Aller au contenu principal

Le soufre a-t-il accentué les effets de la canicule sur les vignes ?

Les applications de soufre avant l’épisode de canicule du 28 juin dernier ont parfois aggravé les symptômes observés de brûlures de feuilles et de desséchement de grappes. Mais la principale raison des dégâts constatés reste la violente montée en température jusqu’à plus de 45 °C dans certaines parcelles.

Les phénomènes de brûlure et de desséchement de grappes d'une ampleur inédite observés suite à l'épisode caniculaire de juin ont suscité des interrogations sur l'impact des applications préalables de soufre. © CA de l’Hérault
Les phénomènes de brûlure et de desséchement de grappes d'une ampleur inédite observés suite à l'épisode caniculaire de juin ont suscité des interrogations sur l'impact des applications préalables de soufre.
© CA de l’Hérault

« Nous déconseillons les applications de soufre au-delà de 30 °C, observe Jean-Baptiste Drouillard, expert technique vigne chez Syngenta. Alors, avec les températures extrêmes observées fin juin et surtout une brusque montée en température, il est clair que les applications de soufre qui ont précédé la canicule ont pu constituer un phénomène aggravant, même si des parcelles n’ayant pas reçu de soufre du tout ont aussi subi des dégâts ». Laurent Gourdon, de la chambre d’agriculture de l’Hérault, département très impacté par la canicule de la fin du mois de juin confirme, « c’est bel et bien la violence du phénomène qui est en cause, avec une accumulation très rapide et excessive de la chaleur et un vent très chaud qui a tout brûlé. D’ailleurs, sur 800 viticulteurs enquêtés et impactés, la moitié d’entre eux avait utilisé du soufre dans les jours précédents, l’autre non ».

Les particules fines de soufre plus impactantes

Le soufre est une molécule qui agit par sublimation, et « plus il fait chaud, plus la sublimation est forte », explique Laurent Gourdon. Plus que les formes de soufre, c’est la taille des particules qui semble plus ou moins impactante. « Plus elles sont fines, plus le risque de phytotoxicité en cas de forte chaleur est élevé », souligne Nicolas Constant, ingénieur à Sudvinbio. « On peut observer une différence de sélectivité selon les formulations, confirme Jean-Baptiste Drouillard, les particules de soufre de l’ordre du micron que l’on trouve dans certains produits se fixent plus fortement à la végétation et présentent plus de risques. » La nature des adjuvants et/ou mouillants ajoutés aux différents produits soufrés peut également avoir un impact important sur la sélectivité et le risque de phytotoxicité.

Au final, si les soufres poudres semblent moins « risqués » en situation de forte chaleur, sur le terrain, la différence ne semble pas si évidente : ainsi les parcelles de vigne de Nicole Bojanowski, vigneronne à Saint-Jean-de-Minervois dans l’Hérault n’ont pas été trop impactées malgré une application de soufre mouillable à 6 kg/ha dix jours avant l’épisode caniculaire alors que celles de Christophe Sabatier, vigneron au nord de Montpellier qui avait pratiqué un poudrage au soufre cinq jours avant la canicule, ont subi des dégâts importants (de 20 à 80 % selon les parcelles avec des feuilles brûlées et des raisins grillés). Plus généralement, souligne Marc Guisset, conseiller viticole à la chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales, « il n’a pas été observé de différence entre les parcelles protégées avec du soufre mouillable ou du soufre poudre ».

Adapter les pratiques viticoles à la nouvelle donne climatique

Dans la mesure où le soufre est le pilier de la protection antioïdium en particulier en viticulture biologique, l’épisode caniculaire de fin juin et ses conséquences localement dévastatrices interrogent les professionnels et les vignerons. Si cette situation se renouvelait, il pourrait être judicieux d’espacer ou de reporter les traitements au soufre en situation de forte chaleur annoncée ou encore de réduire les doses. « Certains vignerons bio ont ajouté du talc ou de l’argile au soufre », remarque Nicolas Constant. Des pratiques dont il faudra évaluer l’intérêt.

comprendre

Pourquoi le soufre est-il phytotoxique ?

La phytotoxicité du soufre est due à l’oxydation de la molécule de soufre en SO2, lui-même converti en SO3 avec l’air humide des stomates. Le SO3 est absorbé dans l’eau et produit de l’acide sulfurique (H2SO4) qui brûle les tissus des plantes. Les facteurs qui augmentent les risques de phytotoxicité sont des particules de soufre d’une taille inférieure à 1 µm (que l’on retrouve principalement dans certains soufres mouillables), la température de l’air supérieure à 32 °C, combinées à l’humidité de l’air supérieure à 75 % et une concentration élevée de la bouillie.

Source : Sudvinbio, la maîtrise de l’oïdium en viticulture biologique
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne
Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les…
L'élévateur de vendange a remplacé six porteurs.  © Alabeurthe
[VIDEO] Un tapis élévateur pour mécaniser la vendange manuelle
Depuis 2019, Michel Laroche est équipé d’un tapis élévateur sur tracteur enjambeur pour remplacer les porteurs.
Phytos : les modalités de séparation entre la vente et le conseil enfin précisées
Issu de la loi Egalim du 30 octobre 2018, le principe de séparation de la vente et du conseil à l’utilisation des produits…
Les teintures-mères utilisées pour l'isothérapie ont été réalisées à partir d'organes de vignes atteints par le mildiou. © CAB
Homéopathie en vigne, des effets ponctuels
L’homéopathie et l’isothérapie ont été testées dans le Val de Loire. Il en ressort des premières conclusions assez intéressantes…
Dans la mesure du possible, les stations météos doivent être placées à des distances d'au moins deux fois la hauteur de l'obstacle le plus proche. © Sencrop
Comment s’équiper  en stations météorologiques? 
Gel, irrigation, maladies… Les stations météorologiques connectées et les outils d’aide à la décision qui les accompagnent…
Lorsqu'il alimente des camions transportant du vin ou des alcools viniques, l'ED95 contribue à limiter l'empreinte carbone de la filière. © Raisinor France
Un biocarburant à 95 % issu du marc de raisin
La filière vitivinicole contribue depuis longtemps à produire des biocarburants via la distillation des marcs de raisin et des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole