Aller au contenu principal
Font Size

Oenologie
Le remontage, une étape de la vinification des bordeaux rouges pas si anodine

Les remontages, lors des vinifications en rouge, gagneraient à être davantage raisonnés. Le simple fait d´adapter leur positionnement, leur nombre et leur intensité peut parfois modifier significativement la composition du vin.


Tout bon vigneron est à l´affût des techniques qui favorisent une extraction de qualité des polyphénols, en vinification en rouge. Et s´il suffisait de jouer sur le nombre et l´intensité des remontages ? « Possible dans certaines conditions, répond l´ITV de Bordeaux. La station a mis en place en 2000 un vaste programme, sur un réseau de 14 sites en Aquitaine, d´adaptation des techniques de vinification à la qualité de la vendange, pour l´élaboration de vins rouges de moyenne et longue garde. Dans chaque cave, plusieurs techniques d´extraction, appliquées sur la même qualité de vendange, ont été comparées. « L´objectif à terme est de donner plus d´outils au viticulteur, expliquent Emmanuel Vinsonneau et Charlotte Liadouze de l´ITV, et de faire le point sur l´incidence qualitative de certaines techniques ». Il semblerait que l´incidence des remontages soit parfois sous-estimée.
Par exemple, sur un même merlot vinifié à Pauillac, les techniciens ont comparé, en 2000, deux programmes de remontages. La vendange était estimée de qualité correcte, avec un potentiel satisfaisant en sucres, IPT et anthocyanes, mais des polyphénols insuffisamment mûrs.

Deux programmes comparés
Un premier programme (remontage 1) a donc été adopté, permettant une extraction progressive en cours de cuvaison et diminuée en fin de fermentation pour éviter l´extraction trop prononcée de tanins verts, durs et astringents. Ce qui se traduit (voir schéma) par des remontages quotidiens de la moitié du volume de la cuve en début de fermentation, puis de 1,5 à 2 fois le volume de la cuve jusqu´à une densité de 1 000, pour revenir à des remontages de moitié cuve. Le deuxième programme comparé (remontage 2) met en ouvre des volumes remontés nettement plus importants en début de fermentation (jusqu´à trois fois le volume de la cuve), pour extraire davantage, mais interrompus plus tôt, à une densité de 1010. Résultat : « On ne s´attendait pas à avoir des différences analytiques et organoleptiques aussi nettes, uniquement en jouant sur la gestion des remontages sur quelques jours », avoue Emmanuel Vinsonneau. Le premier programme a donné des vins beaucoup plus riches à l´analyse en anthocyanes et en polyphénols totaux (IPT de 77) que le programme 2 (IPT de 67). Autrement dit, l´augmentation de l´intensité des remontages dans le programme 2 n´a pas été suivie d´effet. Une différence confirmée en dégustation après six mois d´élevage.
Gestion des remontages

Adapter le remontage au mode d´élevage
Ce n´est pas pour autant que le profil du vin issu du premier programme est plus intéressant dans cet essai. Tout dépend du type de vin désiré et du mode d´élevage adopté. Les deux vins issus de l´expérimentation ont ensuite été élevés en partie en cuve pour une mise en bouteilles en 2001 et en partie en barriques (9 mois) pour une mise en bouteilles en 2002. « Il semble, suite aux premières dégustations sur vins jeunes, que pour les vins destinés à un élevage long en barriques, le programme 2 soit mieux adapté, alors que le programme 1 convient mieux pour un élevage court en cuve ». Ce qui confirme que la gestion de l´extraction peut se raisonner à la fois en fonction de la matière première, du type de vin désiré et du mode d´élevage adopté.
Ces premiers résultats, obtenus sur un site et un millésime, doivent être confirmés après vieillissement des vins et par de plus nombreuses comparaisons. Un point plus complet est attendu d´ici deux ans.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole