Aller au contenu principal

Le consommateur de vin 2019 décrypté

Le baromètre annuel Sowine/Dynata a livré ses résultats pour 2019. Voici les grands enseignements en 8 pourcentages.

D'après le baromètre Sowine/Dynata 2019, 38% des consommateurs disent acheter en moyenne des vins entre 5 et 10 euros. Mais ce pourcentage est en baisse au profit de la tranche de 11 à 20 euros, tranche de prix moyen par bouteille annoncée par 31% des consommateurs.
© J.C. Gutner

49 % des acheteurs de vins disent que la région et le pays d’origine sont des critères décisifs de choix. C’est deux fois plus que le critère du cépage et de l’appellation (24 %). C’est proche du prix, qui avec 52 % reste le premier critère de choix.

 

46 % des Français se disent amateurs éclairés, c’est 11 points de plus qu’en 2011. Seulement 5 % se considèrent connaisseurs mais pour la première fois les néophytes (49 %) passent sous la barre des 50 %. C'est beaucoup moins que les néophytes en spiritueux qui sont 62 %.

 

9 % des Français déclarent consommer du vin rouge à l’apéritif. La consommation au cours du repas est plébiscitée à 84 %. Le blanc, consommé à 33 % à l’apéritif et à 54 % au cours du repas a des usages plus variés, tout comme le rosé, consommé à 28 % à l’apéritif et à 53 % au cours du repas.

 

31 % des acheteurs de vins dépensent en moyenne 11 à 20 euros par bouteille. Cette tranche de prix progresse de 9 points par rapport à 2013. Le créneau des vins à plus de 20 euros (17 %) augmente aussi (+ 12 points). Les vins entre 5 et 10 euros restent la catégorie de vins la plus fréquente (38 %) mais elle est en baisse (13 points de moins qu’en 2013) tout comme celle des vins à moins de 5 euros (14 %, 8 points de moins qu’en 2013).

 

57 % des acheteurs sont prêts à acheter plus cher un vin qui a une démarche respectueuse de l’environnement. Les connaisseurs sont même 64 % à le dire. Mais la notoriété des démarches est limitée en dehors du bio. 55 % des Français ne savent pas ce qu’est un vin naturel et 84 % ne savent pas ce qu’est un vin biodynamique.

 

31 % des acheteurs de vin ont déjà commandé un vin en ligne. Le chiffre tourne autour de 30 % depuis 2015. C’est la fidélisation des clients qui peut aujourd’hui augmenter la part de marché de ce réseau.

 

42 % des acheteurs de vins sur internet sont motivés par la qualité de l’information fournie sur les vins. C’est le troisième critère derrière le prix et les offres promotionnelles (49 %), les frais de livraison attractifs (47 %) mais il progresse au fil des ans.

 

37 % des acheteurs de vins en ligne se fournissent via les sites d’enseignes de grande distribution. Une progression de 10 points en 1 an. À 32 %, les sites de ventes privées sont quasi stables (+ 1 point), tandis que les sites de producteurs (32 %) reculent de 16 points.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole