Aller au contenu principal

Phytos : les modalités de séparation entre la vente et le conseil enfin précisées

Issu de la loi Egalim du 30 octobre 2018, le principe de séparation de la vente et du conseil à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques attendait des textes d’application pour être mis en œuvre. Ils sont parus le 20 octobre au Journal Officiel.  

© JC. Gutner

Plusieurs arrêtés, parus le 20 octobre au Journal officiel (JO), précisent les modalités de la séparation des activités de vente et de conseil en utilisation de phytos voulue par la loi Egalim et dont l’application était annoncée pour le 1er janvier 2021. Son objectif est d’assurer une indépendance du conseil délivré aux agriculteurs. Le dispositif prévoit un conseil stratégique, « pluriannuel, individualisé, obligatoire » et un conseil spécifique « répondant à un besoin ponctuel et laissé au libre choix de l’agriculteur ».

Les arrêtés définissent les règles appliquées par les organismes certificateurs lors des audits d’entreprises, ainsi que les exigences des référentiels de certification pour les activités concernées.

Un choix à faire d’ici le 15 décembre 2020

Les entreprises certifiées doivent « au plus tard le 15 décembre 2020 » communiquer leur choix de garder soit la vente, soit le conseil en phytos. Elles sont tenues d’appliquer cette séparation des deux activités au 1er janvier 2021, mais l’administration leur « laisse 2021 pour se mettre en conformité », selon Emilie Rannou, responsable conseil et approvisionnement à La Coopération agricole, interviewée par nos confrères d’Agra presse.

Cette période transitoire est assortie de l’obligation de réaliser une étude d’indépendance « avant le 28 février 2021». Concernant les CEPP (Certificats d’économie de produits phytopharmaceutiques), « on resterait sur une obligation de moyens, ce qui n’était pas forcément gagné au départ », indique Emilie Rannou à Agra Presse.

La Fédération du négoce agricole a engagé un recours

Le 14 octobre 2020, la Fédération du négoce agricole (FNA) a indiqué dans un communiqué avoir engagé un recours en référé-suspension auprès du Conseil d’État contre la séparation vente/conseil en phytos, vu « le délai manifestement trop court entre la parution des textes restant à venir et la mise en oeuvre de la réforme au 1er janvier 2021 ». A cette date, les textes d’application de l’ordonnance n’étaient toujours pas parus. « Les négociants ne peuvent ni effectuer un choix éclairé, ni préparer leurs entreprises à cette réforme dans un délai manifestement trop court », considère la FNA dans ce communiqué.

Des consultations publiques successives

Ces arrêtés ont fait l’objet d’une consultation publique du lundi 27 juillet au vendredi 4 septembre 2020 qui a recueilli 364 avis dont 34% émanent de distributeurs, entreprises de négoce et fournisseurs. L’agence Préambules ayant réalisé la synthèse des avis déposés note qu’une « majorité de contributeurs exprime son opposition » à cette séparation invoquant majoritairement qu’elle est contreproductive et trop brutale du fait de délais trop courts. « Beaucoup mettent en cause la pérennisation de la disposition des CEPP », indique aussi l’analyse.

Ces arrêtés sont liés à une ordonnance sur la séparation des activités de vente et de conseil à l’utilisation des produits phytosanitaires publiée le 24 avril 2019 dont le projet avait lui-même fait l’objet d’une consultation publique, du 1er au 24 février 2019. Elle avait recueilli 454 avis dont 34% émanaient d’agriculteurs, 29% de particuliers, 14% de coopératives et 10% de distributeurs, entreprises de négoce et fournisseurs de matériel agricole.

A lire aussi : Phytos : les gestes pour se protéger

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Georges Paire a réalisé une masse en béton de 400 kg déportée sur la gauche afin de contrebalancer le poids de sa prétailleuse située sur un mât à l'avant droite.
[Astuce] « J’ai créé une masse déportée sur la gauche du tracteur pour faire un contrepoids à la prétailleuse avant droite »
Georges Paire, du domaine des Pothiers à Villemontais dans la Loire, a réalisé une masse en béton de 400 kg déportée sur la…
L'Agile d'Alpego propose un recentrage automatique, qui permet de travailler au plus près du rang.
[VIDEO] - Les fraises interceps pour mulcher et désherber les vignes
Travaillant au pied du rang, les fraises interceps font leur retour et suscitent la curiosité des viticulteurs.
Sud-Ouest : la grêle ravage les vignes
La grêle est tombée sur environ 3 000 hectares en Gironde et Dordogne le 2 juin. Elle a également saccagé des zones des Landes et…
Le tressage de la vigne est une opération longue et minutieuse, consistant à entremêler les tiges entre elles afin d'éviter tout rognage.
Le non-rognage de la vigne, qualitatif mais chronophage
Les vignerons qui viennent au tressage ou à l’enroulement de la vigne le font pour diverses raisons. Respect du végétal, qualité…
Vigne touchée par la grêle dans le Médoc
Orages dans le Sud-Ouest : les vignes du Médoc meurtries par la grêle
Après la vague de chaleur, de violents orages ont touché le Sud-Ouest de la France, et en particulier la Gironde, de Bordeaux à…
Canicule 2022 : les bons réflexes à adopter pour les travaux dans les vignes
A la veille de l’arrivée officielle de l’été, le thermomètre s’affole et la vague de chaleur s’étend sur le territoire. Cette…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole