Aller au contenu principal
Font Size

En couverture
Les rendements sans limites

Le négoce le préconise : il faut augmenter les rendements pour les vins de cœur de gamme. Plus facile à dire qu’à faire ! Aux obstacles intellectuels, voire philosophiques, s’ajoutent des freins agronomiques. Sans oublier ceux liés à la contractualisation.

Avec la nouvelle segmentation des vins que met en place l'OCM, dès les prochaines vendanges 2009, la catégorie des vins sans indication géographique (les ex-vins de table notamment et peut-être certains vins de pays voire des AOC génériques) ne connaîtra plus aucune limite en matière de rendement.
Avec la nouvelle segmentation des vins que met en place l'OCM, dès les prochaines vendanges 2009, la catégorie des vins sans indication géographique (les ex-vins de table notamment et peut-être certains vins de pays voire des AOC génériques) ne connaîtra plus aucune limite en matière de rendement.
© P. Cronenberger

La nouvelle organisation commune de marché est en train de faire bouger les lignes. Enfin ! pourront dire certains. Car désormais, parler en France d'une augmentation des rendements à l'hectare n'est plus tabou. Il faut rappeler qu'avec la nouvelle segmentation des vins  que met en place l'OCM, dés les prochaines vendanges 2009, la catégorie des vins sans indication géographique (les ex-vins de table notamment et peut-être certains vins de pays, voire des AOC génériques) ne connaîtra plus aucune limite en matière de rendement. L'espace de liberté que d'aucuns ont tant souhaité est enfin à portée de mains.Reste à savoir comment utiliser cette liberté bientôt  retrouvée.
Pour Bruno Kessler, directeur des achats des Grands chais de France, elle représente une opportunité sans pareil pour se battre à armes égales avec le Nouveau monde. « Pour être sur le marché dans les années à venir, il y a deux façons d'agir : soit on joue la compétitivité sur le cœur du marché (2 à 5 euros) , soit on mise sur le rapport qualité-prix pour le haut de gamme. Dans le premier cas, l'augmentation des rendements sera le nerf de la guerre ». Et de proposer, en vue d'obtenir un revenu/ha correct, un calcul partant du prix auquel on souhaite vendre le vin au consommateur tout en lui assignant un rendement optimal afin d'être compétitif et rentable. Ce qui revient à mettre en cohérence le positionnement produit avec les coûts de production et de dégager un revenu/ha correct pour chaque segment de prix visé - Michel Issaly, président des Vif, faisant remarquer, non sans malice, que le négoce désormais se préoccupe davantage du revenu/ha que du prix du vin -.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole