nationale qui prenne les décisions pour gérer la filière se fait sentir. Et comme à son habitude, la filière peine à se mettre d'accord sur la forme que cette structure doit prendre.

France Agri Mer, la pierre angulaire

La première posture est celle de Jacques Gravegeal : l'attentisme. « J'attends la feuille de route des pouvoirs publics pour comprendre qui prendra les décisions et comment elles seront prises» déclare-t-il. Et d'expliquer que pour l'instant, le périmètre d'action de France Agri Mer (regroupant tous les offices agricoles dont Viniflhor) n'est pas véritablement précisé. «  France Agri Mer est composée de 20 représentants des bassins, issus des interprofessions. Quelle sera sa vocation ? On sait qu'il ne sera pas interprofessionnel, qu'il a vocation de distribuer les crédits européens mais on ne sait pas qu'elles sont ses prérogatives exactes. Or ils sont la représentation des conseils de bassin. Si ceux-ci décident des mesures de gestion régionales, cela veut dire que France Agri Mer doit décider sur le plan national » affirme Jacques Gravegeal.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La boarmie et une chenille arpenteuse qui se confond avec le bois ou les vrilles. © IFV Alsace
La boarmie, mange-bourgeon de la vigne
La boarmie est un mange-bourgeons qui peut attaquer la vigne du stade gonflement des bourgeons jusqu’au stade une feuille étalée…
Pensez à vérifier les produits stockés dans le local phyto. Certains, à l'instar de nombreux glyphosate, ne pourront plus être utilisés l'an prochain. © X. Delbecque
Les actualités phytosanitaires en vigne pour la saison 2020
La campagne 2020 sera marquée par l’arrivée de nombreux produits de biocontrôle et le retrait de certaines spécialités de…
Les drones en viticultures sont principalement utilisés pour réaliser des cartographies montrant l'indice de végétation NDVI des parcelles. © BIVB
Zoom sur les capteurs de végétation
La viticulture de précision est rendue possible par le développement des capteurs. Voici un point sur leur mode de fonctionnement…
De nouveaux espoirs dans la lutte contre le gel en viticulture
Deux procédés inédits en France sont testés cet hiver contre le gel. Le Heat Ranger et les infrarouges longs seront regardés par…
[Salon de l’agriculture] : La médaille au CGA, un accélérateur de ventes
Près de 16000 échantillons de vins seront présentés au Concours Général Agricole, qui a traditionnellement lieu les deux premiers…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole