Aller au contenu principal

Le muscaris, une variété résistante aromatique prometteuse en assemblage

Depuis avril 2017, le muscaris est l’une des variétés résistantes classées. Il offre une bonne résistance au mildiou et à l’oïdium et sa valeur aromatique est prometteuse pour des vins d’assemblage.

carte d’identité

Année d’obtention 1987
Pays d’obtention Allemagne (Fribourg)
Parents solaris x muscat petit grains blancs
Couleur blanc
Surface cultivée en Europe > 100 hectares (dont une vingtaine en France)
Autorisation Allemagne, Autriche, France (sans IG), Pays-Bas, Suisse, Italie (en cours d’inscription)
Résistance mildiou et oïdium (bonne), botrytis (moyenne)
Type de résistance monogénique
Potentiel de production élevé et régulier
Profil sensoriel fruité avec des arômes d’agrumes et des notes fumées
Impression générale bonne
Diffusion pépinières Volker Freytag (Allemagne), Ph. Borioli (Suisse), Calmet (France) et autres pépiniéristes

SENSIBILITÉ AUX MALADIES ET PHÉNOLOGIE

Une variété précoce avec une bonne résistance au mildiou et à l’oïdium

Le muscaris est une variété précoce, « avec un débourrement en 2017 en Dordogne aux environs du 15 mars, une floraison au 20 mai, une véraison début août et une récolte à partir du 15 août », remarque Éric Maille, conseiller viticole à l’AgroBio Périgord. La maturité se situe en effet environ une semaine avant le chardonay en zone méridionale et quelques jours avant le pinot blanc en zone septentrionale.

Cette variété blanche offre une bonne résistance à l’oïdium et au mildiou, même s’il faut surveiller l’oïdium en zone méditerranéenne « car cela nécessite parfois un ou deux traitements », remarque Jacques Rousseau de l’ICV, et le mildiou dans certains vignobles, comme la Dordogne. Ainsi, pour Guy Cuisset du château Grinou en Dordogne, « un ou deux traitements complémentaires permettent de sécuriser la protection mildiou mais également de gérer d’autres maladies comme le black-rot, maladie vis-à-vis de laquelle cette variété est moins résistante ». En revanche, au domaine de la Colombette dans l’Hérault, Vincent Pugibet ne réalise aucun traitement complémentaire avec un recul de près de dix ans.

CARACTÉRISTIQUES AGRONOMIQUES

Un cépage vigoureux avec un potentiel de rendement élevé

Le muscaris est vigoureux, avec des rendements moyens à élevés par rapport au chardonnay et un potentiel de 10 à 16 tonnes par hectare en zone septentrionale. Au domaine de Cazes dans l’Aude, en 4e année de production, le rendement était de 70 hectolitres par hectare et chez Guy Cuisset en Dordogne, le rendement était seulement de 30 hectolitres par hectare. Mais ce dernier souligne : « C’était notre première année de récolte et nous l’avons vendangé trop tard début septembre et il était très concentré avec beaucoup moins de volume que le potentiel autorisait. »

C’est par ailleurs un cépage très végétatif, qui a besoin de beaucoup d’eau pour se développer. « Il est donc recommandé de l’implanter sur des sols avec une bonne réserve hydrique », commente Jacques Rousseau de l’ICV. Cette vigueur doit également conduire à choisir des sols non gélifs. Enfin, selon Vincent Pugibet, le muscaris produit beaucoup de pampres.

Sur le plan de la structure des grappes, les baies sont de taille moyenne, les grappes plutôt lâches avec une pellicule assez épaisse, ce qui le rend peu sensible au botrytis.

POTENTIALITÉS TECHNOLOGIQUES

La puissance aromatique est son point fort

Le muscaris est une variété avec une forte puissance aromatique (agrumes), un nez de fruits exotiques avec des connotations muscatées. Pour Thierry Grimal du domaine de Cazes dans l’Aude, les commentaires de dégustation sont encourageants, « avec un bel équilibre moelleux/acidité et une bonne ampleur en bouche ». Sur ce domaine expérimental, il a été testé en assemblage en 2016, avec des cépages traditionnels comme le chardonnay et/ou le sauvignon dans une proportion 85/15 et associé au souvignier gris dans l’assemblage chardonnay (85 %), muscaris (10 %) et souvignier gris (5 %). Vincent Pugibet au domaine de la Colombette dans l’Hérault l’assemble également avec du souvignier gris et ses cuvées reçoivent un bon accueil en Allemagne et en France. Guy Cuisset en Dordogne l’a testé en monocépage, mais selon lui, il s’agit d’un marché de niche. Il envisage plutôt de l’assembler avec des cépages comme le sauvignon, le sémillon ou la muscadelle. L’intensité aromatique du muscaris lui présage donc un bel avenir dans une démarche de type IGP sur différents terroirs.

Les plus lus

Le Skiterre se compose de deux grands skis qui assurent le contrôle de la profondeur et de la position de la lame.
« Le Skiterre, un outil intercep simple et productif »
Vignerons en Anjou, Nicolas et Christophe Moron se sont équipés d’un outil de travail du sol intercep Skiterre.
Vigneron plantant une nouvelle parcelle avec des pieds de Pinot noir dans la vallee de la Marne en AOC Champagne.Droit de plantation.
Quand FranceAgriMer exaspère les viticulteurs

FranceAgriMer joue un rôle essentiel dans l’attribution des aides. Face aux dossiers chronophages, aux contrôles…

Pellenc - Un robot à chenilles dans les vignes

Pellenc dévoile un robot à chenilles pour les vignes, le RX-20.

Le Dyna-Drive est un outil de travail du sol auto-animé réalisant un mulchage en superficie.
« Le Bomford Dyna-Drive est un outil interrang entre le rolofaca et le rotavator »

Jérôme O’Kelly utilise depuis quatre ans un outil de travail du sol auto-animé.

Chargement d'un camion citerne de la coopérative viticole CRVC (Coopérative régionale des vins de Champagne) enlèvement d'une cuvée chez un vigneron adhérent durant les ...
Vin en vrac acheté à prix abusivement bas : que peut changer la condamnation de deux négociants bordelais

En pleine crise viticole, un jugement se basant en partie sur un article issu de la loi Egalim vient de condamner deux…

Taille de la vigne avec le sécateur électrique viticole sans fil Mage Sam 25, fonctionnant avec batterie au Li-ion, à Mâcon, dans les vignes du Vitilab, en octobre 2022
Lutte contre le gel : « Il faut réserver la taille tardive aux parcelles viticoles les plus gélives et pas trop chétives »

Benjamin Bois, chercheur à l’institut universitaire de la vigne et du vin Jules Guyot, en Bourgogne, a travaillé sur la taille…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole