Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les vendanges comme activité œnotouristique

Participer au moment si crucial des vendanges tend à devenir une véritable prestation proposée à des œnotouristes de plus en plus désireux de vivre des expériences et d’entrer dans les coulisses du vin. L'activité vient d'être enfin reconnue d'un point de vue réglementaire.

« La vendange touristique est une prestation vendue pour toucher une nouvelle clientèle. Elle se distingue des journées que l’on peut organiser pour entretenir le lien avec ses clients fidèles », souligne Christophe Chevré, en charge du développement de l’œnotourisme chez les Vignerons indépendants.

Constatant qu’il y avait une demande, le syndicat des Vignerons indépendants d’Alsace (Synvira) a fait des vendanges un jour une véritable prestation œnotouristique depuis 2013. Il a bâti « un produit standard, réalisable par les vignerons et qui les rassure sur le plan réglementaire », décrit Clémence Wagner du Synvira. La structuration de l’offre a permis sa commercialisation par huit offices du tourisme, l’agence Destination Alsace et un partenaire national. Une commission de 10 % est prélevée sur la vente de la prestation.

Des doutes enfin levés sur l'aspect réglementaire

La crainte que les touristes vendangeurs d’un jour soient assimilés à du travail dissimulé en cas de contrôle est toutefois un frein avéré à l’essor des vendanges touristiques. Convaincus du potentiel de ce produit, les Vignerons indépendants militent depuis 5 ans pour qu’il soit reconnu par les pouvoirs publics. « L’idée n’est pas qu’il y ait une législation mais que les inspecteurs du travail aient une information sur cette activité nouvelle », détaille Christophe Chevré. « Le fait que la prestation soit vendue par un tiers facilite les justificatifs », souligne-t-il. Les discussions en cours avec les différents ministères concernés pour fixer les critères distinguant bien la prestation touristique d’un travail viennent enfin d'aboutir. Sous l'impulsion d'Hervé Novelli, président du Conseil supérieur de l’oenotourisme, un document définissant officiellement les vendanges touristiques a été publié le 19 juillet. Il est signé par le ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, le ministère du Travail, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, la MSA, le Conseil supérieur de l’oenotourisme et Atout France. "La prestation s’intègre au sein d’une offre touristique commerciale pour laquelle le touriste a payé", énonce notamment le document. 

Une prestation appréciée pour son originalité

Ce cadre juridique enfin défini vient conforter ceux qui se sont déjà lancés et pourra motiver de nouvelles offres. En Alsace, l’offre du Synvira est conçue sur une demi-journée de 9h à 12h ou 14h à 17h pour 30 euros, et de 9h à 14h avec repas pour 45 euros. Elle comprend un accueil avec présentation du domaine, 1 h à 2h de vendange dans une parcelle, un retour au chai pour expliquer la transformation des raisins avant l’éventuel repas et une remise de diplôme. La fédération des vignerons indépendants du Lot a mis au point une offre comparable. Elle inclut aussi une étape au chai pour découvrir la vinification. Quatre domaines la proposent. 

« C’est une prestation originale, attendue et appréciée par les touristes. Ils repartent en étant les ambassadeurs du vignoble. On insiste sur le fait de proposer un moment authentique et privilégié », témoigne Clémence Wagner. Elle remarque que depuis deux ou trois ans, le syndicat est de plus en plus sollicité par des groupes et des entreprises.

Un produit pour proposer une offre diversifiée

En Champagne, à Avize, le domaine Waris-Hubert propose des vendanges touristiques depuis 2003 avec une matinée incluant le déjeuner. « C’est une contrainte pendant les vendanges mais on le fait parce qu’il faut se diversifier. Ça se termine souvent plus tard que prévu car souvent les gens sont super intéressés et posent plein de questions. Ils repartent ravis », explique Olivier Waris. Un lien se crée avec le domaine. « Nous avons 100 000 bouteilles à vendre et nous ne faisons pas d’export, donc l’œnotourisme est à développer », souligne pour sa part Catherine Schmitt du domaine Fritz-Schmitt à Ottrott dans le Bas-Rhin. L’activité y est proposée depuis six ans. « On a un super retour. Les gens nous disent qu’ils vont désormais déguster les vins différemment. Ils nous font de la pub sur Facebook », résume Catherine Schmitt.

La météo rend toutefois cette activité difficile à planifier. Seulement 173 vendangeurs d’un jour ont été accueillis en 2018 en Alsace au lieu des 200 à 250 vendangeurs habituels pour cause de vendanges très morcelées.

L’organisation, un facteur clé

« Chez moi, nous mettons un touriste avec un vendangeur. Nous accueillons au maximum 8 à 10 personnes par jour, 2 fois par semaine. À partir du moment où c’est bien organisé, c’est que du bonheur. J’encourage les gens à le faire », considère Catherine Schmitt.

« Au domaine, tout le monde est capable de recevoir ces personnes, nous sommes multifonction. Nous avons toujours ouvert notre domaine le weekend », explique Olivier Waris. Il ne dépasse pas 10 à 12 personnes par groupe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
De l’expérimental à la cuvée sur-mesure
En Champagne, Julien Launois a commencé par tester l’impact des différentes chauffes d’un fût sur ses vins. Puis, celui de la…
Avec sa benne et son blocage de différentiel, le Jobber EV5 peut répondre aux attentes de certains viticulteurs. © Deltamics
Le courant passe pour les quads et les SSV
L’offre en quad et SSV électriques est encore très restreinte. Mais de nouveaux modèles, plus adaptés à la viticulture, sont…
Thomas Gomes (à droite) et Guillaume Clemenceau ont commencé par travailler la syrah sur une parcelle de Maury, avant de décider de planter ce cépage sur leurs domaines respectifs situés dans le vignoble de Bordeaux. © J. Gravé
La syrah fait de nouveaux adeptes dans les vignes
Avec le réchauffement climatique, de plus en plus de vignerons cherchent des solutions dans l’encépagement. Expérimenter la syrah…
Vignette
« Nous avons monté un Speedway sans hydraulique »
Vignerons dans le Vendômois, Florent et Charles Jumert travaillent le sol sous le rang avec un intercep Belhomme, sur lequel ils…
L’électricité, moteur de la traction
La traction est certainement la fonction la plus difficile à électriser sur une exploitation, tant elle peut être exigeante en…
La cave de Saint-Pourçain lance la 33e édition de sa cuvée La Ficelle
Malgré des volumes en forte baisse pour cause de sécheresse, la cave de Saint-Pourçain a choisi de préserver les volumes de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole