Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

En couverture
Les rendements sans limites

Le négoce le préconise : il faut augmenter les rendements pour les vins de cœur de gamme. Plus facile à dire qu’à faire ! Aux obstacles intellectuels, voire philosophiques, s’ajoutent des freins agronomiques. Sans oublier ceux liés à la contractualisation.

Avec la nouvelle segmentation des vins que met en place l'OCM, dès les prochaines vendanges 2009, la catégorie des vins sans indication géographique (les ex-vins de table notamment et peut-être certains vins de pays voire des AOC génériques) ne connaîtra plus aucune limite en matière de rendement.
Avec la nouvelle segmentation des vins que met en place l'OCM, dès les prochaines vendanges 2009, la catégorie des vins sans indication géographique (les ex-vins de table notamment et peut-être certains vins de pays voire des AOC génériques) ne connaîtra plus aucune limite en matière de rendement.
© P. Cronenberger

La nouvelle organisation commune de marché est en train de faire bouger les lignes. Enfin ! pourront dire certains. Car désormais, parler en France d'une augmentation des rendements à l'hectare n'est plus tabou. Il faut rappeler qu'avec la nouvelle segmentation des vins  que met en place l'OCM, dés les prochaines vendanges 2009, la catégorie des vins sans indication géographique (les ex-vins de table notamment et peut-être certains vins de pays, voire des AOC génériques) ne connaîtra plus aucune limite en matière de rendement. L'espace de liberté que d'aucuns ont tant souhaité est enfin à portée de mains.Reste à savoir comment utiliser cette liberté bientôt  retrouvée.
Pour Bruno Kessler, directeur des achats des Grands chais de France, elle représente une opportunité sans pareil pour se battre à armes égales avec le Nouveau monde. « Pour être sur le marché dans les années à venir, il y a deux façons d'agir : soit on joue la compétitivité sur le cœur du marché (2 à 5 euros) , soit on mise sur le rapport qualité-prix pour le haut de gamme. Dans le premier cas, l'augmentation des rendements sera le nerf de la guerre ». Et de proposer, en vue d'obtenir un revenu/ha correct, un calcul partant du prix auquel on souhaite vendre le vin au consommateur tout en lui assignant un rendement optimal afin d'être compétitif et rentable. Ce qui revient à mettre en cohérence le positionnement produit avec les coûts de production et de dégager un revenu/ha correct pour chaque segment de prix visé - Michel Issaly, président des Vif, faisant remarquer, non sans malice, que le négoce désormais se préoccupe davantage du revenu/ha que du prix du vin -.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
La grêle prend la Provence par surprise
Lundi 18 mai vers 17h, un orage de grêle non prévu a frappé la Provence verte. Les dégâts sont hétérogènes, mais certaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole