Aller au contenu principal

Résultats
Le profil du vin dépend de la perméabilité du bouchon

Nomacorc vient d’annoncer les premiers résultats obtenus par l’INRA dans le cadre du programme international de recherche sur la gestion de l’oxygène. La perméabilité du bouchon influence le style du vin après bouchage.

La dégustation des 16 échantillons de vin obtenus après quatre mois de conservation en demi bouteille a permis de classer les vins en deux catégories. Les vins prêts à boire qui avaient été bouchés avec un bouchon de perméabilité "élevée" et les vins encore fermés dont la perméabilité du bouchon était "faible".
La dégustation des 16 échantillons de vin obtenus après quatre mois de conservation en demi bouteille a permis de classer les vins en deux catégories. Les vins prêts à boire qui avaient été bouchés avec un bouchon de perméabilité "élevée" et les vins encore fermés dont la perméabilité du bouchon était "faible".
© P. Cronenberger

« Selon les résultats obtenus par l'INRA, l'influence de la perméabilité du bouchon sur le vin prend le pas sur l'influence des autres expositions à l'oxygène durant la vinification », relate Stéphane Vidal, directeur de recherche œnologie chez Nomacorc. En d'autres termes, la méthode de vinification choisie avant la mise en bouteille a moins d'influence que le taux de transfert de l'oxygène à travers le bouchon sur l'évolution du vin. « Dans les essais, quatre vins de grenache noir issus de schémas de vinification différents ont chacun été bouchés avec quatre bouchons de perméabilité différente. Les seize échantillons obtenus ont finalement été classés en deux catégories à l'issue de quatre mois de conservation en demi-bouteille. Les deux catégories peuvent être interprétées comme  vins prêts à boire et vins encore fermés n'ayant pas encore atteint leur expression optimale. Et c'est le type de perméabilité du bouchon qui a fait la différence », poursuit Stéphane Vidal. Ces tendances seraient également confirmées par celles obtenues à l'université de Davis.

Une méthode rigoureuse

L'oxygène a été mesuré à chaque étape clé du processus de vinification. Après la mise en bouteille, la quantité totale d'oxygène (QTO) a également été définie. L'évolution de cette QTO et du transfert d'oxygène à travers le bouchon a été suivie par les chercheurs sur plusieurs mois. Les expériences ont été menées en demi-bouteilles pour accélérer l'évolution du vin. D'autres questions restent en suspens. « L'objectif est de pouvoir déterminer quel OTR est optimal pour un type de vin donné. On devrait également mieux connaître l'influence de l'oxygène consommé sur l'évolution des polyphénols », explique Stéphane Vidal. Mais dores et déjà, les premiers résultats confirment que l'OTR est un facteur prépondérant de l'évolution du vin en bouteille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
[TAILLE DE LA VIGNE] "Changer de mode de taille lors de la conversion bio nous a permis de stabiliser les rendements"
Julien Cuisset, vigneron au Château Grinou, en Dordogne, est passé à la non-taille palissée afin de ne pas amputer ses rendements.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole