Aller au contenu principal

Les œnologues de France veulent que la covid-19 soit reconnue maladie invalidante

L’Union des œnologues de France a dévoilé mercredi 10 mars son plan d’action pour aider les professionnel∙le∙s du vin à faire face à l’épidémie de la covid-19. Elle demande la reconnaissance des troubles sensoriels comme maladie invalidante et un accès prioritaire à la vaccination.

La perte du goût et de l'odorat après avoir contracté le coronavirus est un véritable handicap pour les professionnel ∙le ∙s du vin qui utilisent leurs sens au quotidien. C'est purquoi l'UOEF demande que ces troubles soient reconnus comme maladie invalidante.
© J.-C GUTNER

La perte d’odorat et de goût a rapidement été identifiée comme l’un des symptômes caractéristiques de la covid-19. Un an après le début de l’épidémie, on sait que certains malades mettent de longs mois avant de retrouver leurs sens. « Nous qui sommes des musiciens du vin, perdre nos sens c’est perdre nos instruments de musique » s’est inquiété Didier Fages, président de l’Union des œnologues de France (UOEF). Le syndicat a donc décidé de « prendre le problème à-bras-le-corps », et dévoilé un plan d’action pour accompagner les professionnel∙le∙s du vin particulièrement handicapé∙e∙s en cas de troubles sensoriels.

Lire aussi " [Covid-19] Des tests pour choyer son nez "

25 à 30% des malades de la covid-19 pourraient avoir des séquelles à long terme

Ce plan d’action se base sur une enquête menée auprès de 2625 œnologues, producteurs de vin, cavistes et sommelier∙e∙s issus de 37 pays, principalement de France, d’Italie et de Suisse. Les réponses ont été collectées entre mai et juillet 2020, soit juste après la première vague de l’épidémie. « On a été surpris de constater que 13 % des répondants avaient déjà perdu l’odorat avant 2020, dont 68 % plusieurs fois », a commenté Pierre-Louis Teissedre, coordinateur de l’étude et enseignant à l’ISVV de Bordeaux. « Les maladies chroniques comme la rhinite et la polypose naso-sinusienne sont l’une des trois principales causes de ces troubles, avec l’âge et le traumatisme crânien », complète Pierre Bonfils, chef de service ORL à l’hôpital Georges Pompidou de Paris. « Près de 30% de ces malades ne recouvrent pas ou partiellement le goût et l’odorat. » Par projection, de nombreux rhumes étant causés par des virus de la famille des coronavirus, l’ORL estime que 25 à 30% des malades de la covid-19 pourraient avoir des séquelles à long terme. « Depuis décembre, nos services reçoivent de plus en plus de malades atteints de covid long, et le phénomène devrait se majorer dans les mois qui viennent », prévient le médecin.

Une demande de vaccination prioritaire sans réponse à ce jour

« Psychologiquement, pour un∙e œnologue, il est très difficile d’admettre que l’on n’a plus la capacité de déguster », a témoigné Sophie Pallas, directrice de l’UOEF, qui a contracté la maladie fin janvier dernier et qui est encore en phase de rééducation. Ce handicap a conduit l’UOEF a demandé la reconnaissance des troubles de l’odorat et du goût comme maladie invalidante. « Nous avons envoyé une demande de vaccination prioritaire des professionnel∙le∙s du vin aux autorités publiques, sans réponse à ce jour », a par ailleurs annoncé Didier Fages. L’UOEF prévoit en parallèle de négocier une couverture de santé et de prévoyance renforcée pour les entreprises et leurs salarié∙e∙s. « Nous mettons en place un numéro syndical proposant un accompagnement psychologique et allons lancer une plateforme d’intérim afin que les personnes malades travaillant seules puissent faire appel à des collègues pour les appuyer dans leurs activités », a poursuivi le président. Dans chaque bassin viticole, l’UOEF va dresser une liste d’ORL que le syndicat invitera à consulter. Enfin, l’UOEF souhaite poursuivre les enquêtes et mettre en place un programme national de recherche via le fonds de dotation des œnologues de France. 

Lire aussi " L’Union des œnologues de France lance sa plateforme d’emploi "

Les femmes plus sensibles à la perte de goût et d’odorat ?

4% des femmes et 2% des hommes interrogés dans l’enquête de l’Union des œnologues de France avaient eu la covid-19 fin juillet dernier. 55% des femmes avaient perdu le goût et l’odorat contre 46 % des hommes. « 67% des femmes qui ont la covid-19 ont déclaré que cela avait eu un impact sur leur métier, contre seulement 33% des hommes », a indiqué Pierre Louis Teissedre, coordinateur de l’étude et enseignant à l’ISVV de Bordeaux. L’UOEF envisage de mener une seconde enquête afin de confirmer cette tendance. L’étude révèle par ailleurs que les troubles sensoriels ne semblent pas liés à l’âge de la personne. « Toutes les tranches d’âge entre 20 et 69 ans sont concernées dans des proportions égales », a rapporté Pierre Louis Teissedre. En moyenne 61 % des professionnels ont récupéré totalement leurs sens au bout de 18 jours. 32 % ne les ont récupérés que partiellement au bout de 28 jours, et 7 % n’avaient pas du tout récupéré leurs capacités sensorielles au moment où ils ont été interrogés. « La grande majorité finit par retrouver complètement le goût et l’odorat, mais il est vrai que la récupération se fait au prix d’une rééducation très poussée, a précisé Sophie Pallas, directrice de l’UOEF. Au-delà de l’impact sur nos métiers, c’est notre relation au plaisir qui est amputée et cela peut être psychologiquement difficile. Il ne faut pas hésiter à en parler. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole