Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Les enzymes : une solution d’hygiène prometteuse

Les produits à base d’enzymes constituent une alternative aux solutions d’hygiène classiques utilisées en œnologie. Voici leur mode d’action.

Les nettoyants enzymatiques offrent une alternative aux produits d'hygiène classiques, moyennant un léger surcoût.
© J.-C. Gutner

Plusieurs sociétés proposent aujourd’hui des cocktails d’enzymes conçus soit pour nettoyer le matériel vinaire, soit pour améliorer l’efficacité des désinfectants. Avec moins de pollution des eaux de lavage et plus de sécurité pour les opérateurs, les nettoyants se posent en véritable alternative aux solutions traditionnelles. « Ils permettent un travail plus en profondeur que la soude, surtout sur une surface non lisse comme le béton », commente Emanuele Santantonio, responsable technique pour Piramide SRL, qui représente les produits de la société belge Realco. Néanmoins, leur coût à l’usage est légèrement supérieur. « On se situe autour de 7 à 8 euros le kilo, contre 2,50 euros pour la soude. Et ce pour des concentrations de 0,5 à 1 % contre 1 à 2 % dans le cas de la soude », précise-t-il. Ce type d’application est donc plutôt conseillé sur les surfaces les plus délicates à nettoyer, telles que les membranes de filtres tangentiels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[Coronavirus] Quelles sont les mesures de confinement à respecter dans le monde viticole ?
Le Président de la République a appelé tous les Français à rester confinés chez eux pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Pour…
[Coronavirus] Dois-je fermer mon caveau de dégustation ?
(Mis à jour le 17 mars) La posture a adopter sur le caveau de vente est floue. L'administration estime qu'il peut être ouvert,…
Pour Hubert Gerber, viticulteur en Alsace, les avantages de la viticulture de conservation des sols sont nombreux. © X. Delbecque
Retour sur 10 ans de non-labour
Dans le Bas-Rhin, Hubert Gerber conduit ses vignes en semis direct et en non-labour. C’est pour lui moins de travail et la…
[Covid-19] Le Gouvernement dévoile 4 mesures pour soutenir les entreprises exportatrices
Pour faire face au ralentissement de l’économie lié à la pandémie de coronavirus, le gouvernement a mis en place un plan d’…
gestion d'une exploitation
[ Covid-19 ] Quelles mesures de soutien activer pour son entreprise viti-vinicole ?
Le gouvernement a mis en place des mesures d’urgence, dont certaines vont s’appliquer pendant plusieurs mois. Le point sur ces…
[Covid-19] Un vigneron élabore du gel hydroalcoolique à partir de ses eaux-de-vie
Face à la pénurie de gel hydroalcoolique utilisé pour limiter l'expansion du coronavirus, Mark Karazs, propriétaire du domaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole