Aller au contenu principal

Les repreneurs d’exploitations viticoles se diversifient

Les viticulteurs reprenant aujourd’hui des exploitations sont à l’image d’un contexte agricole et social en pleine évolution.

Viticulture. Liage des baguettes en Champagne avec une lieuse Pellenc. vigne palissée. travail dans les vignes en début de printemps. dos courbé. ciel nuageux. nuages ...
Selon les données de la MSA, un installé sur deux opte aujourd'hui pour une forme sociétaire.
© J.-C. Gutner

Qui sont les nouveaux viticulteurs, ceux qui reprennent aujourd’hui les exploitations en transmission ? Les données sont paradoxalement nombreuses mais partielles. MSA, recensement agricole, points accueil installation des chambres d’agriculture, régions, Safer… chaque acteur de la transmission et de l’installation détient des indicateurs régionaux ou nationaux mais ils ne sont pas forcément recoupés, compilés ou harmonisés. Malgré la photo parfois un peu floue, des tendances émergent.

Des installés plus âgés que pour l’ensemble de l’agriculture

Parmi les viticulteurs qui s’installent, 67 % avaient 40 ans et moins en 2022, selon les données de la MSA. Mais ils sont en moyenne un peu moins jeunes que l’ensemble des installés agricoles qui affichent, eux, un taux de 40 ans et moins de 73 %. Le tiers des installés viticoles en 2022 a donc plus de 40 ans. Ces nouveaux exploitants viticoles sont même 11 % à être âgés de 56 ans et plus contre seulement 6,5 % pour l’ensemble des installés agricoles.

 

 
Les repreneurs d’exploitations viticoles se diversifient

Mathieu Besoli, conseiller d’entreprise à la chambre d’agriculture de la Dordogne, observe une majeure partie de porteurs de projet quarantenaires parmi les repreneurs hors cadre familial, arrivant suite à une reconversion professionnelle.

Lire aussi | Transmission : « On aurait préféré arracher que d’avoir un vigneron cultivant en conventionnel »

Les femmes représentaient 35 % des installations viticoles en 2022, selon la MSA, soit un peu plus que la moyenne de l’agriculture (32 %). Chez les installés viticoles de 40 ans et plus (hors transfert entre époux), les femmes sont même 47 %.

Le statut sociétaire concerne un repreneur sur deux

Au total, un installé sur deux opte pour une forme sociétaire. Si la viticulture suit sur ce point l’évolution du monde agricole, les statuts choisis diffèrent. François Purseigle, sociologue des mondes agricoles, considère que « le secteur viticole est en avance sur le développement de nouvelles formes de transmission. Les caves coopératives, par exemple, ont mis en place du portage foncier ou de capitaux », illustre-t-il (voir aussi interview ci-après).

 

 
Les repreneurs d’exploitations viticoles se diversifient

Par ailleurs, les installés sont plus variés que par le passé, comme le constate Marc Robin, conseiller installation-transmission viticulture à la chambre d’agriculture du Rhône. Il observe que les installés récents en Beaujolais « ont des exploitations plus petites, font davantage d’export (42 % par rapport à 16 %) et sont moins en coopération ». Il remarque aussi une grande diversité de candidats en âge et en capacité d’investissement.

Le phénomène des Nima difficile à cerner

Les transmissions familiales n’allant plus de soi, la catégorie des installés non issus du milieu agricole (les « Nima ») prend de l’importance. Mais jusqu’à quel point ? « Aujourd’hui, 40 % des installations aidées en agriculture concernent des porteurs de projet initialement non issus du milieu agricole », note la chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Parmi les candidats passant par le Répertoire départ installation (RDI), la chambre d’agriculture des Pays de la Loire a même vu la part de candidats dont les parents ne sont pas agriculteurs passer de 55 % en 2017 à 73 % en 2021 (tous secteurs agricoles confondus). « Il y a deux ans, nous avons fait une enquête sur le renouvellement des générations en viticulture en Beaujolais, confirme Marc Robin pour le Beaujolais. Les plus de 50 ans avaient acquis leur domaine à 78 % dans le cadre familial. Les vignerons récemment installés étaient hors cadre familial à 65 % ». Avec des conditions différentes. Du fait de la difficulté d’accéder au bâti, leur habitation est en moyenne éloignée de 14,6 km de l’exploitation selon l’étude, contre seulement 6,2 km pour les vignerons de plus de 50 ans.

Lire aussi : Le domaine des jeunes pousses invente la gestion d'un domaine à durée déterminée

À la chambre d’agriculture de Dordogne, Mathieu Besoli pointe également le profil spécifique des installés hors cadre familial. « Ces nouveaux venus ne sont pas des investisseurs mais des gens qui veulent cultiver la vigne, remarque-t-il. Ils recherchent plutôt entre 5 et 10 à 12 hectares, avec une valorisation en bouteille entre 10 et 15 euros HT départ caveau et pas forcément en AOP. » Et d’ajouter : « Ils sont attirés chez nous par le bas prix du foncier, l’attractivité du Périgord, le potentiel du terroir et l’agroécologie-agroforesterie. Notre vignoble est à 30 % en bio et 40 % en HVE. »

De leur côté, les Safer comptent une part de hors cadre familial de 72 % parmi les 280 opérations viticoles en faveur de l’installation qu’elles ont réalisées en 2022 sur un total de 1 300 ventes viticoles. Si le hors cadre familial apparaît comme une tendance forte, son ampleur reste difficile à appréhender, le RDI, les points d’accueil installation et les Safer n’étant pas des canaux exclusifs d’installation.

La MSA lance Mon projet d’Agri

Pour accompagner les agriculteurs dans la transmission de leur exploitation mais aussi dans des moments clés tels que l’installation ou le développement de leur activité, la MSA lance Mon projet d’Agri, un site dédié. Accessible depuis le site de la MSA, monprojetdagri.fr a été « pensé sous une logique de parcours » indique la MSA. « À chaque étape, il indique les démarches à réaliser, les acteurs à contacter pour se faire accompagner, et recense les sites internet des institutions auprès desquelles les professionnels peuvent s’informer ou effectuer ces démarches », explique aussi la mutuelle agricole. Un parcours « transmission » est ainsi prévu avec un calendrier synthétisant les étapes et rappelant les démarches qui restent à réaliser.

Un taux de remplacement dans la moyenne

Sur la période 2012-2022, le taux de remplacement des exploitants viticoles a varié entre 61 % et 79 %. C’est proche de la moyenne de l’ensemble des exploitations agricoles. Les différences régionales sont importantes. En Occitanie, selon le rapport Observatoire installation transmission 2021, le taux de remplacement des chefs d’exploitation n’était que de 51 % en 2018. Pierre Bléron, conseiller à la chambre d’agriculture de l’Hérault note que « souvent, dans le cadre de la transmission, les voisins prennent les meilleures parcelles, les moins bonnes sont arrachées ».

 

 
Les repreneurs d’exploitations viticoles se diversifient

« Des formes atypiques d’entreprises sont appelées à émerger »

 

 
François Purseigle, professeur de sociologie, spécialiste du monde agricole,dirige le département de Sciences économiques, sociales et de gestion de INP-ENSAT à Toulouse.
François Purseigle, professeur de sociologie, spécialiste du monde agricole,dirige le département de Sciences économiques, sociales et de gestion de INP-ENSAT à Toulouse. © J. Poncet

François Purseigle est sociologue, spécialiste de l’agriculture. Il a notamment publié en 2022 avec Bertrand Hervieu, « Une agriculture sans agriculteurs » (Presses de Sciences Po). Le renouvellement agricole est au cœur de ses recherches.

Quels sont les obstacles aux installations en viticulture ?

Les rachats des parts, la lourdeur des investissements sont un frein à l’installation. Les dynamiques d’installation sont aussi liées au maillage du territoire, à la place de l’interprofession ou de figures qui tirent le vignoble.

Plus généralement, il y a plus de capacité à bien transmettre s’il y a une capacité à aller chercher des spécialistes, juristes, notaires, experts-comptables… Mobiliser les bonnes compétences permet d’avoir une construction solide avec un projet économique. Ces compétences ne sont pas forcément présentes chez les agriculteurs et les organisations professionnelles. La famille agricole devrait être au service d’un projet économique, pas uniquement patrimonial.

Dans le Pacte d’orientation pour le renouvellement des générations en agriculture présenté par le gouvernement, j’apprécie les éléments relatifs à l’anticipation. Mieux diagnostiquer les fermes en situations d’être libérées, c’est important. L’information manque. Les chambres d’agriculture ont un rôle à jouer là-dessus. Qu’est-ce qu’on laisse aux générations suivantes ? C’est un vrai enjeu. Il faut que les entreprises libérées soient assez sexy. Il y a des candidats mais une inadéquation entre l’offre et la demande. Même les enfants d’agriculteurs n’ont pas le même rapport au produit, à l’organisation du travail, ou à l’articulation vie familiale et vie professionnelle.

À quoi ressembleront les installations de demain ?

L’entreprise familiale est fragilisée, il faut une stratégie d’association et d’alliance. Il faut créer des véhicules sociétaires qui permettent de la consolidation capitalistique. La formation technique des agriculteurs a beaucoup progressé mais aujourd’hui, il faut de nouvelles compétences managériales, en droit, en gestion. Ceux qui resteront auront la capacité à s’émanciper d’une forme traditionnelle de l’organisation économique, à construire des entreprises modulaires. Des formes atypiques d’entreprises sont appelées à émerger. Les Français doivent aussi évoluer et être prêts à ce que l’agriculture prenne d’autres visages.

Lire aussi : « Les exploitations viticoles doivent apparaître comme des lieux où faire carrière » 

Les plus lus

Cristel Grégoire, viticulteur coopérateur à Bessan, dans l'Hérault, a mis au point un programme pour réduire l'utilisation des phytos.
« J’économise 50 % de phytos dans mes vignes grâce à un programme couplé au bicarbonate de potassium »
Dans l’Hérault, Cristel Grégoire a mis au point sa propre bouillie à base de bicarbonate et développé un programme qu’il nomme «…
Thibaut Déplanche, directeur général du laboratoire Celesta-lab, dans l’Hérault, explique qu'il faut un sol en bon état pour réussir et rentabiliser un couvert ...
« Il est primordial de rentabiliser le semis des couverts dans ses vignes »

Semer un couvert végétal peut être bénéfique, à condition de le réussir. Les conseils de Thibaut Déplanche, directeur de…

Coup de frein sur les ventes de vignes en 2023

Dans un contexte global de crise, le marché des terres viticoles a vu son nombre de transactions baisser en 2023, tandis que…

parcelle de vigne arrachée
Arrachage de vignes : quelles modalités de répartition des 150 millions d’euros d’aides ?

Face à la crise viticole, le ministère sonde actuellement les viticulteurs pour affiner les modalités du plan de réduction du…

Le nouveau sécateur C3X intègre une batterie 10,8 V au bout de la poignée.
Pellenc lance une offre de sécateurs à batterie embarquée

Pellenc double le nombre de sécateurs électriques à son catalogue, avec un sécateur professionnel sans cordon... et un second…

Thomas Fabre-Barthez a réalisé un semoir dans le cadre d'une formation de l'Atelier paysan.
« Grâce à l'autoconstruction, mon semoir viticole m'est revenu à 4 000 euros »

Thomas Fabre-Barthez, vigneron dans l'Hérault, coopérateur pour les vignerons d’Ensérune sur 7,5 hectares, a construit…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole